Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Aller en bas

Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:29

Les catastrophes naturelles et les événements météorologiques violents dans le département de la Somme au XIXe et XXe siècles

mémoire très intéressant trouvé sur Internet

http://l.cartier.free.fr/files/DeaCataNatSomme1920.pdf

et avant qu'il ne disparaisse, je fais un copié/collé.


avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:30

page 1 http://l.cartier.free.fr/files/DeaCataNatSomme1920.pdf


Université de Picardie Jules Verne Faculté d’Histoire Géographie
Les catastrophes naturelles et les événements météorologiques violents dans le département de la Somme au XIXe et XXe siècles
Mémoire de MasterII - Dominante recherche
Lenny CARTIER
Sous la direction de Madame CHALINE

avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:36

Remerciements
Je voudrais tout d’abord remercier chaleureusement ma directrice de mémoire, Madame CHALINE, pour m’avoir encadrée durant la réalisation de ce travail.
Je voudrais aussi remercier Monsieur NIVET pour ses conseils. Je tiens enfin à remercier tout le personnel des Archives Départementales de la Somme, des Archives Municipales d’Amiens, des Archives de Météo-France et des Archives Nationales pour leur disponibilité et leur grande patience.



Table des matières

Introduction 1
Plan 8
1 Observateurs et observations ..14
1.1 Victor et Camille Chandon . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
1.2 Le docteur Anatole Hecquet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
1.3 Herménégilde Duchaussoy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
1.4 La station météorologie d’Abbeville . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

2 Sources archivistiques 35
2.1 Archives départementales et nationales . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.1.1 Les averses de grêle et les orages . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.1.2 Les vents forts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.1.3 Les inondations dans le département de la Somme . . . . . 38
2.1.4 Le canal de la Somme ou du Duc d’Angoulême . . . . . . . 40
2.1.5 Séries statistiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
2.1.6 Le fond Duchaussoy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
2.1.7 Les secours privés ou publics . . . . . . . . . . . . . . . . 49
2.2 Archives de la Bibliothèque municipale d’Amiens . . . . . . . . . . 55
2.3 Archives de Météo France . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

3 Bibliographie 65

Conclusion 74

Annexes 77
A Chronologie des précipitations ayant nécessité un secours 77
B Carte des zones à grêle du département de la Somme (1861-1890) 92 Abréviations 94
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:39

Introduction
L’observation des phénomènes météoorologiques dans le département de la Somme se dote, au XIXe siècle, de nouvelles structures et de nouveaux moyens à mesure que la population prend en compte l’interêt d’observer finement et de prédire avec plus d’exactitude le temps.

Lorsque la terre apporte l’essentiel de la subsistance, chacun regarde d’autant plus le ciel, guettant ses colères qu’il est alors difficile de prédire.

Au plan national, dès 1854, après l’anéantissement des flottes françaises, anglaises et turques au large de Sébastopol, Urbain Le Verrier1, note que la tempête avait sévit la veille en méditerrannée et informe Napoléon III que cette tempête n’a pu être prévue faute d’unréseau météo ologiquenational ; l’année suivante l’empereur approuve un tel projet2.

Le Bureau central de m´ et´eorologie cr´ e´e en 1878 est alors constitu´e de trois services : les avertissements aux ports et ` a l’agriculture, l’´etude des mouvements de l’atmosph`ere et enfin la climatologie. Ces trois services exploitent les observations locales r´ealis´ees par de simples particuliers, passionn´es, membres de soci´ et´es d’´emulation ou de soci´ et´es lin´eennes. Dans la Somme apr`es le travail de commissions m´ et´eorologiques, la cr´eation en 1920, pour les besoins de l’a´eropostale, de la station m´ et´eorologique d’Abbeville affirme le besoin de pr´evisions et d’observations fiables. Cette station s’inscrit dans le maillage de l’Office national de m´ et´eorologique qui remplace le Bureau central en 1921. Pour connaˆıtre les modalit´es d’observation m´ et´eorologique dans la


1Urbain Le Verrier (1811-1877) directeur de l’Observatoire de Paris des ann´ees 1854 `a 1870 et de 1873 `a 1877 2 «Onn’apasoubli´el’ouraganqui,le14novembre1854,causadesinombreuxsinistresdansla merNoireetamenalaperteduvaisseauleHenriIV.Lemˆemejour,ou `aunjourd’intervallesuivant les localit´es, des coups de vents ´eclat`erent dans l’ouest de l’Europe, sur l’Autriche et sur l’Alg´erie. Le ph´enom`ene semblait donc s’ˆetre ´etendu sur une immense surface. [...] Le 16 f´evrier 1855, j’eus l’honneur de soumettre `a S. M. l’Empereur le projet d’un vaste r´eseau de m´ et´eorologie destin´ e ` a avertir les marins de l’arriv´ee des tempˆetes. Ce projet, tr`es complet, rec¸ut la haute approbation de Sa Majest´e et d`es le lendemain, le 17 f´evrier, nous fˆumes, M. de Vougy, directeur g´en´eral des lignes t´ el´egraphiques et moi, autoris´es `a entreprendre et `a poursuivre l’organisation projet´ee [...] ». . Cit´e par Alfred FIERO, dans Histoire de la m´ et´eorologie, Deno¨el, 1991, pp. 110-111.
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:39

INTRODUCTION 2
Somme, il faut s’int´eresser aux pr´ecurseurs, simples particuliers3 qui consignent dansuncarnetleursobservationsquotidiennesouprennentquelquesnotes `al’occasion d’un ´ev`enement m´ et´eorologique exceptionnel. Lorsque ces observations sont, ` a la fin du XIXe, encadr´ees par les pr´efets du d´epartement dans le cadre d’une commission m´ et´eorologique, on peut `a travers leurs rapports et leur correspondance, d´eterminer `a la fois le mat´eriel employ´e et son utilisation comme l’organisation des postes d’observation m´ et´eorologique. Une organisation perturb´ee par les deux conflits mondiaux qui d´etruisent le materiel et d´esorganisent le service m´ et´eorologique. Qui observe et pourquoi? Quels sont les outils utilis´es dans le d´epartement pour faire les relev´es mais aussi pour les consigner? Comment et par quisontexploit´eescesobservations?Quelssontleursapports?Quelssont,aucours de ces deux si`ecles, les fl´eaux les plus souvent rencontr´es ou ceux plus exceptionnels dans leur fr´equence ou leurs cons´equences? Sans entrer dans le d´etail, on peut d´eja voir une tendance s’esquisser. Le XIXe si`ecle est marqu´e par la gr`ele. Non pas qu’elle ait ´ et´e plus fr´equente que d’ordinaire mais ses cons´equences sont encore graves pour les populations. Parfois les crises de subsistance de l’´epoque moderne semblent ressurgir4 lorsque plusieurs villages perdent leurs r´ecoltes, vendent leur b´etail affam´e, et leurs meubles pour acheter de quoi se nourrir. T´emoignant de ce risque toujours pr´esent, des cartes des zones `a gr`eles du d´epartement sont mises ` a jour jusqu’en 1924 par Herm´en´egilde Duchaussoy. Les inondations sont aussi une crainte, maintes fois raviv´ee, des habitants du d´epartement. On peut signaler deux grandes inondations dans le d´epartement, en 1841 et 2001 qui ont toutes deux les mˆemes causes connues et pourtant parfois ´elud´ees : la remont´ee et l’affleurement des nappes phr´eatiques au fond des vall´ees. A ces deux inondations qui se ressemblent par leurs causes, leur dur´ee et leur ´etendue, s’ajoute quantit´e d’inondations de moindre ampleur dues `a un orage, ou au mauvais entretien des cours d’eau. Au XXe si`ecle mˆeme si les ph´enom`enes m´ et´eorologiques violents du si`ecle pr´ec´edent n’ont pas disparu, ceux qui les subissent sont `a la fois mieux pr´epar´es, l’habitat est plus moderne et r´epond `a des normes de constructions plus strictes5 et mieux avertis avec des syst`emes d’alertes qui se perfectionnent6. Le d´epartement 3Victor et Camille Chandon , instituteurs `a Montdidier rel`event quantit´e de donn´ees m´ et´eorologiques qui sont reprises par H. Duchaussoy dans Publication des observations de Victor et Camille Chandon, ADS A 487 4La commune de Beuvraines est si ravag´ee par la gr`ele en Juillet 1812 que ses habitants doivent vendre leurs meubles pour se nourrir. ADS 99 M 107632 5Plans d’occupation des sols, zones inondables notamment 6Le t´ el´egraphe d’abord et le t´ el´ephone ensuite permettent de relayer les alertes m´ et´eorologiques plus facilement. La presse et  la t´ el´evision contribuent pour une part importante `a la pr´evention des sinistres au XXe si`ecle.


INTRODUCTION 3
connaitaussides ´episodesdegrandsfroidscommeenf´evrier18077 o`upr`esdequarante personnes meurent de froid, pour la plupart au bord des routes, ne pouvant rejoindreunabri.En1954laSommesubitaussileterriblehivermarqu´eparl’appel de l’abb´e Pierre, `a Amiens les rues sans ´egouts sont impraticables car leur surface est enti`erement gel´ee. En f´evrier 1956 une p´eriode de froid intense oblige `a organiser une soupe populaire dans les ´ecoles d’Amiens. Mais ce sont les tempˆetes et autrescoupsdeventsquimarquentlafinduXXe si`ecledanslaSomme,en1977on annonce d´eja la tempˆete du si`ecle sur les cˆotes picardes8, le ph´enom`ene se r´ep`ete en 1979, 1990 et 1999. Il est possible d’avoir l’impression que notre d´epartement connait des sinistres diff´erents selon les p´eriodes mais ce ne sont pas tant les sinistres qui changent que l’habitat qui ´evolue ou la pr´evention qui se perfectionne. Gardons cependant `a l’esprit ce que L’histoire du climat depuis l’an mil nous enseigne, c’est `a dire la tendance longue dans le changement climatique qui accentue un ph´enom`ene qui ne remet pas en cause l’impact ponctuel d’une catastrophe ou la d´efense de l’habitat en pr´evision de cet ´ev´enement exceptionnel. L’observationdumilieuneser´esumepasseulement `alam´ et´eorologiemaisdoit ´ etre compl´ et´ee par l’hydrographie et l’´etude du probl`eme de l’eau. Une question importante dans le d´epartement de la Somme sujet aux inondations. Cette question est d´ ej`a bien connue d`es la premi`ere moiti´e du XIXe si`ecle comme en t´emoignent lesrapportsdress´esparlesing´enieursdesPonts-et-Chauss´ees `al’occasiondesinondationsde1841etlesrapportsdelacommissiond´epartementalesurlesinondations de1880.Ainsicontrairement `acequ’ilestcourammentadmis,led´epartement,bien que victime de grandes inondations `a plus de cent cinquante ans d’´ecart (18412001), est ´epargn´e en 1910 lors des grandes inondations de Paris. La pluviom´etrie ne peut pas tout expliquer et il faut trouver et exploiter les enseignements tir´es du r´ egime des cours d’eau et du sous sol. A ce titre il faut attendre le XXe si`ecle et la loi du 16 d´ecembre 19649 pour qu’une agence de gestion de l’eau10 soit cr´ e´ee en r´ eponse aux probl´emes qualitatifs et quantitatifs de l’eau. Il y a toutefois une r`egle `a laquelle on ne peut ´echapper, celle de l’impact et des cons´equences d´esastreuses sur les populations. Mˆeme si on tente d’en attenuer les cons´equences mat´erielles, il est difficile pour l’homme des XIXe et XXe si`ecles d’appr´ehender la catastrophe. Le d´epartement de la Somme a dans son histoire r´ecente ´ et´e marqu´e par les grandes inondations de 2001 et les rumeurs qui 7ADS, 99 M 571 8ABMA, Dossier PIC CLIMAT, liasse 1970 `a 1989 9Loi n˚64-1245 du 16 d´ecembre 1964 relative au r´egime et `a la r´epartition des eaux et `a la lutte contre leur pollution 10Agence de l’Eau Artois-Picardie


INTRODUCTION 4
voudraientqu’onaitinond´eced´epartementpourpr´eserverParis.D´ejaenaoˆut1880 on mettait sur le compte de lachˆures du canal de Saint-Quentin dans le canal de la Somme11, les inondations que subissaient alors les riverains. Pourtant d´ ej`a au XIXe si`ecle les explications de tels ph´enom`enes ne manquaient pas et c’est `a travers les rapports r´edig´es par les ing´enieurs des Ponts-et-Chauss´ees qu’on peut voir comment les ph´enom`enes d’inondation et de remont´ee des nappes d’eau sont d´eja bien connus. Le sous sol du d´epartement est alors qualifi´e ”d’´eponge”. Mˆeme au XXe si`ecle de telles rumeurs persistent, bien que la connaissance du milieu naturel se soit consid´erablement am´elior´ee. Au XIXe si`ecle alors que l’absence de moyen de communication en temps r´eel empˆeche de prendre la mesure d’une catastrophe ` a l’´echelle du d´epartement (il faut pour le pr´efet parcourir l’arrondissement `a cheval ou attendre les rapports de gendarmerie, les lettres des maires ou les p´etitions des habitants)onpeutencoredistinguerunfrein `alapropagationdesrumeurs.Amesure quelescommunicationssed´eveloppent,lesinformationsvraiesoufaussescirculent plus facilement. Cette tendance atteint son paroxysme avec la m´ediatisation des catastrophes naturelles; l’image d´elivr´ee par la t´ el´evision est interpr´ et´ee de mani`ere tr`esdiff´erenteparlet´elespectateurs’ilestunevictimeounon.Lorsdesinondations de 2001, il est ind´eniable que la t´ el´evision a ´ et´e un outil de diffusion de la rumeur, tant il est ais´e lorsqu’on est victime d’une catastrophe - que l’on imaginait impossible-decroirequel’hommepeutinverserlecoursdelaSeine;maislacatastrophe naturelle dans son traitement m´ediatique est aussi l’occasion pour certains de faire passer des messages aupr`es les populations touch´ees et de trouver une tribune. Ces messages peuvent ´etre ceux de la pr´evention ou de la solidarit´e; les hommes politiquesontainsibiencomprisledoubleintˆeretd’´etrepr´esentssurleslieuxdusinistre o`u l’accueil qui leur est r´eserv´e est parfois mitig´e; une absence aurait sans doute ´ et´e impardonable. On pourra s’interroger sur l’influence des m´edias sur la m´emoire des catastrophesnaturelles.Lesoutilsetlesmodalit´esdetransmissiondel’informationcatastrophique entretiennent elles chez le spectateur l’impression de vuln´erabilit´e ou, au contraire, un sentiment d’immunit´e? Enfin on peut se demander pourquoi certains ´ ev`enements deviennent ”r´ef´erents” et sont rappel´es `a la fois par les medias12 mais aussiparleshabitantsdud´epartementcommeun ´echo `alacatastrophedumoment? A l’inverse, certains sinistres sont oubli´es alors que leur rappel aurait peut-´etre ´ et´ e b´en´efique,notammentdanslacompr´ehensionetdansl’acceptationduph´enom`ene? 11ADS, 99 S 377670 12cf « Les tristes hivers de guerre » du Courrier Picard


INTRODUCTION 5
Perturbantles ´equilibres,lacalamit´es`emeparfoisladiscordeentrelesvictimes. Plusieursfoislesespritss’´echauffent,commeen1823 `aOissyoulegestionnairedu chˆateau refuse d’ouvrir une digue pour limiter l’inondation qui touche les habitants duvillage13 :plusprochedenous,col`ereetlassitudes’exprimentdanslesjournaux r´ egionaux , « A Amiens c¸a repart comme l’an dernier », « Pour en finir avec les inondations!»,«Inondations:unflotdequestions»14,«Lesdiguessontdevenues de vraies passoires »15. Parfois on s’organise en ”comit´e de d´efense” comme en 1953ouonsesentabandonn´ealorsquelesjardinsdufaubourgdeHemsontinond´es depuis deux ans d´eja. Quant aux cons´equences sur l’habitat de l’homme, celles-ci sont bien r´eelles comme en t´emoigne l’inqui´etude de l’administration face au chˆomage que causent les inondations au XIXe si`ecle et l’inactivit´e des ouvriers. L’inqui´etude se porte aussi sur l’´economie avec des mesures pour veiller `a ce que les mati`eres premi`eres n´ecessaires `a la reconstruction des bˆatiments abim´es ne connaissent pas d’inflation16. En 1841 les moulins doivent cesser leur activit´e tout comme les usines qui doiventlaisserouverteslesvannesapportantl’´energieoul’eaun´ecessairesauxmachines. Lors des grandes tempˆetes et des hivers rigoureux du XXe ce sont les infrastructures routi`eres et les moyens de communication qui souffrent le plus, tout cela ayant un coˆut sur l’activit´ e ´economique du d´epartement. Bien qu’il y ait eu dans le pass´e des tentatives pour pr´evenir les calamit´es parfois d´esesp´er´ees - comme l’utilisation de canons grˆelifuges pour lutter contre la grˆele17, subir la calamit´e reste encore souvent la r`egle. Une fois le sinistre survenu il s’agit de panser les plaies. Au XIXe si`ecle des avanc´ees importantes sont r´ ealis´ees dans le domaine de l’indemnisation. L’Etat participe toujours, `a l’aide de budgets pr´evus `a cet effet, au secours des victimes et les indemnise en fonction des pertes subies et de leur situation sociale. A cette occasion se dessine la chaine de d´edommagement qui va de la constatation du sinistre au paiement des indemnit´es, on y d´ecouvre les t´emoignages, d´eclarations et p´etitions des habitants adress´es au pr´efet.Cetteindemnisationnecouvremalheureusementqu’unetr`espetitepartiedes pertessubies.Pourpalierced´efaut,desmutuelless’´etablissentdansled´epartement, parfoisdifficilement18,aucoursdelapremi`eremoiti´edusi`ecle.Bienquelesindem13ADS, 99 M 81090/4 14ABMA, 1i92 15ABMA, Dossier PIC CLIMAT, CP du 16/11/1977 16Ouragan du mois de novembre 1800, ADS 99 M 441 17Les « canons grˆelifuges faisaient beaucoup de bruit et peu de besogne », c’est ainsi que balaie les tentatives de lutter contre la grˆele H.Duchaussoy, dans un article paru dans le Bulletin de la Soci´ et´e Linn´eenne du Nord, ADS, 39 REV 21, p. 88 18Les mutuelles suscitent alors la m´efiance, notamment de la part de la Chambre de commerce et d’industrie


INTRODUCTION 6
nisations soient ainsi plus compl`etes, leur souscription met du temps `a entrer dans les usages et n´ecessite l’intervention des pr´efets. A la fin du si`ecle H. Duchaussoy dans un bulletin de la Soci´ et´e lin´eenne du nord insiste sur le peu de cotisants et d´emontre les bienfaits que les perdants auraient pu en tirer19. Au XXe si`ecle on s’assure plus volontiers contre les risques, la concurrence entre les organismes d’assurance s’´etant d´evelopp´ee et le risque paraissant peut-´etre plus concret. L’Etat vienttoujoursenaideauxpopulations,faitnouveau,avecleconcoursdelatroupe20 qui intervient pour la premi`ere fois dans la Somme `a l’occasion des inondations qui surviennent au d´ebut de l’ann´ee 192621 ; ce sont les troupes du g´enie qui sont alors `a l’oeuvre. On voit ici un changement important dans les tˆaches affect´ees aux arm´ees qui ne sont plus celles du combat mais du secours, il sera int´eressant de se demander comment et pourquoi s’est op´er´e ce glissement. L’alliance entre secours publics et secours priv´es est donc de mise. Le clerg´ e, vient en aide aux populations de plusieurs fac¸ons. D’une part les prˆetres, qui connaissent parfaitement leur paroisse, aident l’administration `a dresser la liste des sinistr´esetdesd´egˆatscaus´esparlacalamit´e.Ilsfontsouventpartiedescommissions de r´epartitions qui distribuent les secours en fonction des pertes, leur connaissance du terrain y est utile. Sur le plan mat´eriel des collectes sont organis´ees lors des messes, mais aussi dans les villages qui ne sont pas sinistr´es. De mˆeme, l’Eglise apporte un r´econfort qui est tr`es utile et tr`es attendu alors. En ce sens, `a plusieurs reprises,l’´evˆequed’Amiensprescritdespri`erespourlacessationdumauvaistemps. Ainsi,lepremiersecoursestd’expliquerlescalamit´es.Celles-cisontlefaitdeDieu, veillant constamment sur son oeuvre, il peut s’il n’est pas suffisamment c´ el´ebr´ e, laisser libre cours aux calamit´es. C’est une explication mais aussi une solution, et c’est `aDieuquelavictimedoits’enremettreetprierpourlacessationdelacalamit´ e. Quelle sera la pr´egnance du message religieux durant ces deux si`ecles? Comment laperceptiondescatastrophesparlesfid`elesetinfluenc´eeparlediscoursreligieux? S’int´eresser aux catastrophes naturelles dans la Somme aux XIXe et XXe si`ecle revient `a se poser plusieurs questions dans des domaines bien diff´erents. Tout d’abord quels sont les moyens mis en oeuvre pour ´etudier la m´ et´eorologie du d´epartement et quels sont les r´esultats observ´es? Ces r´esultats sont ils exploit´es afin de pr´edire les col`eres du ciel? Des col`eres qu’il faudra aussi identifier, classer, compter. Quelles seront les cons´equences de ces tempˆetes, grˆeles ou inondations? Unepartiedesr´eponsespourra ´etretrouv´eedanslest´emoignagesdesvictimes,ony trouveraaussidesindicessurlamani`eredevivrelacatastrophesurunplanmat´eriel 19ADS, 39 REV 121, p.88-101 20Arr´ et´e du 23 aoˆut 1910, ADS 99 M 95/2 21ADS, 99 M 95/2


INTRODUCTION 7
mais aussi moral; il sera alors int´eressant de savoir si il y a eu ´evolution dans ce domaineaucoursdesdeuxsi`ecles.Ilfaudraensuites’int´eresserauxsecoursvenant de l’Etat mais aussi `a la solidarit´e entre les victimes. Enfin quels sont les enseignements tir´es des catastrophes naturelles en mati`ere de pr´evention. Est-ce `a l’Etat ou aux particuliers de les retenir et de les appliquer?
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:41

Plan
Lescatastrophesnaturellesetles ´ev´enementsm´et´eorologiquesviolentsdansle d´epartementdelaSommeauXIXe etXXe si`ecles.

I-LescatastrophesnaturellesdanslaSommeetleurscons´equences
1.1 Des ph´enom`enes m´ et´eorologiques violents
1.1.1 L’orage de grˆele, fl´eau du XIXe si`ecle
1.1.2 Le vent et ses formes violentes
1.2 Le probl`eme des inondations dans la Somme
1.2.1 Chronologie des inondations
1.2.2 Proches ou lointaines les inondations de 1841 et de 2001

II-Etrefrapp´eparunecatastrophenaturelle
2.1 Les cons´equences de la catastrophe
2.1.1 Cons´equences sur les hommes
2.1.2 Une activit´e paralys´ee
2.2 La difficult´e d’appr´ehender la catastrophe
2.2.1 Les r´eactions
2.2.2 Le travail d’explication de la catastrophe
2.2.3 Le rˆole des m´edias

III-Indemnisationsetpr´evention
3.1 Les secours
3.1.1 Les secours de l’Etat
3.1.2 Les initiatives priv´ees
3.2 Pr´evoir les calamit´es
3.2.1 Observateurs et observations
3.2.2 Pr´evenir et donner l’alerte
3.3 Pr´evenir les calamit´es
3.3.1 La gestion des inondations dans la Somme
3.3.2 S’assurer contre le risque
3.3.3 Am´enager le territoire
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:42

PLAN COMMENT´ E 9
Lescatastrophesnaturellesetles ´ev´enementsm´et´eorologiquesviolentsdansle d´epartementdelaSommeauXIXe etXXe si`ecles.
I-LescatastrophesnaturellesdanslaSommeetleurscons´equences
Il s’agit de traiter dans cette partie les ph´enom`enes m´ et´eorologiques violents dans leur manifestation et leurs effets. Pour cela une chronologie comment´ee des diff´erents ´ev`enements remarquables sera faite et dans son d´eveloppement nous donnerons la date, le lieu o`u la calamit´e s’abat, les victimes et les pertes occasionn´ees.
1.1 Des ph´enom`enes m´ et´eorologiques violents
1.1.1 L’orage de grˆele, fl´eau du XIXe si`ecle
Il faudra ´evoquer la d´evastation que peut semer l’orage de grˆele sur les populations du d´epartementdontlesculturessontencorevuln´erables.Letravaild’Herm´en´egileDuchaussoy sera exploit´e (fond J) ainsi que les dossiers de secours et pour perte (99 M). Pour le XXe si`ecle il sera int´eressant de montrer comment les cons´equences de l’orage de grˆele se font moins ressentir sur un habitat moins d´ependant de l’agriculture; on utilisera notamment les bulletins de la station agronomique, de l’INRA et les bulletins climatologiques de la station m´ et´eorologique d’Abbeville.
1.1.2 Le vent et ses formes violentes
A l’image de la sous partie concernant la grˆele on r´edigera une chronologie des incidents ayant pour cause le vent et les tempˆetes. On utilisera les dossiers de secours pour perte notammentpourleXIXe si`ecle.Oncompl´eteranosrecherchesparlesbulletinsclimatologiques plus r´ecents. Au XXe si`ecle, beaucoup de journaux traitent de ce fl´eaux, particuli`erement dans la seconde moiti´e du si`ecle. Il s’agira de montrer comment ce ph´enom`ene est de plus en plus pr´esent.
1.2 Le probl`eme des inondations dans la Somme
1.2.1 Chronologie des inondations
PLAN COMMENT´ E 10
Il faudra pr´esenter les inondations notables du d´epartement et leur typologie (inondation brutales ou de fond de vall´ee). La localisation du ph´enom`ene permettra de savoir si les zones `a risques le sont devenues r´ecemment ou l’´etaient d´eja le si`ecle dernier. On travaillera avec les dossiers de secours pour perte, les journaux du XXe si`ecle sont aussi riches en informations sur le sujet.
1.2.2 Proches ou lointaines les inondations de 1841 et de 2001
Dans cette sous partie nous souhaitons comparer deux grandes inondations dans la Somme s´epar´ees par 150 ans. On insistera sur les similitudes : mˆemes causes (remont´ee de nappe), une longue dur´ee, des populations isol´ees... Mais aussi sur les diff´erences comme l’absence derumeuren1841oulaconnaissancedescausesdel’inondationquisemblealorsimm´ediate et partag´ee. On utilisera toujours les dossiers de secours, les journaux du XIXe si`ecle , les journaux du XXe si`ecle tel le Courrier Picard qui relate au jour le jour les ´ev´enements.
II-Etrefrapp´eparunecatastrophenaturelle
2.1 Les cons´equences de la catastrophe
2.1.1 Cons´equences sur les hommes
Il faudra montrer les cons´equences les plus fr´equentes sur les hommes. Comment l’int´egrit´ e physique des victimes est parfois en jeu, lors des inondations ou des naufrages au XIXe ou lors des tempˆetes du XXe.
2.1.2 L’activit´e paralys´ee
L’activit´e humaine est tributaire du temps, comme l’agriculture et l’industrie au XIXe si`ecle; au XIXe si`ecle, c’est la paralysie des transports et plus g´en´eralement des moyens de communication ou la fourniture d’energie et de services qui sont touch´es comme en t´ emoignent de nombreux articles des journaux locaux.
2.2 La difficult´e d’appr´ehender la catastrophe
2.2.1 Les r´eactions
PLAN COMMENT´ E 11
Les r´eactions sont diff´erentes que l’on est touch´e ou non par la calamit´e. Certains sont curieux et d´esirent assister au ”spectacle”; d’autres, les victimes, sont abattus, en col`ere ou font preuve d’une ´etonnante ´energie. Cette partie sera l’occasion de citer les moyens de compensation qui sont le sujet de la th`ese de Nathalie Nuns-Denhaene. Il sera int´eressant de d´eterminer si la compensation se fait de la mˆeme mani`ere d’un si`ecle `a l’autre.
2.2.2 Le travail d’explication de la catastrophe
Comment sont expliqu´ees les catastrophes naturelles par les victimes ou par l’Etat. Il faudra voir comment le contexte influence les explications : parfois un ph´enom`ene est d´ecrit en toute objectivit´e, parfois l’explication est compl`etement diff´erente.
2.2.3 Le rˆole des m´edias
Le rˆole des m´edias peut paraitre mineur au XIXe si`ecle, pourtant les coupures de journaux d’alors t´emoignent qu’ils sont d´ ej`a l’occasion pour les victimes se faire entendre. De la mˆeme mani`ere vers la fin XIXe si`ecle c’est dans le journal que se diffuse la rumeur d’une inondation volontaire de riverains de la Somme. La th`ese de Nathalie Nuns-Denhaene et le m´emoire de maˆıtrise de S´ebastien Michaux nous seront utiles pour traiter le probl`eme de l’information : est-elle correcte? qui sert elle?
III-Indemnisationsetpr´evention
3.1 Les secours
3.1.1 Les secours de l’Etat
L’Etat accorde des secours aux victimes de sinistres et ce d`es le XIXe si`ecle. Il sera int´eressant de voir comment les secours ´evoluent au fil de ces deux si`ecles : proportion des pertes, mesures diverses comme la limitation du coˆut des mati`eres premi`eres, pressions aupr`es des assurances, fonds exceptionnels... De la mˆeme mani`ere on verra comment l’Etat a modifi´e son implication dans la gestion d’une crise avec le concours de la troupe apr`es la premi`ere guerre mondiale ou la mise en place de cellules d’aide psychologique.
3.1.2 Les initiatives priv´ees
PLAN COMMENT´ E 12
Les initiatives priv´ees sont le compl´ement des secours accord´es par l’Etat. On voit des villagesindemnesorganiserdescollectesafindevenirenaide `aauxsinistr´es.Desorganismes humanitaires comme la Croix Rouge apportent aussi leur contribution `a la chaine de secours et de solidarit´e. Enfin l’Eglise, notamment au XIXe si`ecle apporte `a la fois secours mat´eriel et moral.
3.2 Pr´evoir les calamit´es
3.2.1 Observateurs et observations
Cette partie sera consacr´ee aux observateurs et aux moyens qu’ils mettent en oeuvre pour r´ ealiser leurs relev´es dans le d´epartement de la Somme. De simples particuliers on passe ` a des commissions sous l’autorit´e du pr´efet puis `a une m´ et´eorologie nationale. Nous pr´esenterons aussi les diff´erents outils des m´ et´eorologues locaux et les diff´erents travaux de synth`ese r´ealis´es. On utilisera principalement les travaux des m´ et´eorologues de ces deux si`ecles.
3.2.2 Pr´evenir et donner l’alerte
Il s’agira de pr´esenter les m´ecanismes de transmission de l’alerte. Si au XIXe la r`egle est de subir la calamit´e lorsqu’elle est soudaine, d´eja `a la fin de ce si`ecle, les particuliers s’int´eressent aux pr´evisions m´ et´eorologiques. Avec le XXe si`ecle c’est le t´ el´egramme, le t´ el´ephone, la radio puis la t´ el´evision qui diffusent les messages d’alerte. Que se passe-t-il lorsque ces messages sont rec¸us? A l’inverse qu’arrive-t-il lorsqu’il ne sont pas diffus´es?
3.3 Pr´evenir les calamit´es
3.3.1 La gestion des inondations dans la Somme
Quelles sont les mesures pr´econis´ees au XIXe si`ecle contre les inondations? Les compte rendus des commissions d’´etudes qui se sont r´eunies `a l’occasion des inondations nous apprendront les solutions prescrites (faucardements, renforcement des berges...) et quel en a ´ et´e le suivi. D’autre part il sera int´eressant, `a l’aide des baux qui accordent la sous-traitance de l’entretien du Canal de la Somme, de savoir quels sont les conditions de l’entretien r´ egulier du cours d’eau qui traverse notre d´epartement.
PLAN COMMENT´ E 13
3.3.2 S’assurer contre le risque
Les assurances et les mutuelles apparaissent au d´ebut du XIXe et peinent `a se faire une place du fait de la m´efiance, tant des assur´es potentiels que de certaines collectivit´es locales. On verraqu’ilafalluuntravailincessantdelapr´efectureetdem´ et´eorologuespourconvaincrela population de s’assurer. D’autre part il faudra pr´eciser l’apport du classement en catastrophe naturelle dans notre d´epartement sur le d´eroulement de la chaine d’indemnisation.
3.3.3 Am´enager le territoire
Quelles solutions durables a-t-on trouv´e pour se prot´eger des catastrophes naturelles dans notre d´epartement? Les digues, d´eplacer les galets, redresser le canal de la Somme. Mais n’est ce pas l’am´enagement du territoire qui a parfois entrain´e ou accentu´e les catastrophes naturelles?
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:43

Chapitre1
Observateursetobservations
Lam´ et´eorologieestunedisciplinecertesscientifiquemaisaussi ´eminementhumaine. L’observation des ph´enom`enes m´ et´eorologiques, qu’ils soient ordinaires ou exceptionnels, ne s’est automatis´ee qu’`a la fin du XXe si`ecle et ce sont toujours les hommes qui ont observ´e le ciel. La mesure des ph´enom`enes naturels a ainsi longtemps ´ et´e le fait de passionn´es de m´ et´eorologie et, lorsqu’on est limit´e par le cot´e ponctuel des dossiers de secours, c’est dans leur travail que l’on doit trouver les informations concernant des ´ev`enements exceptionnels et mˆeme certaines tendances de long terme. Dans la Somme, au d´ebut de la p´eriode qui nous int´eresse, c’est Victor Chandon et son fils Camille qui r´ealisent des observations assidues. A des relev´es ”classiques” tels que temp´erature, pluviom´etrie ou force des vents s’ajoutent quelques observations plus originales comme celle du premier chant du coucou, de l’arriv´ee des hirondelles ou des hannetons. La m´ et´eorologie appartient alorsaudomainedel’observationdelanatureausenslargeaumˆemetitrequecelle des animaux ou des insectes. La proximit´e avec la m´edecine est marqu´ee : Victor Chandon ´etait m´edecin, Anatole Hecquet d’Abbeville aussi. Il font dans leur travaux un lien syst´ematique entre le temps et les maladies r´egnantes. Toutefois les observations sont alors souvent donn´ees d’une mani`ere ”brute”, consign´ees sur des cahiers, sous forme de tableaux, jour par jour ou mois par mois. Il y a peu de mise en forme. Anatole Hecquet et Herm´en´egilde Duchaussoy sont les premiers ` a synth´etiser leurs observations et celles d’autres m´ et´eorologues du d´epartement. Le m´edecin abbevillois r´ealise lui mˆeme les relev´es pour une vingtaine d’ann´ee; Duchaussoy met au propre, corrige et fait la synth`ese des relev´es de la famille Chandon qui sont alors archiv´es `a la Biblioth`eque Nationale. Herm´en´egilde Duchaussoyest,deplus,undesobservateursetbientˆotpr´esident,dur´eseaudelacommission m´ et´eorologique d´epartementale sous l’autorit´e de la pr´efecture qui coordonne les efforts des divers postes d’observation du d´epartement. En compl´ement
14
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 15
desontravailsurlesrelev´esdelafamilleChandon,ilpublieettient `ajourunecarte des zones `a grˆele du d´epartement. Cette carte s’inscrit dans l’´etude syst´ematique d’un ph´enom`ene qui a des cons´equences sur l’activit´e humaine. La m´ et´eorologie et la pr´evision du temps deviennent une pr´eoccupation de notre soci´ et´e moderne. Cette pr´eoccupation est ressentie au plan national et conduit en 1920 `a la cr´eation de la station m´ et´eorologique d’Abbeville qui, avec les commissions agronomiques et m´ et´eorologiques, assure depuis l’essentiel de l’observation des ph´enom`enes du temps dans notre d´epartement.
1.1 VictoretCamilleChandon
Jean-Hypolite Victor chandon est n´ e `a Pons, dans la Charente-Inf´erieure1, le 20 Juin 1737. Apr`es avoir ´ et´e rec¸u docteur en m´edecine, il vient s’´etablir `a Montdidier au n˚5 de la rue Corne-du-lion. Bientˆot il entra en relation avec la Soci´ et´ e Royale de m´edecine, qui publiait depuis plusieurs ann´ees des tableaux d’observations m´ et´eorologiques r´edig´ees par Louis Cotte2. Le premier bulletin mensuel de Victor Chandon est celui de d´ecembre 17833. Les observations ´etaient faites 3 fois parjour, `a6heuresdumatin,2heuresdel’apr`esmidi,et10heuresdusoir.Comprenant la pression atmosph´erique, la temp´erature, la pluie, la direction du vent, l’´etat du ciel, les maladies r´egnantes et les ph´enom`enes p´eriodiques de la v´eg´etation. Le barom`etre `a siphon ´etait d’Assier Perricat4, l’un des plus habiles constructeurs de l’´epoque. L’appareil install´e dans une pi`ece non chauff´ee ´etait pourvu d’un thermom`etre `a mercure donnant la temp´erature int´erieure. La pression ´etait ´evalu´ee ` a 1/4 de ligne, soit `a un demi millim`etre environ. Les thermom`etres permettaient 1Jusqu’au 4 septembre 1941 la Charente-Maritime portait ce nom 2Louis Cotte est n´ e `a Laon en 1740; entre `a 18 ans, dans la congr´egation de l’Oratoire, professeurdephilosophieetdeth´eologie `alamaisond’´etudequelesoratoriensposs`edent `aMontmorency. Devient `a26ansvicairedelaparoisse.Sepassionnepourlessciencesdites”naturelles”,lesconnaissances que l’on peut acqu´erir par l’observation de la nature. Il installe un laboratoire qui lui permet d’´etudierlesph´enom`enesetlescorpsc´elestesetsed´esignelui-mˆemesouslenomdem´ et´eorologiste. Sad´ecouverteducaract`eresulfureuxdeseauxd’Enghienattiresurluil’attentiondel’Acad´emiedes Sciencesquilenommemembrecorrespondanten1769.Ilcontinuesestravauxquiluivalentd’obtenirlam´edailled’ordelaSoci´ et´eRoyaledeM´edecineen1780.En1782,ilquitteMontmorencypour Paris d’abord, puis Laon o`u il est nomm´e chanoine. La r´evolution le ram`ene `a Montmorency puis dot´e par le gouvernement d’une bourse de 3000 livres en tant qu’astronome, il se r´einstalle apr`es la r´evolution dans son observatoire, puis, appel´e par Daunou `a la Biblioth`eque Sainte Genevi`eve, il poursuivit dans sa nouvelle installation parisienne la pr´eparation de m´emoires qu’il ne parviendra pas `a publier. A la mort de son ´epouse, en 1802, il revient r´esider `a Montmorency. Il y habitera jusqu’`a sa mort treize ans plus tard. 3HistoiredelaSoci´ et´eRoyaledeM´edecine.Lessixpremi`eresann´ees,lesobservationsdeVictor Chandon sont publi´ees dans les tableau mensuels de R.P. Cotte (de 1784 `a 1789). Les r´esultats obtenus ´etaient aussi publi´es dans le Journal g´en´eral de Paris 4Voir figure 1.1
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 16
d’avoirlatemp´erature `a1/4dedegr´eR´eaumur5.Malheureusementlesobservations ont le d´efaut d’avoir ´ et´e faites `a une fenˆetre.
FIG.1.1–Thermom`etrebarom`etredeBourbonetAssier-Perricat(d´etail),vers1770 (Inv. 4306 collection du CNAM)

L’´evaporation a ´ et´e mesur´ee de 1784 `a 1817 avec un vase qui ´etait du mˆeme mod`ele que celui de Louis Cotte. L’observation de l’´evaporation se faisait une fois par mois en hiver, trois fois au printemps et en automne, quatre fois dans les mois d’´ et´e. L’humidit´e relative ´etait determin´ee avec un appareil donnant les degr´es de s`echeresseetd’humidit´e.Onemployaitalorsleshygrom`etresdeDeluc,Retz,Brassard et Copineau. 5Sur l’´echelle des degr´es R´eaumur, l’eau bout `a une temp´erature de 80˚R.
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 17
Victor Chandon consigne avec le plus grand soin ses observations concernant les maladies r´egnantes. L’ensemble du tableau constitue une mine de renseignements sur les ´epid´emies de la r´egion de Montdidier : fi`evres putrides, bilieuses ou malignes, scarlatine, fi`evre rouge, grippes, coqueluche, et petites v´eroles. Lorsque Victor Chandon devait s’absenter, les observations ´etaient faites par sa femme Marie-Anne Catherine, et plus tard par ses enfants Camille et Nancy. Ceux-ci deviennent ses collabortateurs r´eguliers `a partir de 1816. En Janvier 1819, ilrenonce ` a«fairelam´edecineaudehors» `acausedeses82ansr´evolusetbientˆ ot les maladies r´egnantes ne sont plus indiqu´ees. Pendant plusieurs ann´ees, les observations ph´enologiques sont mˆeme n´eglig´ees : le docteur est trop vieux et le fils se contente au d´ebut de marquer l’arriv´ee des hirondelles, le chant du rossignol et la date des premiers essaims. Victor Chandon s’´eteint le 25 septembre 1825 ayant la satisfaction de voir son fils continuer ses travaux m´ et´eorologiques. Camille Chandon est n´ e `a Montdidier le 1er Janvier 1789, le lendemain d’une des journ´ees les plus froides du si`ecle, son p`ere signale que le thermom`etre ´etait descendu `a -21.3˚. Il quitte sa ville natale pour occuper un poste dans l’administration, puis il revint se fixer `a Montdidier o`u il si`ege au conseil municipal en 1829. A partir du 16 mai 1829 les observations sont faites au n˚20 de la rue des Juifs6. C’estsurlademandedelaSoci´ et´em´ et´eorologiquedeFrancequeCamilleChandon a laiss´e par testament ses 86 registres annuels `a la biblioth`eque nationale, il ´ ecrit:«Commej’aiaim´etoujoursdetoutcoeurmavillenatale,c’est `aregretqueje ne d´epose pas dans ses archives les journaux quotidiens du travail m´ et´eorologique que nous y avons poursuivi mon p`ere et moi, pendant la plus grande partie de notre vie, aid´es mˆeme de ma m`ere et de ma soeur, afin de produire des ´ el´ements de science pour ceux qui viendront apr`es nous. » Cependant il avait entrepris d’en faire des r´esum´es « afin de les d´eposer aux archives de la ville de Montdidier ». Malheureusement l’age l’a arr´ et´e dans ce travail de longue haleine entrepris un peu tard : « Vraisemblablement, je serai oblig´e de le laisser incomplet », ´ecrit-il le 29 Mars 1870. Il meurt le 27 avril 1870. Victor Chandon et son fils Camille ont de 1784 `a 1869, fait le relev´e de nombreuses observations m´ et´eorologiques7. C’est Herm´en´egilde Duchaussoy, professeur de physique au lyc´ee d’Amiens, f´eru de m´ et´eorologie puis homme politique 6la rue des Juifs est devenue la rue Jean Dupuy, celle de la Corne du Lion se nomme maintenant rue du colonel Chandon en l’honneur d’un fils fils ain´e du docteur Chandon tu´ e `a la bataille de Waterloo, major d’artillerie et ag´e de 30 ans.). Camille Chandon fut maire de Montdidier de 1831 ` a 1848 et conseiller g´en´eral du canton de 1836 au 20 aout 1848. Il fut rec¸u en 1867 membre de la soci´ et´e m´ et´eorologique de France. 7ADS,14J136.CecartonrenfermelesoriginauxdesobservationsdeVictoretCamilleChandon et le manuscrit de leur publication r´edig´e par Herm´en´egilde Duchaussoy.
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 18
local qui `a recueilli, synth´etis´e et publi´e leurs observations. Les Montdid´eriens ont r´ ealis´e des tableaux r´ecapitulatifs de leurs observations par ann´ee et par mois : le jour et la valeur de la pression atmosph´erique maximale et minimale du mois concern´e, la moyenne mensuelle de cette pression, les relev´es de temp´erature sont consign´es de la mˆeme mani`ere; le nombre de jours d’orage et de neige, la pluviom´etrie8, la direction dans laquelle le vent souffle. Quelques travaux de synth`ese sont d´eja r´ealis´es : la famille a ainsi dress´e des tableaux r´ecapitulant pour neuf ans le nombre de fois o`u les vents ont souffl´e dans unedirectiondonn´eepourunmˆememois.Ainsi,pourlesmoisdeJanvierdesann´ees 1801 `a1810,onaobserv´eleventsouffler35foisverslenord,94foisaunordouest, 195fois `al’ouest,147foisausudouest,149foisausud,109foisausudest,86fois ` a l’est et 108 fois au nord est. Lelecteurremarquequelesunit´esdemesuresontenlangueanglaise,lesrelev´es de la direction des vents dominants emploient les termes ”NW-W”, comme ceux de la pression atmosph´erique exprim´es en pouces. Souci d’internationalisation ou tradition m´ et´eorologique? On peut penser que les Chandon utilisaient simplement l’unit´e employ´ee pour graduer l’instrument de mesure. Ainsi les hauteurs de pluie sontrelev´eessurune ´echelleenlignes(etnonenmilim`etres)d’unpluviom`etre;les jours de pluie sont compt´es comme lesjours deneige. Toutesces informationssont ensuite totalis´ees pour l’ann´ee. Des pr´ecisions concernant les mesures sont donn´ees dans le manuscrit d’H´erm´en´egilde Duchaussoy. D’apr`es Duchaussoy, la pression atmosph´erique etait observ´ee `al’aided’unbarom`etre `asiphond’AssierPerricat,1/4delignecorrespondait `a 0,5 mm environ. Celui-ci ´etait lu r´eguli`erement par la famille Chandon `a leur domicileruedelaBorne-du-lion,lacuvettedubaromˆetresetrouvait `a99,25md’altitude, `a compter du 16 mai 1829 celui-ci est d´eplac´e dans leur nouveau domicile, rue des Juifs. L’instrument n’´etait plus qu’a 86,14 m d’altitude. Aucune correction n’a ´ et´e apport´ee, de ce fait les deux moiti´es de la s´erie ne sont pas directement comparables. Les observations thermom´etriques sont faites `a une fenˆetre et les moyennes mensuelles sont donn´ees `a 6, 14 et 22 heures. Duchaussoy applique `a ces observations les corrections pr´econis´ees par Alfred Angot9. Ces corrections varient de 8ADS, 14 J 136 voir dossier ”Partie 2” pour les tableaux r´ecapitulatifs 9Angot,CharlesAlfred-Ilestn´ e `aParisle4juillet1848.Ilestnormalien(1868),docteur(1874), laur´eatdel’Institut(1887,1895).Sesprincipauxouvragessont:LesAurorespolaires(1895);Trait´ e de M´ et´eorologie (1899). Angot dirige `a leur cr´eation en 1879 les services de la climatologie et des instruments et de la m´ et´eorologie g´en´erale, deux ´emanations du Bureau central m´ et´eorologique de France, fond´e l’ann´ee pr´ec´edente et plac´e sous la direction de Mascart. Ces officines sont charg´ees de la comparaison de tous les instruments destin´es aux stations m´ et´eorologiques et aux navires qui
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 19
-0,18˚ `a +0,32. De 1784 `a 1869, le thermom`etre `a vari´e de -21,3˚ le 31 d´ecembre 1788, `a + 39,4˚le 14 juillet 1824. Camille Chandon avait ´etabli dans son jardin un petit observatoire compl´ementaire mais les observations n’y ´etaient pas faites r´eguli`erement, de ce fait, Duchaussoy n’en tient pas compte afin de laisser `a la s´erie son homogeneit´ e. Le pluviom`etre ´etait install´e dans ce jardin, `a 1 m`etre au dessus du sol. L’appareil de type artisanal, avait une forme carr´ee de 32 cm de cot´e et donnait les hauteurs d’eau `a 1/16 `eme de ligne soit 14 mm (not´e 0 mm .14). Duchaussoy pr´ecise que d’apr`eslaconventionadmiseg´en´eralement,ilanomm´ejoursdepluieceuxpendant lesquels il est tomb´e de l’eau sous forme quelconque. On trouve aussi deux autres tableaux indiquant le nombre de jours de neige, de grˆele ou de gr´esil. Le journal m´ et´eorologique donne les dates de 12 489 jours de pluie, 381 de grˆele ou gr´esil, et 102 jours de giboul´ees. Parall`elementauxobservationsm´ et´eorologiques,unegrandeattentionestport´ee auxph´enom`enesph´enologiques.Sontrelev´eslepremierchantducoucouetdurossignol, l’arriv´ee et le d´epart des hirondelles. L’epiage, la floraison et la maturit´e du seigle, du bl´e et de l’avoine. Le docteur Chandon qui parcourait les environs de Montdidier pour visiter ses malades, s’int´eressait `a la vie des champs et consignait les ph´enom`enes periodiques de la v´eg´etation, le premier chant des oiseaux, l’apparitiondeshannetons,l’arriv´eeetled´epartdesoiseauxmigrateurs.Plustard,sonfils Camille, donne la date des premiers essaims et celle de l’ouverture de la chasse, co¨ıncidant avec la fin de la moisson. Duchaussoy rappelle l’abondance des mulots en novembre 1790, celle des chenilles en juin 1838 d´evorant les feuilles des pommiers `a cidre et le grand nombre de limaces attaquant les bl´es en novembre 1867. La maladie des pigeons en juin 1786 et l’´epizootie des vaches en mai 1814; de nombreux passages d’oies et de canards sauvages surviennent en novembre 1798 et semblent annoncer les froids rigoureux de l’hiver 1798-1799. La fin de l’hiver et l’approche des beaux jours sont annonc´es par les oiseaux. L’alouette qui chante versle20f´evrier.Lap`erioded’accouplementdesperdrixestg´en´eralementachev´ee le15f´evrier,en1809ellen’estachev´eequele15mars,l’ann´eesuivantelesperdrix mˆales recherchaient les femelles d`es la fin de janvier. Le premier chant du coucou ou du rossignol sont not´es 65 fois pour le coucou et 85 fois pour le rossignol de 1784 `a 1869. Le rossignol chanta le 5 avril en 1791 et en 1843. En 1817 on ne l’a pas entendu avant le 2 mai. La moyenne correspond au 16 avril. Pour le coucou, il
fontdesobservations,del’´etudedesinstrumentsnouveaux,delav´erificationetdelapublicationdes observations, enfin des ´etudes th´eoriques relatives `a la climatologie
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 20
yaun ´ecarttotalde32joursentrelesdatesextrˆemes(5avril1803-7mai1830),la moyenne ´etant le 18 avril. Camille Chandon - qui ´etait un grand chasseur10 - n’a pas oubli´e de signaler sur ses registres le retour des cailles. Les diff´erents types d’hirondelles (de chemin´ee, de fenˆetre, de rivage, et de muraille) permettent d’annoncer le printemps. C’est l’hirondelledefenˆetrequidonneladated’arriv´eeduprintemps,lesautressontplus tardives car selon l’auteur plus frileuses. Le docteur observe les abeilles `a l’aide d’une ruche install´ee dans le jardin. Il note lorsque les abeilles butinent les pommiers, le colza, les fleurs des tr`efles. La date `a partir de laquelle elles commencent `a rapporter du miel. L’arriv´ee des hannetons est aussi observ´ee. Observation des plantes avec des notes sur l’´epoque des semailles, l’´etat des r´ecoltes, le d´ebut de la floraison des violettes, des arbres fruitiersoudesplantesfourrag`eres,l’apparitiondespremiers ´episdeseigle,ladatedela floraison des c´er´eales et de la maturit´e des moissons, la valeur du bl´e, le rendement des diverses cultures : - Les premi`eres violettes apparaissent en moyenne le 15 mars. - La floraison des abricotiers et des pechers se fait g´en´eralement le 24 mars. - Les colzas fleurissent vers le 25 avril. - Les ”sainfoins”11, quatre jours apr`es leur pleine floraison, les cultivateurs coupent leur prairies aritficielles. Se fait en moyenne le 7 juin, 12 jours apr`es la floraison. - Concernant l’´epiage12, la floraison et la maturit´e des c´er´eales, aux environs de Montdidier,leseigle ´epieenmoyennele29avril,fleuritle27mai,etsecoupele16 juillet. Le froment ´epie le 5 juin, fleurit le 10 juin et peut se couper d`es le 27 juillet. Pourl’avoine,l’´epiagealieug´en´eralementauxenvironsdu26juinetlamaturit´ele 5 aoˆut. - Lorsque la moisson est pr´ecoce, l’ouverture de la chasse se fait plus tˆot et inversement,ainsiladatemoyenned’ouverturedelachasseestle6ou7septembre. L’immense travail du p`ere et du fils Chandon sera mis en valeur au XXe si`ecle par Herm´en´egilde Duchaussoy, lui aussi f´eru de m´ et´eorologie et d’observation de la nature. Il mettra au propre leurs notes, appliquera certaines corrections, tentera une synth`ese et les publiera. Sans doute leur travail a-t-il apport´e une contribution importante aux cartes des zones `a grˆele dont il a ´ et´e l’auteur et aux progr`es de la m´ et´eorologie dans notre d´epartement. 10ADS, 14 J 136 11Les sainfoins sont des plantes herbac´ees dont certaines esp`eces sont cultiv´ees comme plantes fourrag`eres. 12L’´epiage est de d´eveloppement de l’´epi dans la tige des c´er´eales.
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:43

CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 21
1.2 LedocteurAnatoleHecquet
Moins connu que le p`ere et le fils Chandon, le docteur Anatole Hecquet nous semble int´eressant `a plus d’un titre. D’une part habitant `a Abbeville, l’aspect local de la m´ et´eorologie concerne, avec lui, l’ouest du d´epartement; il se distingue aussi par ”l’originalit´e” de ses observations compl´ementaires : temp´erature du sol, des puits, des eaux courantes qui nous enseignent l’inertie du sol et la chaleur ou la fraˆıcheur qui peut y resider pendant les mois d’hiver ou d’´ et´e. Enfin on verra que le mat`eriel utilis´e, barom`etres, thermom`etres sont tr`es proches de ceux utilis´es `a la fin du XVIIIe ou du XIXe si`ecle. A. Hecquet13 dans Histoire m´ et´eorologique d’Abbeville14 fait la liste des observations ou r´esultats d’observations thermom´etriques qu’il a r´ealis´ e `a Abbeville de 1840 `a 1860. Les observations sont nombreuses : la temp´erature moyenne annuelle et ses variations, le nombre moyen des jours de gel´ee, les temp´eratures mensuelles, la marche de la temp´erature dans l’ann´ee, la temp´erature moyenne positive, la temp´erature moyenne calcul´ee d’apr`es les maximas et minimas absolus, la temp´erature des puits, des eaux courantes et du sol. L’auteur nous d´ecrit les instruments qu’il a utilis´e et les proc´edures appliqu´ees parlesobservateursm´ et´eorologiques15.Latemp´eraturedel’airestmesur´ee `al’aide de thermom`etres `a mercure expos´es `a l’air libre, au nord et `a l’abri des rayons du soleil16. Il est fait usage d’un thermom`etre centigrade de Bunten17, d’un barom`etre centigrade `amercuredeBunten18,unthermom`etre `aminima(syst`emeRutherford19) de Lerebours. Les instruments ont ´ et´e compar´es entre eux et leurs z´eros v´erifi´es 13La page de garde de son ouvrage nous indique ses divers titres et attributions : « Membre des Enfants trouv´es, M´edecin du Bureau de Bienfaisance, Laur´eat de la Soci´ et´e M´edicale d’Amiens (m´edaille d’or), Membre du Conseil d’hygi`ene et de salubrit´e du d´epartement de la Somme, Inspecteur des Pharmacies, Membre r´esident de la Soci´ et´e d’Emulation d’Abbeville, Membre correspondant de l’Acad´emie des Sciences et Belles-Lettres du d´epartement de la Somme et de plusieurs Soci´ et´es savantes. » 14Histoire m´ et´eorologique d’Abbeville ou r´esum´e des observations m´ et´eorologiques faites en cette ville de 1840 `a 1860. M´emoire publi´e par la Soci´ et´e imp´eriale d’Emulation d’Abbeville.Collection personnelle. 1864 15p. 9 `a 67 16p. 12 17Cr´eateur et distributeur d’instruments de m´ et´eorologie; d´ebut XIXe. 18Nous n’avons pas trouv´e d’exemples de ce type de thermom`etre, cependant il existe de nombreux barom`etres dits ”de Bunten” qui font aussi fonction de thermom`etre, peut-´etre est-ce ici le cas. 19Amaximaet `aminima.Indiquelaplushauteetlaplusbassetemp´eratureen24heures;compos´ e de2thermom`etrescourb´es.Dansl’un(sup´erieur)unpetitcylindredeferestrepouss´eparlacolonne de mercure lorsque celui-ci se dilate et reste au dernier point qu’il a atteint. L’autre thermom`etre ` a alcool, contient un index d’´email; l’alcool se contractant sous l’influence du froid, l’index recule ´ egalement et reste au degr´e le plus bas marqu´e par le thermom`etre. Voir figure 1.2
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 22
plusieurs fois. Les observations se font au rythme de trois par jour, `a heures fixes (neuf heures du matin, midi et neuf heures du soir).
FIG. 1.2 – Thermom`etre de Rutherford
La temp´erature moyenne journali`ere est calcul´ee en r´ealisant la moyenne des temp´eratures relev´ees au lever et au coucher du soleil et de deux heures de l’apr`esmidi (le soleil ´etant `a son apog´ee)20. L’observatoire de Paris fait lui la moyenne de la temp´erature la plus haute et de la temp´erature la plus basse de la journ´ee. Avec ce mat´eriel, le m´edecin dresse les tableaux des temp´eratures moyennes mensuelles et annuelles. Un tableau est d´edi´ e `a la « marche de la temp´erature dans l’ann´ee moyenne `a Abbeville », permettant de connaitre la distribution de la chaleur au cours des quatre saisons; elle permet aussi de mesurer l’amplitude entre deux saisons. Ainsi, c’est l’automne qui, de 1840 `a 1860, pr´esente le moins de variations dans sa temp´erature moyenne, tandis que l’hiver pr´esente les variations les plus ´ elev´ees. L’´ecart entre la temp´erature de l’´ et´e et celle de l’hiver est en moyenne de 12,8˚ et la diff´erence entre celles du printemps et de l’hiver ne s’´eleve qu’`a 5,6˚, on passe donc d’une saison `a l’autre sans ´eprouver de grandes variations. Le docteur Hecquet dresse au final un tableau du climat Abbevillois assez temp´er´e. La temp´erature moyenne, en ne consid´erant que les temp´eratures positives, rencontre saplusgrandevariationen1840o`ul’hivertr`esfroidetneigeux21 futimm´ediatement suiviaud´ebutdel’ann´ee1841d’unbrusqued´egeletdepluiesabondantes22.L’´etude des temp´eratures de l’air est complet´ee par la diff´erence entre les moyennes calcul´ees d’apr`es les maxima et minima absolus mensuels et celles calcul´ees d’apr`es les maxima et minima absolus annuels indiquant les ann´ees o`u la temp´erature est homog`ene et celles o`u l’on trouve de grands ´ecarts. La temp´erature du sol est mesur´ee `a l’aide d’un thermom`etre suspendu dans un tube de zinc ayant3 m`etres de longueur sur12 centim`etresde diamˆetre. Le tubeest bouch´ e `a son extr´emit´e pour empˆecher l’air et la pluie d’y circuler. Le temp´erature ´ etait not´ee trois fois par mois, les 1er, 10 et 20 du mois. Tandis que la temp´erature 20p. 13 21ADS, 99 M 79964 22cf BUA, Les catastrophes naturelles dans la Somme au XIXe si`ecle
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 23
de l’air durant les ann´ees 1858 `a 1862 s’´ el`eve `a 9,7˚, la temp´erature moyenne ` a 3 m`etres dans le sol ´etait de 11,1˚. En consid´erant les temp´eratures moyennes des saisons, les diff´erences au niveau du sol sont encore plus nettes : la temp´erature du sol est beaucoup plus ´elev´ee que celle de l’air en hiver et en automne, au contraire elle est moins ´elev´ee en ´ et´e alors que les temp´eratures de l’air et du sol ne varient que de quelques dixi`emes seulement au printemps. En observant les temp´eratures moyennes mensuelles dans l’air et dans le sol on voit que la temp´erature moyenne de l’air commence son d´eclin vers le milieu de Septembre. La chaleur continue de gagnerlescouchesprofondesdusoljusquelami-septembre.Apartirdecemoment les couches sup`erieures se refroidissent et la chaleur se transmet de bas en haut jusqu’en fevrier. En mesurant la temp´erature des puits, on constate que celle-ci est plushomog`enequecelledel’air.Latemp´eraturemoyennedelaSommeestpresque ´ egale `a la temp´erature moyenne de l’atmosph`ere. Lamesuredelapluviom´etriesefaitaumoyendepluviom`etresplac´esenhauteur et ´eloign´esdemursoud’obstacles `alapluie.Laquantit´ed’eautombant `aAbbeville de 1841 `a 1860 peut aller du simple au double avec 492mm de variation entre 1855 (497mm)et184123 (984mm).Demˆemel’ann´ee1841o`ul’onvoit220joursdepluie contre 145 en 1855. Hecquet d´egage des grandes tendances pour les 20 ann´ees de l’´etude : il y a eu huit ann´ees pluvieuses (surtout 1841 et 1852), cinq ann´ees s`eches (1842 et 1855 notamment). En ´etudiant la r´epartition des pluies selon les saisons on constate que laquantit´e d’eau tomb´ee par jour atteint son maximum en automne et son minimum au printemps. Ansi des pluies abondantes au printemps lors d’une ann´ee exceptionnelle peuvent faire craindre des inondations en p`eriode automnale. Lesrelev´eshygrom´etriquessontr´ealis´es `adeuxheuresdel’apr`es-midi,lesmois les moins humides sont de juin `a aoˆut tandis que les plus humides sont ceux d’automne et d’hiver. L’observation du ciel consiste elle, `a relever les jours de neige, de grˆele et de brouillard. Les r´esultats montrent que la neige tombe le plus souvent aux mois de janvier, f´evrier et d´ecembre, ce n’est qu’exceptionnellement qu’on observe la neige au mois de mai ou octobre. La grˆele, elle, tombe le plus souvent en hiver et au printemps, amen´ee par des vents d’ouest, de nord-ouest et de sud-ouest. Les cartes des zones `a grˆele, ´etablies par H. Duchaussoy, montrent qu’Abbeville n’est pas une zonetr`esexpos´eeauxgrˆeles.DesarrondissementscommeceluideMontdidiersont bien plus souvent touch´es par cette calamit´e dont la violence est sup´erieure `a leur fr´equence lors des mois les plus chauds de l’ann´ee. 23Rappelons que 1841 est l’ann´ee o`u le d´epartement est frapp´e par de grandes inondations
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 24
Lagirouettepermetd’observerladirectiondesvents,ledocteurHecquetutilise celle de l’´eglise St Vulfran situ´ee `a une hauteur de 53 m`etres. Si cela permet de connaitre leur direction, cela ne donne pas d’indication sur leur intensit´e qui aurait pu ´etre mesur´ee par un an´emom`etre. La distinction entre vents forts et faibles est confi´ee `a l’appr´eciation de l’auteur. L’observation des vents permet de d´eterminer ceux qui favorisent la pluie; ainsi sur 100 pluies observ´ees `a Abbeville de 1855 ` a 1860 il en est tomb´e 33 lors d’un vent de sud ouest. A ces observations du domaine de la m´ et´eorologie, s’ajoutent des observations de la nature. Anatole Hecquet s’int´eresse notamment `a la vigne, autrefois cultiv´ee dans la r´egion d’ Abbeville : « Vers le quinzi`eme si`ecle, notre pays comptait, au nombre de ses productions des vignobles qui r´eussissaient assez bien pour constituer une partie des redevances pay´ees par les fermiers. S’il en faut croire les m´emoires du temps, Abbeville concourait autrefois avec Boves et Amiens ` a fournir de vins la table de nos rois »24. La culture de la vigne en Picardie a cess´ e `a la fin du XVIIe si`ecle du fait d’un abaissement des la temp´erature. Ces remarques sont toutefois contradictoires avec les observations de Camille Chandon concernant les vignes cultiv´ees `a Montdidier qui disparaissent lentement au XIXe si`ecle25. De mani`ere pragmatique, le docteur Hecquet r´efute une baisse manifeste des temp´eratures mais pointe une r´epartition nouvelle de la chaleur dans les diff´erentessaisonsdueauxnombreuxd´eboisementsquionteulieudanslar´egion26.
Les observations d’Anatole Hecquet et de la famille Chandon sont faites sur des p`eriodes et en des lieux diff´erents. Cette vari´ et´e servira bientˆ ot `a Herm´en´egilde Duchaussoy pour r´ealiser, `a l’articulation des deux si`ecles, un important travail de synth`ese.
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:44

1.3 Herm´en´egildeDuchaussoy
Herm´en´egilde Duchaussoy est n´e le 6 mai 1854 `a Hangest-sur-Somme, il entre en 1870 `a l’´ecole normale d’Amiens puis, grˆace `a une bourse, en 1873 `a l’Ecole Normale de Cluny. En 1876 il est nomm´e professeur au coll`ege d’Arras o`u il en24p. 10 25ADS 14 J 136, « Les vignes sont encore mentionn´ees pendant l’ann´ee 1856, la disparition compl`ete des vignes ne s’est faite que tr`es lentement » ´ecrivait Herm´en´egilde Duchaussoy au sujet des observations du docteur Chandon. 26p. 10 : « ... rien ne prouve que la temp´erature moyenne de notre climat ait ´ et´e autrefois plus ´ elev´ee qu’aujourd’hui. Il nous parait, au contraire, assez rationel d’admettre que la temp´erature moyenne n’a pas sensiblement chang´e, mais que la r´epartition de la chaleur dans les diff´erentes saisons `a pu ´etre modifi´ee sous l’influence des nombreux d´eboisements qui ont eu lieu dans ce pays depuis plusieurs si`ecles. »
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 25
seignelaphysique,lachimieetl’agriculture.Ilestagr´eg´een1880,etpartenseigner au lyc´ee de Bourges pendant cinq ans. Il revient `a Amiens en 1885 pour enseigner les sciences au lyc´ee d’Amiens et la chimie tinctoriale pour le compte de la Soci´ et´ e Industrielle. Il passe le plus clair de son temps libre `a l’observation de la nature et r´ edige nombre de notes et articles, il publie plusieurs ouvrages.
FIG. 1.3 – Herm´en´egilde Duchaussoy remettant la Croix de la L´egion d’Honneur au Capitaine Belette (avril 1919).
En 1890 il publie « Les zones `a grˆele du d´epartement de la Somme » s’insirant ainsi de M. Baille qui avait publi´e en 1867 dans l’Atlas m´ et´eorologique de l’Observatoire un certain nombre de cartes r´esumant des documents anciens sur les orages `a grˆele. Il s’y trouvait une carte de la Somme pour les ann´ees 1847 ` a 1867 r´ealis´ee `a partir des renseignements fournis par les compagnies d’assurances. L’ann´ee suivante le docteur Leno¨el, pr´esident de la Commission m´ et´eorologique du d´epartement, dressait une nouvelle carte des grˆeles anciennes de 1850 `a 1867 ` a l’aide de travaux conserv´es aux Archives d´epartementales et des donn´ees fournies par les compagnies d’assurance27. Quand H. Duchaussoy entreprend ce travail 27Pour retrouver ces donn´ees il ne faut pas uniquement rechercher des fonds sp´ecifiques aux assurances mais travailler sur les documents de La statistique g´en´erale de France
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 26
de cartographie il utilise certes ses observations mais surtout il est le premier du d´epartement `a collecter et synth´etiser les observations des autres m´ et´eorologues du d´epartement28. Ainsi il recense 324 orages `a Saint-Val´ery observ´es par le Dr Cousin de 1810 `a 1827; 639 `a Abbeville observ´es par M. Callary, Brion et Hecquet de 1833 `a 1859; 121 `a Albert par M. Comte; de 1866 `a 1870 et 171 `a l’Ecole normale d’Amiens de 1879 `a 1890. L’auteur signale qu’`a partir de 1860 les documents sur la grˆele sont plus complets car il dispose alors des comptes de la Caisse d´epartementale des secours contre la grˆele29. Duchaussoy a contact´e l’assurance contre la grˆele L’abeille qui lui communiquera gracieusement la liste de tous les sinistres qu’elle a constat´e sur la p`eriode consid´er´ee.
FIG. 1.4 – Carte des zones `a grˆele de 1861 `a 1890
En1894ilpublieLa m´ et´eorologie du d´epartement de la Somme30 ouvragedans lequel il fait un tableau de la m´ et´eorologie de notre d´epartement en utilisant les observations de Victor et Camille Chandon mais aussi celles d’Anatole Hecquet et de nombreux autres observateurs du d´epartement que nous avons d´eja cit´es. Le pr´eambule de son ´etude nous d´ecrit l’organisation des divers services d’observations m´ et´eorologiques dans le d´epartement de la Somme. Depuis l’impul28ADS, BR 353, Les zones `a grˆeles du d´epartement de la Somme de 1861 `a 1890, BSLN 29L’arr´ et´e pr´efectoral du 18 d´ecembre 1860 oblige les caisses d’assurances contre les risques ` a publier leurs comptes 30ABMA, PIC 20.355
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 27
sion donn´ee par Le Verrier, c’est l’Acad´emie d’Amiens qui organisa un service d’observations m´ et´eorologiques. C’est l’un de ses membres, Edouard Gand, qui effectua les observations dans un local proche du square Saint-Denis. Ces observations ´etaient trait´ees par M. Decharme, professeur au lyc´ee d’Amiens. D’apres Edouard Gand, les observations ont ´ et´e faites pendant quelques ann´ees avant que la maladie ne vienne les interrompre. Peu apr`es Emile Go¨et, de Roye, publiait une Topographie m´edicale et statistique de la ville de Roye comprenant un r´esum´e des observations faites de d´ecembre 1859 `a fin mai 1860 avec - selon Duchaussoy des instruments non v´erifi´es ou mal expos´es. Des observations plus pr´ecises ont ´ et´e faites par M. Comte, directeur de la filature d’Albert, du 1er juillet 1865 au 10 Janvier 1871, avec du mat´eriel ´etalonn´e et v´erifi´e par le personnel de l’Observatoire, malheureusement avec l’avanc´ee prussienne les observations sont interrompues avec le bris du thermom`etre («par le bris du thermom`etre `a minima provoqu´ e par l’irruption d’une bande d’ennemis »). Depuis malgr´e ses demandes r´ep´ et´ees afin de recevoir du mat´eriel neuf il ne fit que des observations pluviom´etriques conserv´ees sur des agendas. Les observations m´ et´eorologiques de l’Ecole normale des Instituteurs ont commenc´e le 1er mai 1867, le barom`etre se trouvait dans la biblioth`eque de l’Ecole, `a 31 m`etres d’altitude. Les thermom`etres et psychrom`etres31 se trouvaientsousun abridispos´edanslejardinaumilieu duquel ´etait ´etablile pluviom`etre.Lesobservationsd’abordtrihorairesnesontplusfaitesque3foisparjour, ` a6h.dumatin, `amidiet9h.dusoir `apartirdemai1879.Ilsubsistedeslacuneslors des ann´ees d’occupation, les Prussiens ayant transform´e l’Ecole en hopital. Selon Duchaussoy, beaucoup d’erreurs ont ´ et´e commises par la n´egligence des ´ el`eves. Pour d´evelopper le service des avertissements agricoles, ´etudier les orages, encourager les observations, Le Verrier souhaita la cr´eation de commissions d´epartementales. Dans la Somme, le premier pr´esident fut le docteur Leno¨el. En 1880, le Conseil G´en´eral etablit une station agronomique dot´ee d’une collection d’instrumentspourlesObservationsm´ et´eorologiques.Cellesciont ´ et´efaitesparles directeurs M. Guignet et Nantier `a partir du 15 octobre 1880. La station poss´edait un barom`etre, un pluviometre, des thermom`etres, un psychrom`etre, un h´eliographe de Campbell, des enregistreurs Richard et une girouette. Les observations sont publi´ees dans les bulletins de la station agronomique, `a partir de la mˆeme ´epoque, celles ci sont reprises dans le Bulletin de la Commission m´ et´eorologique (29 bulletins mensuels d’aout 1884 `a d´ecembre 1886, et un bulletin annuel `a partir de 1885). En 1894 la Commission est pr´esid´ee par M. de la Hougue ing´enieur en 31Instrumentform´ededeuxthermom`etres,l’un `areservoirsec,l’autre `ar´eservoirhumide,quisert ` a mesurer l’humidit´e de l’air
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 28
chef des Ponts-et-Chauss´ees; elle comprend une vingtaine de postes pour les observations pluviom´etriques; la temp´erature est not´ee r´eguli`erement `a Saint-Valery, Beaucamps-le-Jeune, Doullens, Abbeville et Ham; la migration des oiseaux et les ph´enom`enesp´eriodiquessontaussi ´etudi´es.D’apr`esnosrecherches32 Herm´en´egilde Duchaussoy en devient le pr´esident `a partir de 1911. Il continue `a pr´esider la commission malgr´e la guerre et la charge de maire dont il h´erite en mai 1916. En 1924 il redevient simple membre apr`es avoir r´eorganis´e une commission m´ et´eorologique consid´erablement affaiblie par le premier conflit mondial33. Les documents m´ et´eorologiques concernant le d´epartement sont alors centralis´ees `a la station agronomique et publi´es dans un bulletin sp´ecial mais aussi dans le Bulletin de la Soci´ et´e des Agriculteurs de ls Somme, dans la Gazette m´edicale de Picardie,dansleBulletin du Bureau d’hygi`ene de la ville d’Amiens.Chaquejourle Progr`es de la Somme donne un r´esum´e des observations de la station avec le temps probable du lendemain. L’observation et la pr´evision m´ et´eorologique touchent un peu plus le grand public. Dans cet ouvrage, hormis les pr´ecieuses pr´ecisions qu’il apporte sur l’organisation m´ et´eorologique de notre d´epartement, il recense les chroniques m´ et´eorologiques picardes et il s’efforce de donner la liste pr´ecise des ´ ev`enements m´ et´eorologiques remarquables dans notre d´epartement depuis 544. La majeure partie de l’ouvrage est consacr´ee `a la synth`ese d’observations traditionnelles `a l’aide des donn´ees de l’Ecole normale ainsi que des observateurs comme Brion, Callary, Decharme et Hecquet... Observations m´ et´eorologiques de Victor et Camille Chandon de Montdidier34, estpubli´een1902,ils’agitd’unouvragedesynth`esedesobservationsdelafamille Chandon qui, sur une p´eriode de quatre vingt six ans, constitue une longue s´erie de mesures m´ et´eorologiques; elles n’ont connu aucune interruption du 1er d´ecembre 1783 `a la fin de l’ann´ee 1869. Duchaussoy se penche sur les 172 tableaux (2 par ann´ee) contenant 32 422 mesures dont plus de dix mille ont du ´etre converties de dimensions lin´eaires35 en millim`etres et les temp´eratures de degr´es R´eaumur en degr´es centigrades. La publication des observations s’articule autour de dix tableaux :
32ABMA, PIC 22.680 33ABMA, PIC 22.680, Bulletin pour les ann´ees 1919 `a 1924 35Victor et Camille Chandon utilisaient certains instruments gradu´es en lignes et non en millim`etres ce qui rend difficile la lecture de la mesure et surtout sa comparaison avec des instruments normalis´es
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 29
– Le premier tableau concerne la pression atmosph´erique brute; il donne les moyennes mensuelles de la pression telle que not´ee par les Chandon.
– La pression atmosph´erique r´eduite; sous ce terme on trouve un tableau donnant les moyennes mensuelles corrig´ees. Le pr´ec´edent tableau donnait les donn´ees brutes, ici elles sont corrig´ees en tenant compte du d´eplacement du barom`etre.
– Le troisi`eme tableau sont les moyennes mensuelles des temp´eratures, calcul´ees en divisant par 3 le moyenne des observations quotidiennes (faites ` a 6h, 14h et 22h).
– Lesquatri`emeetcinqui`emetableauxdonnentpourchaquemoislaplusbasse et la plus haute temp´erature relev´ees aux heures d’observations36.
– Le sizi`eme tableau est celui des hauteurs de pluie, suivi par le nombre de jours de pluie, neige ou grˆele pour le septi`eme tableau.
– Le huiti`eme tableau est d´edi´e aux jours de neige `a Montdidier.
– Le jours de tonnerre sont compt´es dans le neuvi`eme tableau.
– Le dixi`eme tableau est consacr´e aux observations sur les oiseaux : la date d’arriv´ee des hirondelles, le premier chant du coucou et du rossignol
La consultation des originaux des relev´es de Victor et Camille Chandon37 qui sont des relev´es bruts donne une id´ee du travail fastidieux de synth`ese encore une fois r´ealis´e seul par Herm´en´egilde Duchaussoy. La mˆeme ann´ee avec la publication dans le Bulletin de la Soci´ et´e Lin´eenne du nord d’un article intitul´e Les assurances contre la grˆele38, Duchaussoy il insiste sur la n´ecessit´e pour les agriculteurs de s’assurer contre la grˆele. Les assurances mutuelles apparaissent au XIXe si`ecle et peinent `a convaincre de leur utilit´e, la situation s’am´eliore `a la fin du si`ecle mais l’auteur reste s´ev`ere contre l’illusion qu’entretiennent les canons grˆelifuges : « Dans quelques ann´ees tout le monde 36Un thermom`etre `a maxima et `a minima n’est pas utilis´e, de ce fait la temp´erature minimale ou maximaled’unejourn´een’estpasconnue.Seulslesextrˆemesauxheuresd’observationssontrelev´es. 37ADS, 14 J 136 38ADS, 39 REV 121
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 30
reconnaˆıtraquelescanonsgrˆelifugesfaisaientbeaucoupdebruitetpeudebesogne. ». Apr`es avoir d´emontr´e que le coˆut engendr´e par l’installation et l’utilisation d’une telle « artillerie grˆelifuge » est bien plus important - surtout compte tenu de l’effet produit - aux bienfaits que peux offrir l’assurance contre la grˆele il donne quelques statistiques concernant les sinistres dans le d´epartement du fait de la grˆele. Ainsi pour 20 ans (de 1791 `a 1890), il y a eu 41 167 victimes de la grˆele dans le d´epartement de la Somme; 4 642 (soit seulement 11,2 %) ´etaient assur´es, 4 315 seulement ont ´ et´e secourus de fac¸on m´ediocre. Le dommage total est ´evalu´ e `a 12 843 000 francs, les secours se sont ´elev´es `a 116 000 francs (soit 0,9 %) et les d´egr`evements d’impˆots `a 248 000 francs (soit 1.9 %). Duchaussoy fait encore ici la d´emonstration de son talent qui consiste `a utiliser la m´ et´eorologie ` a des fins pratiques et d´emontrer de fac¸on convaincante aux agriculteurs du d´epartement qu’il faut s’assurer contre la grˆele. Cette pr´eoccupation du professeur d’agriculture sera continuelle au cours de sa vie puisqu’on a retrouv´e aux archives de M´ et´eo-France une carte des zones `a grˆele mise `a jour en 192539 soit 3 ans avant sond´ec`es.Cettecarteestpubli´eedansleBulletindelacommissionm´ et´eorologique du d´epartement de la Somme la derni`ere ann´ee de sa pr´esence au sein de la commissionm´ et´eorologiquedud´epartement.Ils’´eteint `aVersaillesen1928 `al’ˆage de 74 ans.
A la fin du XIXe si`ecle on voit comme les commissions m´ et´eorologiques ou agronomiques coordonnent l’observation et la pr´evision du temps, mais perturb´ees par la guerre et face `a des besoins acrus, l’Etat va mettre en place une structure nationale d’observation.
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:44

1.4 Lastationm´ et´eorologied’Abbeville
Les commissions m´ et´eorologiques et agronomiques assuraient donc l’essentiel dutravaild’observationetdepr´evisionm´ et´eorologiquedansnotred´epartementjusqu’alafindelapremi`ereguerremondiale.L’Etatconscientdubesoindecoordonner les observateurs et de rendre plus efficace un r´eseau m´ et´eorologique n´ecessaire aux progr`es du XXe si`ecle va se doter d’un v´eritable r´eseau national. D`es 1856, treize stations m´ et´eorologiques fonctionnaient sur le territoire et c’est en 1863 que le Bulletin de l’observatoire imp´erial commence la publication r´eguli`ere - c’est `a dire au public - de cartes m´ et´eorologiques d´etaillant les 39AMBA, 900 AA
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 31
pressions atmosph´eriques40. La premi`ere guerre mondiale fait faire un bond en avant `a la m´ et´eorologie, les pr´evisions et les observations ont maintenant un aspect strat´egique. L’utilisation des gazs exige de connaitre la direction et la vitesse des vents; la chasse et le bombardement a´erien sont tributaires de la m´ et´eorologie. Apr`es la guerre est cr´ e´e l’Office National M´ et´eorologique qui devient en 1945 la M´ et´eorologie Nationale et qui regroupe les services de la m´etropole et des d´epartements d’outre-mer. Au plan international, c’est en 1947 qu’est cr´ e´ee l’Organisation M´ et´eorologique Mondiale41 qui, depuis son premier congr`es en 1951, est devenue une organisation sp´ecialis´ee de l’ONU. Lastationm´ et´eorologiqued’Abbevillecr´ e´eeaulendemaindelapremi`ereguerre mondiale,en1920,s’inscritdanscer´eseauinternational.Lechoixd’Abbevillea ´ et´ e d´etermin´eparsasituation ` a ´equidistancedeLondresetdeParis.L’id´eed’unestation m´ et´eorologiqueestdoncli´eed`esl’origineauxbesoinsdel’a´eronautique.Lastation fut d’abord install´ee route de Doullens sur un petit terrain d’aviation. L’ann´ee suivante, en 1921, elle fut transf´er´ee sur l’a´erodrome d’Abbeville-Drucat, `a l’est de la route d’Hesdin. D’abord en baraquement, l’installation ne fut en dur qu’a partir de 1925 et enti`erement d´etruite en mai 1940 par les troupes allemandes. La station fut alors regroup´ee `a Barb´ezieux en 1942, puis `a Paris. A partir du 1er novembre 1944 elle fonctionne de nouveau normalement `a Abbeville et est install´ee provisoirementdansunemaisonsitu´eeausommentdelacotedelaJustice;lar´einstallation d´efinitiveeutlieule1er juin1963dansleslocauxactuelssurl’a´erodrome,luimeme transsf´er´ e `a l’ouest de la route d’Hesdin. La station d’Abbeville s’inscrit dans le r´eseau de base qui assure l’´echange des renseignements et observations `a l’´echelon international. Elle d´epend du Minist`ere des Transports et se trouve rattach´ee au Centre M´ et´eorologique R´egional du Bourget. Il n’existe en Picardie que deux autres stations de ce type : Saint-Quentin et Beauvais.Lastationest ´equip´eeeninstrumentsdemesure(temp´erature,insolation, humidit´e,pr´ecipitations,vents,mesuredesnuages...)etd’outilsdetransmission.Le servicedelastationestassur´e24heuressur24.Ilyadansled´epartement49postes climatologiques42 :8rel`eventlafoislestemp´eraturesetlespr´ecipitations,lesautres uniquement les pr´ecipitations et les ph´enom`enes divers tels qu’orage, grele, neige, verglas, gel´ee blanche, ros´ee, etc... 40Cartes isobares : dans l’espace `a trois dimensions que forme l’atmosph`ere, une surface isobare estunesurfacer´eunissant `auninstantd´etermin´elespointsenlesquelslapressionatmosph´eriqueest ´ egale `a une mˆeme valeur donn´ee. 41http ://www.wmo.ch/index-fr.html 42voir figure
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 32
FIG. 1.5 – Postes climatologiques control´es par la station d’Abbeville
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 33
L’assistanceauxusagersestl’aspectleplusconnudel’activit´edelastationmais elle suppose tout un travail technique. La base du travail est constitu´ee par l’observation et la transmission des renseignements et l’´elaboration de documents : Les observationsquotidiennessontconsign´eessuruncarnetd’observationetuncompte rendu quotidien conserv´es en archives de mˆeme que les diagrammes des divers appareils enregistreurs et un certain nombre de relev´es (cartes d’orages et de grˆeles par exemple). En raison de la destruction de tous ses documents en 1940, la station d’Abbeville ne dispose pas de toutes les archives ant´erieures `a sa r´einstallation le 1er novembre 1944. Certaines s´eries ont pu toutefois ´etre reconstitu´ees `a partir des doubles des archives de la M´etorologie Nationale. En cas de mauvais temps, c’est `a dire de plafond bas (base des nuages inferieure `a 300m), mauvaise visibilit´ e (inf`erieure `a5km),doncdemauvaisesconditionspourl’a´eronautique,desobservationssonttransmisestouteslesheures.Lesph´enomenesatmosph´eriquesdangereux telsqueorages,ventsforts,grˆeles,chutesdeneige,verglasfontl’objetdemessages d’observation sp´eciaux. Chaque jour une carte est adress´ee `a la station d’avertissements agricoles d’Arras et chaque mois est r´ealis´e un bulletin climatologique ´ edit´e par la commission m´etorologique cr´ee en 1968. Chaque bulletin comprend 3 parties : climatologie, caract´eristiques du mois ´ecoul´e; incidence des valeurs climatologiques sur l’activit´e g´en´erale; m´ et´eorologie avec une ´etude particuli`ere. Ces bulletins sont disponibles sur l’internet. La station m´ et´eorologique fournit aussi des renseignements aux compagnies d’assurances afin de compl´eter leurs investigations concernant des sinistres qui seraient le fait d’al´eas climatiques. Les entreprises du bˆatiment et de travaux publics les consultent r´eguli`erement car les chantiers de construction sont tributaires du temps. Le nombre des usagers de la station est devenu si ´elev´e dans les ann´ees 60 que la r´eponse aux appels t´ el´ephoniques ´etait alors une charge excessive pour un personnel peu nombreux. L’installation de r´epondeurs automatiques s’imposait mais la M´ et´eorologie nationale ne disposait pas de cr´edits pour cela. En raison de l’int´eret ´economique et humain des renseignements fournis, le Conseil G´en´eral de la Somme accorda une premi`ere subvention compl´ et´ee par une subvention de la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Abbeville, qui assure en outre l’entretien annuel. Les r´epondeurs sont mis en service le 19 janvier 1966. Ce dispositif fut compl´ et´e en 1971 par la mise en place des deux r´epondeurs automatiques de la station Agronomique d’Amiens qui diffuse exactement les mˆemes bulletins. Les r´ epondeurs d’Amiens ont b´en´efici´e eux aussi d’une subvention du Conseil G´en´eral compl´ et´ee par des subventions de la Chambre d’Agriculture de la Somme et de la
CHAPITRE 1. OBSERVATEURS ET OBSERVATIONS 34
Chambre de Commerce et d’industrie d’Amiens.
L’observation des ph´enom`enes m´ et´eorologiques dans le d´epartement de la Somme `a, tout au long de son histoire, quelques caract´eristiques r´ecurentes. En premierlieucesontbiensouventlesscientifiques,m´edecinsouprofesseurs,quiont r´ ealis´e les relev´es qui nous permettent aujourd’hui de r´ediger cette ´etude. D’autre part,mˆemesiils ´etaientdeg´en´erationdiff´erentes,cesobservateursseconnaissaient et partagaient leurs travaux, comparaient leurs instruments, transmettaient leur savoir. Avant que l’Etat ne se penche sur cette question, il existait d´eja un r´eseau informel d’observateurs et mˆeme si la profession de m´ et´eorologue n’existait pas encore ils en ´etaient les pr´ecurseurs. A la fin du XIXe si`ecle ces hommes font souvent partie des commissions agronomiques ou m´ et´eorologiques, premi`ere structure quicollecteleursobservations;apr`eslapremi`ereguerremondiale,l’Etatayantcr´ e´ e laM´ et´eorologieNationale,leursh´eritiersseverrontconfierlatenuedepostesd’observations compl´ementaires.
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:44

Chapitre2
Sourcesarchivistiques
Nous avons divis´e les sources archivistiques en trois parties pour des raisons pratiques et de clart´e. En premi`ere partie on trouvera les sources disponibles aux archivesd´epartementalesetnationales,c’estleurproximit´e,tantdanslath´ematique que dans leurs caract´eristique qui est la raison de ce rapprochement. Dans une seconde partie on trouvera les archives municipales de la ville d’Amiens qui se compl`etentetser´epondent(coupuresdejournaux,d´ecisionsmunicipales,ouvrages locaux dans les deux cas). Enfin, dans une troisi`eme partie, un inventaire des archives qu’on pourra trouver aupr`es des services de M´ et´eo-France a ´ et´e r´ealis´e. Le fond d’archives de M´ et´eo-France demeure assez technique et porte essentiellement sur des relev´es m´ et´eorologiques.
2.1 Archivesd´epartementalesetnationales
Nous avons d´ecid´e de regrouper dans cette partie les archives publiques que l’on peut consulter dans les sites nationaux, d´epartementaux ou municipaux. La raison principale de ce regroupement est la similitude entre les dossiers. Ainsi un dossierd’indemnisationconsult´eauxarchivesd´epartementalesestcompl´ et´e,dufait notamment de la correspondance entre les pr´efets et l’Etat, par un dossier conserv´ e aux archives nationales, il existe donc un lien entre ces archives.
2.1.1 Lesaversesdegrˆeleetlesorages Nous avons d´elib´eremment choisi d’associer dans cet inventaire l’averse de grˆele et l’orage, tant les deux ph´enom`enes sont li´es et se produisent souvent en mˆeme temps.
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:45

-99M644(1801-1817):Catastrophes naturelles, incendies, instructions
-99M107632(1812-1813):Incendies grˆeles. Fonds de secours (r´epartition)
-99M571(1812-1821):Sinistres(orage,grˆeles,incendies).Rapports,secours exceptionnels
-99M242(1815-1818):Incendies, grˆeles, orages. Rapports, secours
-99M81090/4(1816,1823):Inondations, grˆeles; Hamelet, Boves, Oissy...
-99M80948/8(1826-1835):Grˆeles, pertes 1818-1836. Incendies
-99M107631(1838):Inondations, grˆeles
-99M107620(1839):Grˆeles et incendies, demandes de secours
99M106967/1-2(1893-1909):Station agronomique
Financement de la station agronomique. Collaboration avec H. Duchaussoy. Bulletins de la commission m´ et´eorologique.
-99M471(1895):Orage du 10 Aout 1895
-99M472/1(1895):Orage du 10 Aout 1895
-99M472/2(1895):Orage du 10 Aout 1895
-99M93501/1(1899-1900):Orages de grˆele
-99M93501/02(1902):Orage de grˆele
KZ 3319 (1905) : Rapport annuel du directeur de la station agronomique au pr´efet du d´epartement.
-99M93510(1906):Orage du 02 Aout 1906
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 37
99M97209/4(1909-1928):Rapports de la station agronomique
Malgr´e l’absence de donn´ees m´ et´eorologiques pr´ecises, ces documents donnent une id´ee des conditions dans lesquelles doivent ´etre r´ealis´ees les observations m´ et´eorologiques (modalit´es, instruments...). On y remarque des conditions de travail parfois difficiles. En 1926 on signale la participation d’Herm´en´egilde Duchaussoy `a la r´edaction des bulletins.
- 99 M 501 (1926, 1928) : Incendies, grˆele, ´epizooties. Etats r´ecapitulatifs de 1926. Questionnaires communaux. Comptes des bureaux de bienfaisance.
- 99 M 502 (date inconnue) : Statistique G´en´erale de France. Sinistres (incendies, grˆeles, ´epizooties). Etats des communes. Comptes des bureaux de bienfaisance.
- KZ 1213 (1930-1937) : Risques de toutes natures. Responsabilit´e des communes.
Enquˆete de la pr´efecture de la Somme sur les risques engageant la responsabilit´e civile des communes. On demande aux maires de remplir un questionnaire pour ´etablir des statistiques concernant les depenses des communes par suite de risques pouvant engager leur responsabilit´ e.
- F105427 et F105428 (1950-1952) : Secours aux agriculteurs, victimes de calamit´es.
-64W159(1969):Genie des Eaux et Forets
Rapports mensuels sur la situation ´economique et agricole du d´epartement de la Somme; ´ etablis par l’ing´enieur en chef du G´enie rural des Eaux et Forˆets. La premi`ere section des rapports concerne les conditions atmosph´eriques du mois en cours, les autres sections, notammentdelaseconde `alaquatri`emesontd´edi´eesauxculturesetpeuventnous ˆetreutiles.
2.1.2 Lesventsforts Bien que ce que l’on d´enomme alors ”ouragans” soit de nos jours consid´er´es comme des tempˆetes nous avons souhait´e conserver ce terme souvent utilis´e dans la d´enomination des dossiers. Cela facilite la r´ef´erence `a un ´ev´enement puisque tous les intervenants d’alors parlent ainsi.
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 38
-99M441(An9(1800)):Ouragan, organisation des secours
- 99 M 107036/1 (1816-1817) : Secours pour ´ev`enements malheureux. Naufrage du 10 Mai 1815. Secours aux marins de Cayeux
-99M80498/2(1831):Ouragan du 18 Aoˆut 1831
-99M98543(1848):Ouragan du 20 Juillet 1848
-5REV59(1982):Incidents climatiques. BSLN tome 25
-37REV76(1991): Les tempˆetes des mois de Janvier et F´evrier 1991 dans le nord de la France.
2.1.3 Lesinondationsdansled´epartementdelaSomme Les inondations de fond de vall´ee ou dues `a la submersion des cˆotes par la mer sont fr´equentes lors des deux si`ecles ´etudi´es et de nombreuses sources les concernent. Aux archives d´epartementales de la Somme on trouvera notamment dans le fond 99M et 99S des r´eclamations, plaintes et rapports concernant ces ph´enom`enes. De nos jours, la pr´egnance des inondations de 2001 a incit´e les conservateurs `a se documenter sur le ph´enom`ene sans toutefois remonter tr`es loin dans le pass´e. Ainsi les archives de ville d’Amiens, tant `a la bibioth`eque municipales que rue Riolan ont constitu´e des dossiers assez complets sur les inondations dans la Somme au XXe si`ecle.
-99M81090/4(1816,1823):Inondations, grˆeles; Hamelet, Boves, Oissy...
- 99 M 81090/4 (1823) : Inondations de janvier 1823 dans le cantion de Molliens Vidame et `a Boves
-99M107631(1838):Inondations, grˆeles
-6M11(1841):Statistiques m´ et´eorologiques en 1841
-6M2069(1841):Observations m´ et´eorologiques
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 39
-99M79964(1841):Inondations de 1841 dans le d´epartement de la Somme
Les inondations de 1841, notamment `a Abbeville. Tr`es int´eressants rapports au pr´efet (qui transmet l’information au minist`ere) par le sous-pr´efet d’Abbeville.
-99M98543(1848-1850):Inondations de 1848-1850
- 6 M 2379 (1852-1870) : Inondations : ´etats r´ecapitulatifs annuels du d´epartement
-99M107131/1(1856):Inondations, souscription des communes
-F1414722(1867-1944):Dommages caus´es par les inondations
-99S355884(1879-1880):R´eclamations apr`es les inondations de 1879-1880
Particuli`erement catastrophiques (Camon, Laneuville-les-Bray, entre P´eronne et Bray - o` u l’on accuse les lachures du canal de Saint-Quentin -, Corbie) ce dossier est int´eressant dans l’´etude du ph´enom`ene de la rumeur qui se propagea alors.
-99S377670(1880-1884):Inondationsdelavall´eedelaSomme.Commission d’´etudes
Travaux de la Commission d´epartementale pour l’´etude du r´egime des eaux de la Vall´ee de laSommeen1881cr´ e´ee `alasuitedesinondationde1879.Undossierimportantdansl’´etude des inondations dans ce d´epartement. On y ´etudie les causes et les remˆedes `a apporter. Y est adjoint quantit´e de baux qui afferment l’entretien du canal `a des artisans ou soci´ et´es, on y pr´ecise les taches `a effectuer et les consignes `a respecter.
-99M81570/1(1910):Inondations de 1910
Les inondations de 1910 n’ont pas eu dans la Somme l’ampleur de celles de la r´egion parisienne. Certaines exploitations maraˆıch`eres de la Somme sont cependant sinistr´ees et recoivent une indemnisation. Dans ce dossier, le d´epartement fait preuve de solidarit´e envers les sinistr´es des autres r´egions. Cela temoigne du caract`ere ´eminement local du ph´enom`ene. Le t´ el´egramme du minist`ere de l’int´erieur dat´e 3 Decembre 1910 atteste de l’inqui´etude ressentie `aPariseninformantlespr´efetsquesuiteauxd´ecretsrendusenconseildesministres il est possible de proroger les d´elais dans lesquels doivent etre faites les d´eclarations. Le pr´efet de la Somme r´epond que les sous-pr´efets de P´eronne, d’Abbeville, et le professeur d´epartemental d’agriculture n’ont pas trouv´e d’inondations.
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 40
-99M95/2(1931):Inondations de 1931
Crues importantes `a Abbeville en f´evrier 1931. Montre l’importance que peut avoir les grandes mar´ees dans l’aggravation de la situation. Cette inondation est consid´er´ee comme plus importante que celles de 1910, 1917 et 1926 dans cette ville. Beaucoup de coupures de presse.
64W442(1968-1970):Inondation
Travaux de d´efense contre les inondations pour les ann´ees 1968 `a 1970. Il faut faciliter par desdraguagesl’´ecoulementdeseauxdelavall´eedelaSomme.En1969,l’ing´enieurenChef des Ponts et Chauss´ees donne son opinion tranch´ee sur les constructions des riverains en fond de vall´ee.
Hauteurs d’eau
Les hauteurs d’eau sont mesur´ees par le service des Ponts et Chauss´ees aux
´ ecluses, barrages et d´erivations le long de la rivi`ere et du canal de la Somme. La s´erie est malheureusement lacunaire mais couvre malgr´e tout des ´episodes d’inondation.
-99S355152(1821-1826)
-99S355138/1-2(1830-1831)
-99S355880(1833-1835)
-99S355637(1863-1845)
-99S355874(1849-1851)
-99S355134(1853-1856)
2.1.4 LecanaldelaSommeouduDucd’Angoulˆeme La construction du canal de la Somme d´ebute en 1770 pour s’achever en 1843. D’une longueur de 156 km, le canal d´ebute `a Saint-Simon et d´ebouche dans la baie de Somme. De Saint-Simon `a Froissy le canal est lat´eral `a la Somme; de Froissy `a la mer la Somme le cours d’eau est soit une rivi`ere soit canalis´ee en
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 41
d´erivation d’Abbeville jusqu’`a Saint-Valery-sur-Somme o`u le canal maritime, autrefois d´enomm´e canal du Duc d’Angoulˆeme, se jette dans la Manche.
Le service des Ponts et Chauss´ees
Le service des Ponts et Chauss´ees assure plus que l’entretien courant du Canal de la Somme mais plutˆot une profonde maintenance et certaines am´eliorations comme les redressements de m´eandres trop prononc´es. Ces derniers favorisent les inondations - au mieux des contre foss´es, au pire des riverains - en retenant herbes et alluvions. Ce service recharge aussi les berges, contrˆole les ´ecluses et la circulation des bateaux sur le canal.
-99S368733(1812):Entretien des foss´es des grandes routes
-99S371230(an11-1810):Moulins et usines `a Amiens
-99S355577(an13-1813):Grandes routes et travaux, canaux
-99S368413(1810-1823):Ach`evement d’Abbeville `a Saint-Valery
-99S355184(1811-1829):Travaux
-99S355822(1811-1837):Affaires diverses
-99S355953(1816) `a99S355982(1843-1852):Travaux et divers
-99S355155(1816-1840):Affaires diverses
-99S355146(1817-1833):Affaires diverses
- 99 S 368315 (1817-1868) : Airaines, Amboise, Drancourt, Ancre, Authie : affaires diverses
- 99 S 378084 (1818) : Curages, reconstructions de ports, redressement du chenal de Saint-Valery
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 42
-99S378242(1819-1901):Dossiers g´en´eraux
-99S355049(1821):Partie `a ouvrir au-dessus du chˆateau de Ham : plan
-99S371213(1822-1835):Canal du duc d’Angoulˆeme (Amiens)
-99S355154(1824-1831):Affaires diverses
-99S371203(1824-1840):Travaux sur le canal
-99S355050(1825-1832):Comptabilit´e, divers
-99S355158(1825-1836):Travaux sur le canal
- 99 S 371330 (1827-1844) : Canal du duc d’Angoulˆeme : coupe et plantation d’arbres sur les francs bords
-99S377839(1828-1843):Canal du duc d’Angoulˆeme : droits de navigation
-99S368312(1828-1834):Curage des rivi`eres non navigables
- 99 S 355527 (1834-1841) : Curage des rivi`eres non navigables, Amiens et autres
- 99 S 368311 (1834-1845) : Curages des arrondissements d’Abbeville, Amiens, Doullens, Montdidier, P´eronne
-99S355524(1835-1841):Curage des rivi`eres non navigables, Amiens
-99S355156(1839-1847):Travaux sur le canal
-99S375106(1840):Constructions reconstructions, travaux
-99S377221(1847-1850,1904):Rivi`ere de Cologne : curage et entretien
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 43
- 99 S 375048 (1850-1866) : Ports maritimes, canal de la Somme, travaux. Amiens
- 99 S 375049 (1850-1866) : Ports maritimes, canal de la Somme, travaux. Amiens
-99S375050(1850-1866):Ports maritimes, canal de la Somme, travaux
- 99 S 377451-452 (1850-1899) : Rivi`ere de la Maye : dossiers g´en´eraux et collectif
-99S377031(1853-1863):Rivi`eres d’Amboise et Drancourt, curage
- 99 S 368320 (1854-1855) : Hallu, Bray, Doingt, Nonnais, Bresle, Cologne, Ingon : affaires diverses
-99S371147(1861-1868):Travaux Amiens
-99S375075(1862-1865):Canal de la Somme, port du Crotoy, travaux
-99S378114(1864-1905):Curage, travaux, r´eclamations
- 99 S 375039 (1865-1869) : Canal de la Somme, port du Crotoy, travaux. Rivi`ere de l’Avre
- 99 S 368637 (1868-1873) : Travaux divers aux routes d´epartementales et canal de la Somme
Adjudications de travaux. Reconstructions des ventelleries (Vanne motrice et une ou plusieurs vannes barrant la rivi`ere. La hauteur de ces vannes ´etait r´eglement´ee. Au XIX`eme si`ecle, un d´eversoir permettait d’´evacuer le trop-plein d’eau afin d’´eviter l’ouverture manuelle des vannes.) du barrage de Saint Valery. D´ecret du 11 mars 1868 pour l’am´elioration du Canal de la Somme. Construction d’une ´ecluse `a Lamotte Brebi`ere. Reconstruction du barrage de Long et de Daours.
-99S377621(1883,1898-1901):Rivi`ereduScardon:curageetfaucardement
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 44
-99S377151(1891):Rivi`ere de Beine : curage
-99S355157(1894):Canal de la Somme (Amiens)
-99S355606(1894-1899):Canal de la Somme. Adjudication de l’entretien
-99S355586(1900-1903):Routes nationales et ports maritimes. Entretien
Cahier des charges pour le dragage d’une partie du canal de la Somme en 1900. Adjudications. Changements dans l’octroi des march´es : les draguages doivent etre effectu´es `a l’aide du mat´eriel appartenant `a l’Etat. Le ministre des travaux public, `a titre d’essai pour 1900, d´ecide qu’ils seront effectu´es en r´egie. Autant que possible, les ouvrages importants feront l’objet de march´es `a la tˆache.
-KZ321(1907-1936):Canaux et rivi`eres
-99 S378581 (1910-1928): Services hydrauliques : rapports de l’ing´enieur en chef
-KZ3203(1930-1963):Canal et rivi`ere Somme
-KZ973(s.d.):Hausse des eaux
Aux archives nationales :
- F147074 (1804-1876) : Projets de canaux; canal de Picardie; canal du duc d’Angoulˆeme (correspondance avec M. Sartoris, banquier)
-F1414511 `aF1414666(1806-1959):Canaux. Classement alphab´etique
-F146760(1808-1862):Rivi`eres S`evres et Somme
-F147062 `aF147072(1809-1889):Canal de la Somme
-F142767(1811-1819):Secours aux indigents sinistr´es
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 45
- F147079 (1822-1830) : Commission des routes et canaux. Rapports, canal de Saint-Quentin et Canal de la Somme
-F1414723 `aF1414733(1853-1936):Annonce des crues, classement par bassins
- F147547 et F147548 (1856) : Renseignements et dommages caus´es par les inondations de 1856.
- F147549 `a F147551 (1866) : Souscriptions et dommages caus´es par les inondations de 1866.
- F147552 (1866-1869) : Rapport ministeriel sur les inondations de 1866. Statistiques des d´epenses faites pour la r´eparation des dommages caus´es par les inondations (1814-1865). Commission d’´etude des inondations, m´emoires, p´etitions, moyens propos´es (1866-1869). D´efense des villes (1862-1869)
S´eries r´ecentes :
-3ETP17:Donn´eesconcernantletonnagedutraficsurleCanaldelaSomme.
Il faut attendre 1969 pour d´epasser de nouveau le cap des 100 000 tonnes atteintes en 1919 (du fait de la guerre). On projete en 1976 d’ouvrir le canal aux p´eniches de 400 tonnes mais cela entrainerait trop de travaux pour le b´en´efice escompt´ e.
-64W56(1963):Hydrologie du bassin de la Somme
-64W84(1963):Etude hydro-g´eologique
-64W80(1972-1973):Agence du bassin Artois-Picardie
-64W81(1973):Agence du bassin Artois-Picardie - Budget
-64W82(1973):Agence du bassin Artois-Picardie - Qualit´e des eaux
-1321W13(1977-1982):Canal de la Somme
-1321W14(1976-1988):Canal de la Somme
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 46
-8ETP18(1887-1959):M´ et´eorologie foresti`ere.
Description des outils m´ et´eorologique de l’Office national des eaux et forets. Extrait du Journal Officiel du 1er juillet 1944, loi n˚134 relative `a la l’unification des services de la m´ et´eorologie : « Art 13 : il est cr´ e´e sous l’autorit´e du directeur de l’office national m´ et´eorologique, un r´eseau climatologique franc¸ais d’Etat qui se substitue aux r´eseaux locaux des commissions m´etorologiques d´epartementales. ». Organisation des stations m´ et´eorologiques foresti`eres du d´epartement de la Somme
-64W245(1972):Comit´e du bassin Artois-Picardie
-64W399(1967):Eaux souterraines
-64W598-600(-):Am´enagement des eaux
-1076W91/92/93/94(-):Probl`eme de l’eau. Artois-Picardie
-1330W17(1975-1991):Gestion du canal de la Somme
2.1.5 S´eriesstatistiques L’origine des archives de la s´erie 6M est int´eressante. Les donn´ees recueillies le sont par de v´eritables ”sondages” minutieux r´ealis´es annuellement par les pr´efets d’arrondissement. Les donn´ees recueillies sont pr´ecises, type de calamit´ e, fr´equence, perte, coˆut des pertes.
-6M0016-0038(1841):Touslessinistresdeclar´es,recens´esparlapr´efecture; Grˆeles, gel´ees, inondations, mortalit´e du b´etail
- 6 M 2378 (1852-1870) : Grˆele, orage : ´etats annuels du d´epartement, des cantons et des communes
- 6 M 2334 (1871-1941) : Statistiques annuelles du d´epartement, des arrondissements (1871-1936), des cantons d’Acheux, Bernaville, Domart, Doullens (1874-1878)
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 47
- 6 M 2335 (1928, 1936, 1941) : Statistiques annuelles de l’arrondissement d’Abbeville
- 6 M 2336 `a 6 M 2340 ( ¡ 1905) : Statistiques annuelles de l’arrondissement d’Amiens
-6M2341(1905):Statistiques annuelles de l’arrondissement d’Amiens
-6M2342(1928):Statistiques annuelles de l’arrondissement d’Amiens
-6M2343(1931-1932):Statistiques annuelles de l’arrondissement d’Amiens
-6M2344(1933-1934):Statistiques annuelles de l’arrondissement d’Amiens
-6M2345(1935-1936):Statistiques annuelles de l’arrondissement d’Amiens
-6M2346(1941):Statistiques annuelles de l’arrondissement d’Amiens
- 6 M 2350 (1931-1932) : Statistiques annuelles de l’arrondissement de Doullens
- 6 M 2351 (1933-1934) : Statistiques annuelles de l’arrondissement de Doullens
- 6 M 2352 (1935-1936) : Statistiques annuelles de l’arrondissement de Doullens
-6M2353(1941):Statistiques annuelles de l’arrondissement de Doullens
- 6 M 2354 (1928-1932) : Statistiques annuelles de l’arrondissement de Montdidier
- 6 M 2355 (1934-1936) : Statistiques annuelles de l’arrondissement de Montdidier
-6M2356(1941):Statistiques annuelles de l’arrondissement de Montdidier
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 48
- 6 M 2357 `a 6 M 2361 (1871-1974) : Statistiques annuelles de l’arrondissement de P´eronne
On trouve aux Archives Nationales dans les s´eries contemporaines un fond tantˆot pr´ecis, tantˆot lacunaire :
-F202974 (XIXe) : Statistiques - Observations m´ et´eorologiques
-F20615(1853):Statistiques agricoles
-F20568(1854):Statistiques agricoles
-F20573(1855):Statistiques agricoles
-F20580(1856):Statistiques agricoles
-F20590(1857):Statistiques agricoles
-F20597(1858):Statistiques agricoles
-F20606(1859):Statistiques agricoles
-F20623(1860):Statistiques agricoles
-F20628(1861):Statistiques agricoles
-F20629:Statistiques des incendies, ´epizooties, grˆeles et inondations
-F20630:Statistiques des incendies, ´epizooties, grˆeles et inondations
2.1.6 LefondDuchaussoy Professeur de physique puis maire d’Amiens `a la fin de la premi`ere guerre mondiale, Herm´en´egile Duchaussoy, s’est livr´ e `a une publication des observations m´ et´eorologiques de Victor et de Camille Chandon de Montdidier qui ont relev´ e de 1789 `a 1869 la pression atmosph´erique, la temp´erature, les jours de gel´ee, les hauteurs et jours de pluie... Par ailleurs il accordait une attention toute particuli`ere
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 49
aux ´episodes de grˆeles dans ses ´etudes. Il dressa et tenu `a jour plusieurs cartes des zones `agrˆelesdansled´epartementdelaSomme.Enfinilinsistar´eguli`erementdans ses publications pour queles agriculteurssouscrivent auxmutuelles contre la grˆele.
-14J135: Brouillons
-14J136: Manuscrit de Victor et Camille Chandon
- A 487 : Publication des observations m´ et´eorologiques de Victor et Camille Chandon de Montdidier, 1902
-BR282:Nouvelle carte des zones `a grˆele du d´epartement de la Somme
- BR 352 : Publication des observations m´ et´eorologiques de Victor et Camille Chandon de Montdidier (Bulletin de ls Soci´ et´e Lin´eenne du Nord)
- BR 353 : Zones `a grˆele de 1861 `a 1890 (Bulletin de la Soci´ et´e Lin´eenne du Nord)
- A 106 : M´ et´eorologie du d´epartement de la Somme. Amiens Piteux fr`eres, 1892, 260p
-39REV121:Les assurances contre la grˆele (BSLN n˚350, 1902, p88-101)
-BR533:Journal m´ et´eorologique de l’ann´ee 1911
- 39 REV 68 : Les tremblements de terre dans la Somme. (BSLN n˚254, 1893, p305-314)
2.1.7 Lessecourspriv´esoupublics Les archives nationales offrent pour le XIXe une foule de dossiers de secours et d’indemnisation. On y trouve l’´evaluation de d´egˆats la r´epartition des secours. Se dessinealorslachaˆıned’indemnisationsetdesecours,delaconstatationdusinistre au paiement des indemnit´es on d´ecouvre les t´emoignages, les d´eclarations et les p´etitions des habitants transmises par le pr´efet. Dans la perspective d’une ´etude plus complˆete les dossiers du minist`ere seraient `a comparer avec les dossiers de la
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 50
pr´efecture disponibles aux archives d´epartementales.
-F152650:Demandes de secours en 1816. Extraits des budgets et d´elib´erations des conseils g´en´eraux relatifs au secours et sinitres (1816-1823)
-F152666(AnVIII-1810):R´eponses `a des demandes de secours
-F152667(AnVIII-1810):Demandes et distributions de secours
-F152678(AnIV-1808):Demandes de secours
- F152694 (An IV-1813) : Distributions de secours, demandes et dossiers de personnes habitant les d´epartements
-F152771(1806-1817):Demandes de secours
-F152772(1806-1817):Demandes de secours
-F152989(1807-1809):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153026(1807-1809):Distributions de secours
-F153027(1807-1809):Distributions de secours
-F153028(1807-1809):Distributions de secours
-F153029(1807-1809):Distributions de secours
-F153030(1807-1809):Distributions de secours
-F153031(1807-1809):Distributions de secours
-F153032(1807-1809):Distributions de secours
-F152985(1808):Indemnit´es aux sinistr´es
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 51
-F152994(1808-1812):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153003(1808-1810):Indemnit´es aux sinistr´es
-F152774(1809-1819):Indemnit´es aux sinistr´es et travaux de charit´ e
-F153006(1810-1811):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153010(1810-1811):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153013(1810-1811):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153017(1810-1811):Indemnit´es aux sinistr´es
-F152669(1810-1812):Demandes et distributions de secours
-F153024(1811-1813):Indemnit´es aux sinistr´es
-F152767(1811-1819):Secours aux indigents et sinistr´es
-F152651a (1812,1821-1828):Secours pourlessinistres en1812.R´epartitions de fonds et ´etats de personnes secourues (1821-1828)
-F153038(1812-1813):Indemnit´es aux sinistr´es
-F152695(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152696(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152697(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152698(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152699(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152700(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 52
-F152701(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152702(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152703(1814-1819):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F153063(1815-1816):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153066(1816):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153068(1817):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153069(1817):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153261(1817-1818):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153075(1819-1820):Indemnit´es aux sinistr´es
-F153262(1819-1820):Rapports sur les indemnit´es
-F153077(1819-1828,1836):Naufrag´es, gel´ees en 1820, inond´es en 1836
-F153230(1819-1823):Indemnit´es et secours. Etats et correspondance
-F153263(1821-1822):Rapports sur les indemnit´es
-F152775(1822):Distributions de secours. Etats et correspondance
- F153254 `a 3560 (1822-1829) : Distributions de secours. P´etitions renvoy´ees au ministre de l’int`erieur par le minist`ere de la maison du Roi
-F152776 `aF152781(1922):Distributionsdesecours.Etatsetcorrespondance. Demandes et rapports
-F152725(1823):Distributions de secours. Dossiers et rapports
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 53
-F152726(1823):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152727(1823):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152728(1823):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152729(1823):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F153231(1823-1826):Indemnit´es et secours. Etats et correspondance
-F153264(1823-1827):Rapports sur les indemnit´es
-F152730(1824):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152731(1824):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152732(1824):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152733(1824):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152782(1824,1827):Distributions de secours dans les d´epartements
-F152734(1825):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152735(1825):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152736(1825):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F152737(1825):Distributions de secours. Dossiers et rapports
-F153268(1825-1836):Indemnit´es. Rapport de r´epartition
-F153232(1826-1828):Indemnit´es et secours. Etats et correspondance
-F153076(1827-1829):Indemnit´es aux sinistr´es
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 54
-F153265(1827-1828):Rapports sur les indemnit´es
-F153247(1828-1829):Demandes de secours
-F153266(1828-1829):Rapports sur les indemnit´es
-F153233(1829-1835):Indemnit´es et secours. Etats et correspondance
-F153267(1829):Rapports sur les indemnit´es
-F152651b (1853-1854):Demandes de secours
-F10304(AnII-AnIII):Ravages de la grˆele
-F10306(1825):Etats des cultures
-F101604(1808-1864):Secours sp´eciaux pour sinistres agricoles (grˆele)
-F101605(1905):Orages
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 55
2.2 ArchivesdelaBiblioth`equemunicipaled’Amiens
Orages,grˆeles - 4 Q 53 (1927, 1928) : Orage du 6 juillet 1927. Inondations d’immeubles rue Riolan `aAmiens.Responsabilit´edesvillesdansl’´ecoulementdeseaux.Inondations ` a Amiens en 1928
- 1 I 92 7 (1936) : Orage du 26 juillet 1936. Orage du 23 mai et orage de grˆele du 23 aoˆut 1950. Orages de l’´ et´e 1958. Orage de grˆele en 1961. Statistiques des sinistres dans le d´epartement (1937-1938). Tempˆete du 6 juillet 1957. Tempˆete des 25 et 26 f´evrier 1958 `a Amiens. Tornade des 24 et 25 juin 1967.
- 4 Q 53 (1929) : Ouragan du 29 d´ecembre. Inondation au mois de mai 1931 des terrains des riverains du foss´e de la Lunette
Grandsfroids -4Q53(1929):Gel´ees de janvier 1929
- 1 I 92 7 (1956-1959) : Hiver 1956. Soupe populaire de f´evrier 1956. Secours aux victimes du froid. Tempˆete de neige en f´evrier 1957.
Inondations - 1 I 92 (XIX-2001-2002) : Article de H.Duchaussoy extrait du Progr`es de la Somme au sujet des inondations dans ce d´epartement (1002-1891). Recueil d’articles tir´es du Courrier Picard et concernant les inondations qui commencent ` a l’hiver 2001. Articles du 05/05/2001; 21/11/2001; 21/01/2002; 02/02/2002; 12/02/2002; 23/02/2002; 26/02/2002; 02/03/2002; 12/03/2002; 08/04/2002; 03/01/2003
- 1953 : Calamit´es publiques. Inondation des jardins de la rue du faubourg de Hem, r´eclamations relatives. Inondations de l’hiver 1966-1967.
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 56
Sourcesdactylographi´ees
On trouve `a la Biblioth`eque Municipale d’Amiens des archives dactylographi´ees tr`es vari´ees. Sont archiv´es quelques plans et ´etudes concernant le Canal de la Somme. Abondante litt´erature au sujet des ponts situ´es sur le cours de la Somme ` a Amiens et de leur activit´ e ´economique. Pour les consulter se reporter au fichier manuel.
- Pic 1932 : Ville d’Amiens. Usine hydraulique du pont Saint-Michel. Extrait du bulletin technique de la soci´ et´e Rateau. N˚164.
-M154(19)(1710):Les embouchures de la Somme et de la Bresle.
- M 154 (20) (1710) : Les environs d’Abbeville, Doullens, Amiens, Corbie et le cours de la Somme.
-H200/5(18et19)E(1764):Carte des entr´ees de la rivi`ere de Somme et de la cˆote depuis Saint Valery jusqu’au Tr´eport.
-H5013(80)E(1828): Canal du Duc d’Angoulˆeme, plan et profil´e des pentes. Plan.
- Pic 26-655 : ECOY WILLIAM, Les quarante six ponts d’Amiens intra-muros
` a la fin du XIIIe, 1978
- Pic 20-296 : RAVIN PROSPER, M´emoire g´eologique sur le Bassin d’Amiens et en particulier sur les cantons littoraux de la Somme, 1834
- PP 932 : HERM´EN´EGILDE DUSCHAUSSOY, Les inondations anciennes de la Somme, 1910, article de « Notre Picardie », n˚44, p. 23-24
- Pic 22-680 : Bulletins de la commission m´ et´eorologique du d´epartement (1907-1929)
- PP 932 : J. BOULANGER, Pour la prosp´erit´e de notre Picardie : le canal de Saint Valery, 1911, article de « Notre Picardie », n˚55 et 56
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 57
- PP 36 : DEVISMES MARIUS, « Le transport par la voie fluviale entre Saint Valery et Abbeville (de 1910 `a 1926) », article de la Soci´ et´e d’´emulation historique et litt´eraire d’Abbeville
- PP 36 : LOMIER EUG`ENE, « Les naufrages sur la cˆote : le Reliance ` a Merlimont et le Mathilde `a Saint Quentin-la-motte et quelques autres. 1843-1883 », 1931, article de la Soci´ et´e d’´emulation historique et litt´eraire d’Abbeville
- PP 90 (V) : « Observations pour servir `a la m´ et´eorologie d’Abbeville », Soci´ et´e d’´emulation historique et litt´eraire d’Abbeville, 1842
- PP 90 (VII) : « Obervation m´ et´eorologiques faites `a Abbeville pendant l’ann´ee 1850 », Soci´ et´e d’´emulation historique et litt´eraire d’Abbeville, 1851
- PP 219 : LEGRU JACQUES, « La station m´ et´eo d’Abbeville », 1975. Article de la revue ”Economie 80”, n˚37
- HISS 60 (II) et M 1501 (II) : « Les observations m´ et´eorologiques `a Amiens en 1856, article de La Picardie, revue scentifique et litt´eraire, 1856
- Pic Mairie : Dossier n˚1 concernant la liste et la biographie des maires d’Amiens
DossierPICCLIMAT:
– CP08/08/1963:Les « Tristes hivers de guerre » :
9 D´ecembre 1870 : -20˚ `a Amiens 1890 : 3 mois de patinage. 1890 : on patine `a Abbeville depuis fin janvier jusque fin mars. Janvier 1916, jusqu’a 20 cm de glace recouvrent les rues d’Amiens. Rappel de l’hiver 1938 : -19˚ `a Abbeville le 19 janvier. Janvier 1939, -20˚ `a Amiens. De 1940 `a 1942, des gens meurent de froid dans le sous-sol de l’Hotel Dieu `a Amiens. 1954 : Les rues sans ´egout sont gel´ees.
– CP 07/02/1963 : « Grands hivers d’autrefois », du moyen-ˆage `a la R´evolution.
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 58
– CP 08/02/1963 : « Grands hivers d’autrefois » : Les hivers de guerre (d´ecembre 1870, janvier 1916, 1939-1944).
– CP - sans date - : « Grands hivers d’autrefois » : 1879-1880, 1910-1911, 1915-1916, 1928-1929, 1939-1940, 1962-1963.
– CP - sans date - : « Grands hivers d’autrefois » : Tempˆete de neige du 25/02/1958.
– CP17/01/1963:L’hiver de 1963.
– CP12/01/1963:Photo de la Somme gel´ee `a Amiens.
– CP 02/04/1966 : La Soci´ et´e des antiquaires d’Amiens parle du temps et des inondations de 1973, 1879, 1891, 1910.
– CP 25/01/1967 : Inondations `a Amiens. Photo de la voie ferr´ee qui reliait Saint Valery `a Noyelles en enjambant la Somme
– CP30/08/1973:S´echeresse du mois d’aoˆut.
– CP14/02/1977:Les observations de la station agronomique.
– CP06/03/1978:Les observations de la station agronomique.
– CP23/05/1981:« Si la m´ et´eo ´etait cont´ee. »
– CP15/01/1982:Hiver froid, barri`eres de d´egel.
– CP14/01/1982:Le givre brise des cables EDF.
– CP08/06/1983:Le mois de mai est le plus pluvieux depuis 1921.
– CP07/08/1987:Mois de juillet ”pourri”, cons´equences sur le tourisme.
– CP11/12/1990:Neige et verglas.
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 59
– CP11/12/1990:Journ´ee de d´eneigement par la DDE.
– CP16/02/1991:Des cong`eres bloquent les routes du d´epartement.
– CP12/02/1991:Plan de d´eneigement.
– CPde1992:Record de pluie depuis 1979.
– CP01/12/1993:Verglas dans la Somme.
– CP02/01/1995:« Alerte blanche sur la Somme »
– CP07/01/1995:« Retour `a la normale sur les routes »
– CP30/01/1995:« La Vimeuse suscite un nouveau syndicat de communes »
– CP31/01/1995:« La Bresle fait la grimace »
– CP 03/01/1995 : La gare du Tr´eport et les routes avoisinantes sont inond´ees par la mer pouss´ee par la tempˆete.
– CP 02/01/1997 : La somme est fig´ee pour la premi`ere fois depuis 1956, et l’hiver 1942-1943.
– CP 03/01/1997 : La somme est fig´ee. Fait r´ef´erence aux hivers de 1956 et 1963.
– CP 12/12/2000 : « La picardie gorg´ee », l’eau monte dans de d´epartement de la Somme.
Sousdossiers`echeresse1976
– CP30/03/1973:La s´echeresse menace-t-elle?
– CP19/09/1973:Le d´eficit en eau correspond `a 9 ann´ees sans pluie
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 60
– CP15/06/1976:Le d´epartement d´eclar´e sinistr´ e
– CP25/06/1976:La s´echeresse est pr´eoccupante
– CP01/07/1976:La s´echeresse est pr´eoccupante
– France-Picardie23/06/1976:La s´echeresse `a P´eronne
– France-Picardie 23/11/1976 : Les cons´equences de la s´echeresse (aide sociale; hygi`ene et protection sanitaire; protection maternelle et infantile; croix rouge...)
– CP06/07/1976:«Persistanceetcatastrophiques´echeresse»:cons´equences de la s´echeresse et moyens mis en oeuvre
– Article d’Emmanuel D´esir´e sur la s´echeresse de 1976
– CP04/09/1976:L’´ et´e 1976 vu par la m´ et´eorologie franc¸aise
DossierPICCLIMAT(1970-1989):
– CP 02/12/1977 : Les communes de Brutelles, Cayeux et Woignarue sont d´eclar´ees sinistr´ees apr`es la tempˆete
– CP07/12/1977:Max Lejeune parle de la protection de la mer
– CP 09/12/1977 : Les soldats sont mobilis´es pour pr´eparer la grande mar´ee du week-end
– CP16/11/1977:« Les digues sont devenues de vraies passoires »
– CP14/11/1977:Tempˆete sur la cˆote (« La tempˆete du si`ecle? »)
– CP13/01/1978:Tempˆete au Tr´eport et `a Ault. Inondations. Un disparu
– CP12/01/1982:« La picardie au cong´elateur »
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 61
– CP08/06/1982:« Des ouragans m´emorables », po`eme de 1865
– CP25et26/07/1983:Mini tornade `a Amiens. D´egˆats au Pont d’Amont
– CP 03/08/1983 : Conseils pratiques `a ceux pouvant pr´etendre une indemnisation
– CP 12/10/1983 : Plusieurs communes sont d´eclar´ees en ´etat de catastrophe naturelle suite aux orages de l’´ et´ e
– CP09/02/1984:Les tempˆetes de l’ann´ee 1983
– CP 05/11/1987 : 37 communes sinistr´ees dans le Vimeu et l’Ami´enois par les tempˆetes estivales.
– CP 12/10/1993 : Plusieurs communes du d´epartement sont en ´etat de catastrophenaturellesuiteauxoragesdel’´ et´e(du22au24/0622communes; du 23/07 9 communes)
Une liasse de ce dossier est d´edi´ee `a la grande tempˆete de 1990 :
– CP27/02/1990:Les digues c`edent `a Mers et Ault. Sept morts en France.
– CP 28/02/1990 : « Cayeux aval´ee par la mer ». La ville n’est plus prot´eg´ee par les galets.
– CP 01/03/1990 : Tempˆete force 10. Deux pompiers sont tu´es en forˆet d’Eu. Les vents atteignent 150 km/h.
– CP 12/03/1990 : Visite du Pr´esident de la R´epublique aux sinistr´es de Cayeux.
– CP15/03/1990:Projet de « pi`eges `a galets ».
– CP 22/06/1990 : Souscription pour aider les propri´etaires de bas-champs du Vimeu.
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 62
– CP06/03/1997:Une digue `a saut´e sur la cote.
– CP03et04/01/1998:Tempˆetes sur la cˆote.
– CP30/12/1999:Vingt communes sont endommag´es par la tempˆete.
– CP11/12/2000:Coup de vent dans la Somme.
Concernant les extrˆemes thermom´etriques on trouve quelques articles :
– CP 08/01/1979 : La vague de froid et ses cons´equences (d´ebute le 31/12/1979).
– CP09/01/1979:« Enfin le d´egel ».
...concernant la s´echeresse de 1990 :
– CP04/08/1990:Lerecorddechaleurde1947estbattuavec35,6˚le03aoˆut.
Dossier«InondationsdanslaSomme,desoriginesjusqu’a1979»:
– Picardiela¨ıque,Mai1958n˚28:
Les inondations r´ecentes. Inscription de l’Eglise de Poix « L’an 1552, le premier, second et dix huiti`eme jours de Juin fut en danger tr`es grand. Poix par eaux prendre fin. VERIFIER » Neuville les Corbie. Inscription pr`es d’un portal (14/02/1635). Camon en 1635. Les riverains de la Selle et de la Somme sont inond´es en 1873 et 1879. Inondation en 1851 suite au brusque d´egel. En 1910 la Somme s’est ´elev´ee de quarante cinq centim`etres. LarueduPinceau `aAmiens `apouroriginel’expression«leplainsault»d’apr`esM.Crampon
– Notre Picardie, article de H. Duchaussoy sur les anciennes inondations de la Somme
– CP des 21,22,23,24 et 25/01/1976 : Les causes des inondations : le canal de Saint-Quentin
CHAPITRE 2. SOURCES ARCHIVISTIQUES 63
– CPdu13/01/1982:Le niveau de la Somme inqui`ete
– CPdu03/03/1988:Crue de la Somme d`es le CP du 12/02/1988
– CP 23/12/1993 : Inondations dues aux pr´ecipitations dans la vall´ee de la Bresle
– CP31/01/1995:La cˆote est inond´ee
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:46

2.3 ArchivesdeM´et´eoFrance
Biblioth`eque de M´ et´eo France, 2 avenue Rapp, 75007 Paris
- P 0900 G Observations m´ et´eorologiques faites `a Abbeville pendant l’ann´ee 1850. Extrait des M´emoires de la Soci´ et´e d’Emulation d’Abbeville, ann´ee 1852
-P0900DA,DB,DCBulletins climatologiques. 1885-1907
- P 0900 A Bulletins de la commission m´ et´eorologique. (Barom´etrie, temp´erature, vent, pluie, ´etat hygrom´etrique, ´etat du ciel, heures de soleil). 18871888
-sanscoteBulletin de la commission m´ et´eorologique. 1895
-P0900CL’ann´ee m´ et´eorologique. Herm´en´egilde Duchaussoy. 1896-1908
- P 0900 E Bulletin de la soci´ et´e lin´eenne du nord de la France. Tome XVI. Mars-Avril 1903
-P0900ACJournal m´ et´eorologique. Herm´en´egilde Duchaussoy. 1910-1912
- P 0900 AA Bulletins de la commission m´ et´eorologique d´epartementale de la Somme. 1911; 1913; 1919-1925; 1929-1933
-P0900FBulletins climatologiques (INRA). 1964-1967
-P0900DBulletins climatologiques (Station m´ et´eorologique). 1968-1979
-P0900DABulletins climatologiques (Station m´ et´eorologique). 1980-1994
-P0900DCBulletins climatologiques (Station m´ et´eorologique). 1995-2004
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:46

Chapitre3
Bibliographie
Ouvragesg´en´eraux:
- BENNASSAR BARTOLOM´ E, Les catastrophes naturelles dans l’Europe m´edi´evale et moderne, Toulouse, Presses universitaires du Miral, 1995.
Sous la direction de Bartolom´e Benassar, il s’agit du recueil des actes des XVes Journ´ees Internationales d’Histoire de l’Abbaye de Flaran du 10 au 12 septembre 1993. Ce recueil ` a travers de nombreux exemples, du p´eril de l’eau dans les plaines littorales des anciens Pays-Bas aux invasions de sauterelles dans l’Espagne int`erieure permet d’´etablir la tr`es grande variabilit´e dans le temps de l’environnement : certaines variations sont brusques et in´evitables d’autres se font sur une p`eriode plus longue. Ces variations peuvent ´etre le r´ esultat de l’action isol´ee de la nature mais souvent l’homme y prend part.
- BLANCHARD ANNE, MICHEL HENRI et PELAQUIER ELIE, M´ et´eorologie et catastrophes naturelles dans la France m´eridionale `a l’´epoque moderne, Toulouse, Centre d’histoire moderne, Universit´e Paul Val´ery, 1993.
- BRAVARD JEAN-PAUL, Les r´egions franc¸aises face aux extrˆemes hydrologiques:gestiondesexc`esetdelap´enurie,Mobilit´espatiale,SEDES,Paris,2000.
- BELTRANDO G´ERARD, Les climats : processus, variabilit´e et risques, Armand Colin, 2004
- BERLIOZ JACQUES, Catastrophes naturelles et calamit´es au Moyen Age, Micrologus library, Editions del Galluzo, Firenze, 1998
65
CHAPITRE 3. BIBLIOGRAPHIE 66
- BOURRELIER PAUL-HENRI, Les catastrophes naturelles : le grand cafouillage, Osman Eyrolles sant´e & soci´ et´e, Paris, 2000
- CARTIER ST´EPHANE, Chronique d’un d´eluge annonc´e : crise de la solidarit´ e face aux risques naturels, Grasset, Paris, 2002
- CHABOUD REN´ E, Pleuvra, pleuvra pas : la m´ et´eo au gr´e du temps, D´ecouvertes Gallimard, Gallimard, Paris, 1994
- CHAMLEY HERV´ E, Environnements g´eologiques et activit´es humaines, Vuibert, 2002
- CHAMPION MAURICE,LesinondationsenFrancedepuisleVIe si`eclejusqu’` a nos jours, tome V, ´editions Dunond, 1863, r´ e´edition du CEMAGREF en 2000, Antony.
- CONSEIL G´EN´ERAL DE LA SOMME ET AGENCE DE L’EAU ARTOISPICARDIE, Atlas hydrog´eologique du d´epartement de la Somme, Septembre 1995.
- CROIZ´ E, JEAN-PAUL, Climat : la fausse menace?, Carnot, 2004
- DAGORNE ANDR´ E, DARS REN´ E, Les risques naturels : la cindynique, Que sais-je, Presses Universitaires de France, Paris, 1999.
- DELUMEAU JEAN, LEQUIN YVES, Les malheurs des temps : histoire des fl´eaux et des calamit´es en France, Larousse, Paris, 1997.
- DENEUX MARCEL, MARTIN PIERRE, Inondations dans la Somme - Des lec¸ons pour l’avenir, 2 tomes, Paris, Journaux Officiels, Les rapports du S´enat, 2001.
Rapport de la commission d’enquˆete sur les inondations de la Somme afin d’´etablir les causes et les responsabilit´es de ces crues, d’´evaluer les coˆuts et de pr´evenir les risques d’inondations dans le d´epartement de la Somme. Rappelle les carences d’entretien du canaldelaSommeetsurtoutladifficult´ed’organiserl’entretiendescoursd’eaunondomaniaux
- DEVISMES G´ERARD,La vall´ee sousles eaux -Les inondationsdans la vall´ee de la Somme et sur le plateau picard des origines `a l’an 2002, Woignarue, La
CHAPITRE 3. BIBLIOGRAPHIE 67
Vague verte, 2002.
L’historien local, G´erard Devismes, apr`es des g´en´eralit´es d’ordre historique sur les inondations dans notre d´epartement, retrace au jour le jour - grˆace `a des extraits du Courrier Picard - et au plus pr`es des victimes le d´eroulement des inondations `a Abbeville et sa r´egion.
- DIREN ET CONSEIL G´EN´ERAL DE LA SOMME, Un plan d´epartemental de l’environnement pour la Somme
- DOUARD PASCAL, Les collectivit´es locales et les risques naturels : connaissance, pr´evention, gestion de crise, Imprimerie nationale, Paris, 2003
- GAUTIER YVES, Catastrophes naturelles, Cit´e des sciences et de l’industrie, Pocket, 1995
- LEDOUX BRUNO, Les catastrophes naturelles en France, Editions Payot & Rivages, Paris, 1995
- LEFILS FLORENTIN, G´eographie historique et populaire des communes de l’arrondissement d’Abbeville, Editions Lafitte, 1981 (r´eimpression de l’´edition de 1868)
- LE ROY LADURIE, EMMANUEL, Histoire du climat depuis l’an mil, Collections Champs, Flammarion, 1997.
Ouvrage fondateur dans l’´etude du climat particuli`erement en ce qui concerne les sources. L’auteur ´etudie les forˆets et les vendanges. La « dendroclimatologie », qui est l’´etude d’une sectiond’untroncd’arbre,donnedesrenseignementsimm´ediatssurson ˆagemaisaussiselon l’esp`ece de l’arbre et la largeur des cercles des informations sur le climat. Ainsi : « Ann´ee favorable : anneau large, ´epais. Ann´ee d´efavorable : liser´e mince, ´etroit, `a peine marqu´ e parfois ». Attention cependant, les conditions favorables ou d´efavorables sont diff´erentes pour chaque esp`ece d’arbre. Les poutres d’anciennes constructions servent aussi `a observer les « tree rings ». L’auteur utilise aussi les dates de vendanges relev´ees par les viticulteurs et notamment celles inscrites dans les registres d’abbayes ou de paroisses. Dans un second temps il confirme le r´echauffement r´ecent de la planˆete par les effets durables qu’aucun r´ echauffement ou refroidissement n’a jusqu’a pr´esent produit sur le milieur naturel (recul des glaciers notamment apr`es une crue lors de la longue crue glaciaire 1590-1850). Ouvrage fondamental qui donne des sources diff´erentes de celles des archives.
CHAPITRE 3. BIBLIOGRAPHIE 68
- LE ROY LADURIE, EMMANUEL, Histoire et climat, Annales, 1959.
- LE ROY LADURIE, EMMANUEL, Climat et r´ecoltes au XVIIe et XVIIIe si`ecles, Annales, 1960
- MARTIN PIERRE,Cesrisquesquel’onditnaturels,Edisud,Aix-en-Provence, 1998
- MCCALL (G.J.H.), LAMING (D.J.C.), SCOTT (S.C.),Geohazards:natural and man-made, Chapman & Hall, Londres, 1992
- MINIST`ERE DE L’EQUIPEMENT, La cartographie des plans d’exposition au risque inondation, La Documentation Franc¸aise, 1988
- OLAGUE I., Les changements de climat dans l’histoire, Cahiers d’Histoire Mondiale, 1963
- PAGNEY PIERRE, Les catastrophes climatiques, Que sais-je, Presses Universitaires de France, Paris, 1994
- PAULHAN ISABELLE, Stress et coping : les strat´egies d’ajustement `a l’adver
sit´ e, Presses universitaires de France, 1995
- SALOMON JEAN NO¨EL, textitL’homme face aux crues et aux inondations, Presses Universitaires de Bordeaux, 1997
- S´ECHET GUILLAUME,Chroniquedesal´easclimatiques:Lam´ et´eoenFrance de 1900 `a nos jours, Herm´e, Paris, 2004
- STARON G´ERARD, Le ciel tomberait-il sur nos tˆetes? ou les volont´es du ciel, Al´eas, Lyon, 2003
- TOUTAIN CAROLINE, Pr´evenir les catastrophes naturelles?, Editions Milan, Toulouse, 2001
CHAPITRE 3. BIBLIOGRAPHIE 69
- VEYRET-MEKDJIAN YVETTE, G´eographie des risques naturels en France : de l’al´ea `a la gestion, Hatier, 2004
- VEYRET-MEKDJIAN YVETTE, Les risques, SEDES, 2003
- VIERS GEORGES, VIGNEAU JEAN-PIERRE, El´ements de climatologie, France, Nathan, 1990
- WAGRET P., Le climat se r´echauffe-t-il?, La nature, Janvier/Aout 1958
Th`eses,rapports:
- DELIGNIERES KARINE, Les inondations dans le d´epartement de la Somme au printemps 2001 : analyse du rˆole de la presse locale, M´emoire de DESS Environnement, am´enagement, d´eveloppement agricole et agroalimentaire. France, mars 2002.
- INSTITUT FRANC ¸AIS DE L’ENVIRONNEMENT, L’opinion des Franc¸ais sur l’environnement et leur perception des risques naturels : enquˆete sur les conditions devieetaspirationsdesFranc¸ais,questionspos´eesparl’IFENetEDFd´ebut1999, rapport r´ealis´e par le CREDOC, D´epartement Conditions de vie et aspirations des Franc¸ais, IFEN, Orl´eans, 2000
- LEFROU CLAUDE, Mission d’expertise sur les crues d’avril 2001 du bassin de la Somme, Paris, 2001
- LA DOCUMENTATION FRANC ¸AISE, Plan de pr´evention des risques naturels pr´evisibles (PPR), Guide g´en´eral, France, 1997.
- LA DOCUMENTATION FRANC ¸AISE, Plan de pr´evention des risques naturels pr´evisibles (PPR), Risque d’inondation, guide m´ethodologique. France, 1999.
- MAURISSE, PASCAL, Les inondations `a Abbeville au printemps 2001; ´etat des lieux et enjeux, M´emoire de maˆıtrise, Universit´e de Picardie Jules Verne, 2002.
M´emoire de g´eographie physique concernant les inondations de 2001. Nombreuses illustrations, cartes et sch´emas.
CHAPITRE 3. BIBLIOGRAPHIE 70
- MAURISSE PASCAL, Rapport de stage DDE - Les inondations du printemps 2001 sur le secteur d’Abbeville `a Long, Universit´e de Picardie Jules Verne, 2002
- MICHAUX S´EBASTIEN, Inondation d’Abbeville : discours et rapports ` a l’espace, M´emoire de maˆıtrise, Universit´e de Picardie Jules Verne, 2002
M´emoire de g´eographie humaine, compl´etant id´ealement celui de Pascal Maurisse. Tente de mettre en ´evidence les r´eponses socio-´economiques, politiques et materielles apport´ees lors decettecrise.Montrecommentlachasseaugibierd’eauparticularit´edelaSommeenr´egion Picardiedevientl’objetd’unrepliidentitairepourleshabitantsdelar´egiond’Abbevilleetdu littoral; c’est sans doute ici et dans des consid´erations politiques locales qu’il faut chercher les causes de la rumeur.
- MINIST`ERE DE L’EMPLOI ET DE LA SOLIDARIT´ E, CELLULE INTER R´EGIONALE D’´EPIDEMIOLOGIE NORD-PAS DE CALAIS-PICARDIE, Rapport sur l’action de la DDASS 80 pendant les inondations de la Somme en 2001, France, 2002.
- NUNS-DENHAENE NATHALIE, Stress, coping et inondations. La sant´ e mentale des inond´es de la Somme, Th`ese pour le doctorat en m´edecine pr´esent´ee et soutenue le 15 mars 2004. Universit´e de Picardie Jules Verne
Les ´etudessurlescatastrophesnaturellesmontrentlescons´equencespsychologiqueschezles sinistr´es : stress, troubles d´epressifs. Les inondations de la vall´ee de la Somme en 2001 ont ´ et´e l’occasion d’evaluer la pr´esence de troubles psychiques chez les victimes. L’´etude, sous forme de questionnaires, est de type comparative entre les « expos´es » et « non expos´es ». On d´ecouvre les diff´erentes strat´egies de gestion du stress face `a l’inondation - la recherche d’un soutien social ou l’activit´e intense - qui prot`egent les victimes des troubles d´epressifs. A l’inverse, les strat´egies « passives » engendrent plus de d´etresse psychologique.
- SOGREAH, Atlas des zones inondables dans la basse vall´ee de ls Somme, rapport d’´etude, France, 2000
- VERGER P., ROTILY M., BARUFFOL E., HUNAULT C., MUTTER A, PANHARD X., ´Evaluation ´epid´emiologique des effets psychologiques des inondations de 1992 dans le Vaucluse. Une ´etude ´epid´emiologique dans la commune de B´edarrides., Rapport scientifique. Programme Environnement et Sant´e du Minist`ere de l’Environnement, 2000
CHAPITRE 3. BIBLIOGRAPHIE 71
- ZELEM MARIE-CHRISTINE, Reconstruction ou modernisation? : un village apr`es la tempˆete : Le Bosquel en Picardie, Rapport d’´etude au Minist`ere de la cultureetdelacommunication,Missiondupatrimoineethnologique,FDMJC,1991
Articles,publications:
- BAILLY ANTOINE, Risques naturels, risques de soci´ et´es, Publi´ e `a la suite du Festival international de g´eographie sur le th`eme ”Risques naturels, risques de soci´ et´es”, tenu `a Saint-Di´e-des-Vosges, les 6 et 8 octobre 1995. Europe media duplication.
- BAZIRE Y-P, Crues de la Somme - Les pieds dans l’eau et le coeur ` a l’ouvrage, Equipement Magazine, n˚124, juin 2001
- BRGM, La lettre du Service Public du B.R.G.M., n˚3, juillet 2001
- CENTRE NATIONAL DE DOCUMENTATION P´EDAGOGIQUE, Les risques majeurs. Textes et documents pour la classe, Paris, n˚824, novembre 2001
- CONTRE-COURANT, L’interaction des eaux de surface et des eaux souteraines, n˚36, mai 2002
- FAYE JACQUES, Les PPR, la pr´evention des risques naturels, Dossier de la revue g´eom`etre, n˚2, f´evrier 2000
- LA DOCUMENTATION FRANC ¸AISE, Inondation - Guide pratique, avril 1988
- LE JOURNAL D’ABBEVILLE, suppl´ement au n˚2906 du mercredi 04 juillet.
- LEGRAND ROBERT, Incidents climatiques, Bulletin de la soci´ et´e d’´emulation d’Abbeville. Tome 25. 1982 (5 REV 59)
- MELQUIOND MADELEINE, Dossier sur la pr´evention des risques naturels, Equipement Magazine, n˚112, mars 2000
- REINTEAU BERNARD, WANAVERBECQ CHRISTIANE, Inondations : des pistespourr´eduirelesdommages,LeMoniteurEnvironnement,num´erohors-s´erie,
CHAPITRE 3. BIBLIOGRAPHIE 72
juin 2001
- VERDIER JEANNE, Histoire du climat, Histoire et traditions du pays des coudriers, n˚16. Mai 1998
- VIVIER EMILE, Inondation de la Somme : les inconsciences humaines d’hier et d’aujourd’hui, Nord Nature, n˚103, juin 2001
Liensinternet:
http://www.alertes-meteo.com/ : Notions de base pour mieux comprendre l’effet de serre, les cyclones, la foudre, les orages, les tornades, la neige, les tremblements de terre, les s´echeresses, et les inondations en France et ` a travers le monde.
http://www.bdmvt.net : D´ecrit les mouvements de terrain r´epertori´es en France m´etropolitaine; g´er´ee et d´evelopp´ee par le BRGM. Recense 17586 ´ ev´enements. Consultation sous forme de carte et de fiches descriptives.
http://www.catnat.net/:Sitedel’associationCATNATquis’int´eresse aux catastrophes naturelles, revue de presse, dossiers, bases de donn´ees. (Payant)
http://la.climatologie.free.fr/sommaire.htm : Explications simples sur les divers ph´enom`enes climatologiques.
http://www.lameteo.org/ : Site de Fr´ed´eric Decker, pr´evisionniste ` a La Chaˆıne M´ et´eo. Pr´evisions `a long terme.
http://www.la-terre.net/ : La terre et ses ph´enom`enes naturels.
http://www.prevention2000.org/cat nat/index.htm : Portail
´ educatif francophone sur les risques naturels.
http://www.prim.net/ : Site officiel du Minist`ere de l’Environnement portant sur les risques majeurs (naturels et technologiques) en France. Atlas des risques majeurs par communes.
CHAPITRE 3. BIBLIOGRAPHIE 73
http://www.sisfrance.net/ : 6 000 s´eismes ressentis sur le Territoire franc¸ais m´etropolitain ou sur ses proches fronti`eres depuis plus de mille ans
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:47

Conclusion
L’´etude des catastrophes naturelles et des ´ev´enements m´ et´eorologiques violents dans le d´epartement de la Somme au cours des XIXe et XXe est un vaste sujet. Si on souhaite traiter cette question de mani`ere exhaustive il faut s’int´eresser `a ses enjeux multiples. Quelles sont les ph´enom`enes m´ et´eorologiques violents et les catastrophes naturelles qu’a connu le d´epartement de la Somme? Les observateurs contemporains se sont d´eja pos´es cette question et leurs articles, livres ou cartes nous seront utiles pour l’´etude de cette question au XIXe ; `a ces sources il faudra ajouter les dossiers de secours pour pertes o`u sont consign´es les premiers rapports suivant l’arriv´ee de la calamit´e. Les dossiers statistiques donnent d´eja, pour la fin, de ce si`ecle un large inventaire des fl´eaux qui touchent notre d´epartement. Au XXe si`ecle la m´ et´eorologie est devenue nationale et conserver la trace des ´ev´enements m´ et´eorologiques violents devient une necessit´e, tant pour des raisons scientifiques qu’administratives. Il y a donc dans ce domaine des fonds appropri´es `a consulter aux archives de M´ et´eo-France. En ce qui concerne le probl`eme des inondations que connait notre d´epartement au cours de ces deux si`ecles c’est vers les dossiers de secours qu’il faut se tourner, leur pr´esence n’´etant qu’occasionnelle dans les statistiques du d´epartement. Les travaux des commissions d’´etudes sur les inondations tant au XIXe qu’au XXe si`ecle sont des synth`eses utiles pour comprendre les diverses causes des inondations qui frappent la Somme; des causes soudaines comme des pluies violentes ou une tempˆete exceptionnelle mais aussi des causes bien connues comme la remont´ee des nappes phr´eatiques, lente et inexorable. Les cons´equences de ces catastrophes sur l’habitat et l’activit´e humaine sont perceptibles dans les t´emoignages parfois poignants des victimes; pass´e l’´emotion c’est dans les inventaires r´ealis´es apr`es chaque sinistre par les autorit´es ou les assurances que l’on trouvera la liste et le montant des dommages subis. Enfin il faudra, ` a l’aide notamment des journaux, quelles sont les calamit´es les plus dangereuses pour l’homme. La dimension humaine ne se limite pas aux atteintes physiques ou ` a l’habitat et il faudra se questionner sur la r´eaction des hommes face `a la catastrophe grace aux t´emoignages d’alors et aux ´emotions relat´ees par les tous pre
74
CONCLUSION 75
miers t´emoignages ainsi que par des enquˆetes approfondies, comme la th`ese de Nathalie Nuns-Dehaene. Le sentiment face `a la catastrophe ´evoluera en fonction de l’explication qui sera trouv´ee ou qui sera rec¸ue par la victime : cela soul`eve le probl`eme du rˆole des m´edias dans la catastrophe. D´ ej`a au XIXe si`ecle, la calamit´e et son d´edommagement sont l’occasion d’affirmer, par les moyens de communication d’alors, les diff´erences d’opinion et de se disputer des enjeux parfois troubles. A la fin du si`ecle suivant, les inondations de la Somme et leur couverture m´ediatique hatera la diffusion de la rumeur et attisera les querelles locales; les ´ etudes sur la responsabilit´e des m´edias lors de cet ´episode nous offriront quelques pistesn´ecessairespourtraitercetaspectduph´enom`enem´ et´eorologiqueviolent.Enfin, il faudra s’int´eresser au probl`eme des secours et de la pr´evention tant ces deux questions sont pr´esentes sur la p´eriode ´etudi´ee. Pour pr´evenir au mieux la calamit´ e il faut observer et connaˆıtre les ph´enom`enes m´ et´eorologiques du d´epartement de la Somme. Une v´eritable tradition d’observation existe, on l’a vu, et les bonnes volont´es se f´ed`erent `a mesure que le besoin de tendances fiables s’accroit. Ces observations et leurs modalit´es peuvent ´etre appr´ehend´ees `a travers le travail des premiers m´ et´eorologistes locaux et par la suite par l’entremise des observations de la m´ et´eorologie nationale. Lorsqu’on ´etudie le domaine de la pr´evention il ne faut pas oublierlesyt`emed’alertequipeutprendrelaformederapportsdepolice,derelev´es de hauteurs d’eau inqui´etants, ou de messages de pr´evention diffus´es par la presse ou la radio locale. La pr´evention passe aussi par l’exp´erience et les enseignements tir´es des catastrophes, il faut prot´eger les cultures, modifier l’habitat avec les plans d’occupation des sols, r´esoudre les probl`emes d’entretien des cours d’eau par l’interm´ediairedecommissionsd’´etude,rechargerlesdigues...LesarchivesdesPontset-Chauss´ees contiennent de nombreux documents t´emoignant que la r´eponse `a la catastrophe passe bien souvent par l’am´enagement du territoire et ce tout au long de ces deux si`ecles. On le voit, le sujet est vaste car il a recouvre plusieurs aspects : la calamit´e en elle mˆeme d’une part, le sentiment et les cons´equences sur les victimesd’autrepartetenfinlessecoursetlapr´evention.Pourtraiterd’unpointdevue historique `a l’´echelle de deux si`ecles ces caract´eristiques, il faut donc s’int´eresser ` a des sources diverses. par leur nature (journaux, rapports, courriers, th`eses...) et leur origine(pr´efecture,m´ et´eorologienationale,soci´ et´eslin´eennes,compagniesd’assurance...), mais nous pensons qu’il s’agit de la d´emarche appropri´ee pour r´epondre ` a cette question complexe.
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:47

AnnexeA
Chronologiedespr´ecipitationsayant n´ecessit´eunsecours
Pour r´ealiser cette chronologie nous avons utilis´e deux types de sources. La chronologieduXIXe si`ecletrouvesonoriginedanslesdossiersdesecoursconsult´es auxArchivesd´epartementales.Danscesdossiersontrouveletypedecalamit´equia frapp´e une ou plusieurs communes. Ces dossiers se rar´efient `a mesure que le temps passeetilssontquasimentinexistantsauXXe si`ecle.Ondoitalorstrouveruneautre source. Ce sont les journaux de la r´egion qui nous aident dans notre tache pour le XXe si`ecle. Si on retrouve les sinistres on peut toutefois d´eplorer le manque de pr´ecision inh´erent `a ce type de source. Toutefois comme on pourra le constater `a la lecture de cette partie, les journaux donnent plus de d´etails annexes.
XIXe si`ecle
1800
- 04 et 05/10/1800 : Ouragan `a Saint-Valery, La Fert´e, Ault, Cayeux. - 08/10/1800 : Ouragan `a Abbeville, Fourdrinoy, Rainneville, Buyon Plachy, Moreuil, Roye, Montdidier, Doullens, Lucheux.
1807
- 18 et 27/02/1807 : Ouragan de neigedans les arrondissementsd’Abbeville, de Montdidier.
77
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 78 1812
- 20/05/1812 : Grˆele sur les communes de Gamaches, Acheux, Chepoix, Aigueville, Feuquieres, Embreville, Vauchelles, Buigny les Gamaches, Fressenville, Quesnoy le montant, Beauchamps, Gapennes, Omeux, Agenvillers, Moyenneville, Abbeville, Laucourt, Couteville, Millaucourt, Miannay, Buigny l’Abb´e, Neufmoutier, Caux, Valines, Ercourt, Coulonvillers, Saint-Riquier, Mareuil-Caubert, Neufmoulin, Quesnoy, Ferri`eres, Oresmaux, Liomer, Gentelles, Meigneres, Estreboeuf, Buigny l’Abb´e, Maison Ponthieu, Deud´e, Terramesnil, Saint-L´eger-les-domart, Beauval, Maizicourt, Rollot, Marquivillers, Fricourt. - 28/05/1812 : Grˆele sur Grouy - 27/07/1812 : Grˆele sur Beuvraignes, Laboissiere, Faverolles, Lign`eres, Roiglise, Rubescourt, Champieux. Noyvillers, Assainvillers
1813
- 01/06/1813 : Grˆele `a Montagne-Fayel. - 03/06/1813 : Grˆele sur Montagne-Fayel. - 09/06/1813 : Grˆele sur Oisny, Montagne-Fayel, Mericourt - 12/09/1813 : Orage sur Montdidier
1815
- 09/04/1815 : Orage sur Villers
1816
- 03/06/1816 : Grˆele sur Montagne-Fayel, Oisny, Mericourt - 04/07/1816 : Orage sur Escarbotin - 08/08/1816 : Grˆele sur Hamelet, Tailly, Fouilloy, Vaire-sous-Corbie, Aubigny, Hamel, Bouzincourt
1821
- 23/03/1821 : Orage sur Courtemanche (un mort)
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 79
1823
- 28/01/1823 : Inondation `a Oissy - 28 au 31/01/1823 : Inondation `a Boves - 12/07/1823 : Ouragan `a Rouvroy, Bouchoir, Folie, Meharicourt, Aigueville - 21/07/1823 : Grˆele Montdidier, Rouvroy, Bouchoir, Folies, M´eharicourt, Aigueville, Oissy, Boves
1829
- 06/06/1829 : Orage `a Mont-Saint-Quentin
1838
- 06/06/1838 : Grˆele `a Airaines - 12/06/1838 : Grˆele sur Quesnoy - 15/06/1838 : Foudre sur Damery - fin juin 1838 : Grˆele sur Warfus´ee Abancourt, Doullens - 03 au 05/07/1838 : Inondations `a Rosi`eres - 06/07/1838 : Grˆele sur Tilloy Helicourt - 1838 (date inconnue) : Inondations Martainneville, Aveluy, Abbeville, Boisle, Rosi`eres, Oisemont, Villers-Faucon - 1838 (date inconnue) : Grˆele sur Tilloy Floriville, Lamotte Buleux, Allery, Cours, Forest-l’Abbaye, Saint Maxent, Moyenneville, Ercourt, Gr´ebaultMesnil, Canchy, Aigueville, Maisni`eres, Neuilly-l’Hopital, Vismes, Huppy, Domvast, Caix, Villers-Tournelle, Coullemelle, Beaucamps le Jeune, Laviers, Rainecourt, Irles, Ovillers, Villers Bretonneux, Marcelcave, Yonval, Sauvillers, Langar, Mailly-Raineval - 1838 (date inconnue) : Tempˆete `a Cayeux - 1838 (date inconnue) : Foudre `a Boves
1839
- 06/01/1839 : Inondations `a Chaulnes, Sailly-laurette - Mai/Juin 1839 : Grˆele `a Ribeaucourt, Vanches-Saint-Hilaire, Damesmont, Beauvois-Riviere,Outrebois, Occoches, Fransu, Vauchelles-les-Authies, Arqeuves,
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 80
Frohan le grand et Frohan le petit, Conty, Bovelles, Villeroy, Sorel, Franqueville, Rincheval - 11/06/1839 : Grˆele `a Etalon - 13/06/1839 : Grˆele sur Emery Wallon - 15/06/1839 : Grˆele `a Corchy, Rethonvillers, March´e-Allouarde, Champieux, Fremery - 15/06/1839 : Inondations `a Aveluy, Outrebois - 17/06/1839 : Grˆele `a Buigny-Saint-Marloux, Nevelles, Contre, Vilennes, Creuse, Fleury, Abbeville - 14/07/1839 : Orage `a Frettemolle, Pissy, Mansures, Mailly, Doublicourt - 15/07/1839 : Grˆele `a Fonches - 23/07/1839 : Inondation Outrebois - 1839 (date inconnue) : Grˆele `a Puzeaux et Ronssoy
1841
- 13 au 18/01/1841 : Inondations des communes d’Amiens, Abbeville, PontRemy, Rue, Mirvaux, Dreuil, Long-Pr´es, Long, Fontaine-sur-Somme, Coquerel, Liercourt,Quend,Villers-sur-Authie,Courcelles,Mareuil,Laucourt,Epagne,Bray, Caubert, Villers-sur-Authie, Vercourt, Saint-Quentin-en-Tourmont, Le Crotoy, Favi`eres, Ponthoile, Noyelles-sur-Mer, Thoix, Bouttencourt, Saleux, Salouel, Pont-de-Metz
1847
- 17/07/1847 : Grˆele `a Verpill`eres
1848
- 21/07/1848 : Ouragan `a Vignacourt
1849
- 01/10/1849 : Inondation `a Woignarue
1852
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 81
- 29/05/1852 : Grˆele sur le canton de Corbie - 14 et 15/07/1852 : Grˆele sur les cantons de Oisemont, Moyenneville, Hallencourt, Cr´ecy, Rue, Rouvion, Gamaches, Moreuil - 28/08/1852 : Grˆele sur le canton de Domart - 05 et 06/09/1852 : Grˆele sur les cantons de Rosi`eres, Chaulnes, VillersBocage, Poix
1853
- Mai 1853 : Grˆele sur les cantons de Molliens-Vidame et de Bray - Juin 1853 : Grˆele sur les cantons de Ham, Roisel -Juillet1853:GrˆelesurlescantonsdeCombles,Gamaches,Saint-Valery,Hornoy - Aoˆut 1853 : Grˆele sur les cantons de Saint-Valery, Oisemont, Doullens
1854
- 08/06/1854 : Grˆele sur les cantons de Conty, Montdidier
1855
- 08/08/1855 : Grˆele sur le canton d’Acheux
1856
- 11/05/1856 : Grˆele sur les cantons d’Hornoy, Molliens-Vidame, Picquigny, Bernaville, Dormart
1857
- 19/06/1857 : Grˆele sur le canton de Gamaches - 20/06/1857 : Grˆele sur le canton d’Ailly-le-Haut-Clocher - 01/07/1857 : Grˆele sur le canton de Roisel - 05/07/1857 : Grˆele sur les cantons de Montdidier, Roye, Ham, Nesle
1858
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 82
- 24/07/1858 : Grˆele sur le canton de Saint-Valery - 14/08/1858 : Grˆele sur les cantons de Chaulnes et de Rosi`eres
1859
- 27/01/1859 : Ouragan sur Doingt - 02/02/1859 : Ouragan sur Licourt - 27/05/1859 : Inondations dans les communes de Limeux, Huchenneville, Bailleul, Hallencourt, Hocquencourt, Liercourt, Fontaine-sur-Somme, Cocquerel, Long, Pont-Remy, Mareuil-Caubert, Bray-les-Mareuil, Epagne, Frucourt, Moreuil, Heuzecourt, Saint-Acheul, Beauvoir-Rivi`ere, Realcourt, Bernaville, Montigny, Oronville, Maizicourt, Outrebois, Mezerolles, Meillard, Gorges, Verquerie, Oresmaux, Fieffes, Grebault-Mesnil, Conty, Bru, Oubescourt, Tilloloy, MesnilSaint-Georges, Verpill`eres, Fouescamps, Beuvraignes, Laboissi`eres, Remaugies -07au09/06/1859:OragesurlescommunesdeContalmaison,Boivin-Minette, Avesnes-Chaussoy, Etrejust, Epaumesnil, Oisemont, Saint-Maxent, GrebaultMesnil, Cours, Cerisy-Buleux, Martainville, Vismes, Fressenville, Maisni`eres, P´eronne, Allaires, Marleux, Bierches, Bouchavesnes, Cartigny, Cl´ery, Doing, Eterpigny, Feuill`eres, Flauescourt, Moislaine, Saint-Mard, Villers-Carbonnel, Brie, Bavelincourt, Montigny, Vaulencourt, Contay, Miannay, Frettemeule - 27/06/1859 : Orage `a Gr´ebault-Mesnil, Saint-Maxent - 09/08/1859 : Orage `a Assainvillers, Laboissi`ere, Grivillers, Bus, Fouescamps, Menaugies, Aubescourt, Assainvillers, Onvillers, Piennes, Beuvraignes, Tilloloy, Popincourt, Laucourt, Verpill`eres -05/09/1859:Orage `aCambron,Ercourt,Coeffles,Bouillancourt,Cahon,Martainneville,Vismes, Miannay,Quesnoy,Gr´ebault,Cours, Acheux,Fralicourt,Ramburelles, Rambures, Crainlay, Briencourt, Saint-Quentin-la-Motte, Friaucourt, Allenay, Bourseville, Bethencourt, Cully, Friville, Vaudricourt - 26 et 27/11/1859 : Ouragan `a Cayeux
1860
- 09/07/1860 : Grˆele `a Saint-L´eger-les-Authies, Coutencourt, Varesnes - 12/07/1860 : Grˆele `a Rouvrel, Grandcourt, Oresmaux -16/07/1860:GrˆelesurNampont,Quend,Rue,Villers-sur-Authie,Navencourt, Acheux,Arqueves,Authies,Doullens,Harponville,Ham,L´ealvillers,Louvencourt,
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 83
Morisel
1861
-27/05/1861:Orage `aArqeuves,DreuillesAmiens,Chauss´eeTirancourt,Saint Sauveur, Hallencourt, Cocquerel, Epagne, Hocquincourt, Huchenneville, Bailleul, Liercourt,Limeux,Bray,MareuilCaubert,Pont-Remy,Fontaine-sur-Somme,Long, Heuzecourt, Saint Acheul, Beauvoir-Rivi`ere, Realcourt, Bernaville, Montigny, Oronville, Maizicourt, Mezerolles, Meillard, Gorges, Verquerie, Oresmaux, Fieffes - 03/06/1861 : Grˆele `a Comtoire, Damery, Fresnoy-les-Roye - 05/06/1861 : Grˆele `a Parvillers - 07 et 10/06/1861 : Orage sur Avesnes-Chaussoy, Etrejust, Oisemont, SaintMaxent, Grebault-Mesnil, Cours, Cerisy Buleux, Martainville, Vismes, Fressenville, Maisnieres, Peronne, Allaires, Marleux, Bierches, Bouchavesnes, Buinicourt Cartigny, Cl´ery, Doingt, Eterpigny, Feuilleres, Flauescourt, Moislaine, Saint-Mard, Villers-Carbonnel, Brie, Bavelincourt, Montigny, Vaulencourt, Contay, Miannay, Frettemeule -09/06/1861:OragesurContalmaison,BoivinMinette,Assainvillers,Fricourt, Cl´ery -15/06/1861:GrˆelesurEnglebelmer,Forceville,L´ealvillers,Louvencourt,Marieux, Auchonvillers, Beaucourt - 19/06/1861 : Grˆele sur Fieffes, Lavicognes, Montreles, Naours, Bernaville - 22/06/1861 : Grˆele sur Lihons - 23/06/1861 : Grˆele sur Beaucout, Contay, Molliens au bois, Montigny, Saint-Gratien, Vadencourt, Acheux, Bertrancourt, Colincamps, Courcelles au bois, Harponville, Wailly, Boutencourt, Varennes, Figuieres, Beaumont-Hamel, MesnilMartinsart - 25/06/1861 : Grˆele sur Saincourt - 26/06/1861 : Grˆele sur Cond´e-Folie, Long, Fontaine-sur-Somme - 27/06/1861 : Orage sur Heucourt-Croquoison - 27/06/1861 : Grˆele `a Yzengremer, Saint-L´eger-les-Domart. Orage `a GrebaultMesnil, Saint-Maxent, Miannay, Cours, Coeffles - 27/06/1861 : Orage sur Heucourt-Croquoison - 05/07/1861 : Grˆele sur Abbeville, Cambron, Grand-Laviers, Oust-Marest, Acheux, Cahon, Grouy, Miannay, Quesnoy-le-Montant - 06/07/1861 : Grˆele sur Doml´eger, Bouillancourt-en-Sery - 12/07/1861 : Grˆele `a Machiel
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 84
- Juin 1861 : Orage Cambron, Ercourt, Bouillencourt, Cahon, Martainneville, Vismes, Quesnoy, Acheux, Fralicourt, Ramburelles, Crainlay, Briencourt, Moyenneville, Gamaches, Translay, Saint-Quentin-la-Motte, Bethencourt, Friville - 04/08/1861 : Orage `a Conty - 09/08/1861 : Orage `a Brie, Oubescourt, Grivillers, Tilloloy, Mesnil Saint Georges, Verpillieres, Fouescamps, Beuvraignes, Laboissiere, Oresmaux, Ourvillers - 26 et 27/11/1861 : Ouragan `a Cayeux
1863
- 20 et 21/01/1863 : Inondation des communes de Saint-Valery, Le Crotoy, Noyelles s/Mer, Nouvion, Port-Le-Grand, Quend, Saint-Quentin-en-Tourmont, Cayeux, Lancheres, Boismont, Saigneville , Nouvion
1865
- 07/05/1865 : Grˆele sur Englebelmer, Esclainvillers, Folleville, Quiry-le-sec - 10/05/1865 : Grˆele `a Molliens-Vidame, Bovelles - 14/05/1865 : Grˆele `a Raincheval, Thievre, Bonneville, Canaples, Havenes, Marguiest, Beauval - 23/05/1865 : Grˆele `a Montreles - 17/07/1865 : Grˆele `a Menesles, Yzengremer, Andechy, Assainvillers, Ayencourt, Becquigny, Boussicourt, Bus, Cantigny, Cardonnois, Courtemanche, Davenescourt,Erches,Etelfoy,Flaverolles,Fescamps,Figni`eres,Fontaine,Gratibus
1867
- 12/05/1867 : Grˆele sur les communes d’Andechy, Bus, Fescamps, Grivillers, Laboissi`ere, Ligni`eres-les-Roye, Marquivillers, Ourvillers, Remaugies, Rollot, Fransart, Gunchy, Quesnoy, Armancourt, Curchy, Damery, Dancourt, Etalon, Fouches, Fouchettes, Fresnoy-les-Roye, Hattencourt, Laucourt, L’Echelle-SaintAurin, Liancourt-Fosse, Popincourt, Saint-Mary, Villers-les-Roye, Ablaincourt, Chaulnes, Fresnes-Mazancourt, Hayencourt-le-Grand, Pressoir, Puzeaux, Cizancourt, Licourt, Marchelpoix, Misery, Omiecourt, Pertain, Saint-Christ-Brost, Allaines, Barleux, Biaches, Doingt-Flamicourt, Eterpigny, Moislans, P´eronne,
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 85
Sainte-Ravegonde, Villers Carbonnel, Frise, Hendicourt, Sorel-le-Grand
1871
- Janvier 1871 : Inondation `a Mazis, Baizieux - Avril 1871 : Inondation `a Baizieux - Mai 1871 : Inondation `a Baizieux - Juin 1871 : Inondation `a Baizieux, Bonnay - Juillet 1871 : Grˆele `a Briquemesnil - Juillet 1871 : Inondation `a Mazis, Bonnay, Bergicourt
1872
- Janvier 1872 : Inondation `a Ailly-sur-Somme, Warloy Baillon, Brully - Fevrier 1872 : Inondation `a Warloy Baillon, L’Etoile, Brully - Mars 1872 : Inondation `a Warloy Baillon, L’Etoile - Avril 1872 : Inondation `a Warloy Baillon, L’Etoile - Mai 1872 : Inondation `a L’Etoile -Juin1872:Grˆeles `aMonsures,Nampty,SainteSegr´ee,Agui`eres,Souplicourt, Thieulloy-la-Ville, Villers-Bocage, Tilloy-les-Conty, Saulchoy-sous-Poix, Mereaucourt, Frettemolle, Vaux-les-Amiens, Fleselles, Oresmaux, Essertaux, Conty, Loeuilly, Bosquel - Juillet 1872 : Grˆele sur Bosquel, Essertaux, Lafresnoye, Saint-Fuscien, Baizieux, Nampty, Rumigny, Eplessier, Oresmaux, Loeuilly - Aoˆut 1872 : Grˆele sur Bettencourt, Quesnoy-les-Airaines, Salouel, Bettembos,Cauli`eres,Eplessier,Fricamps,Ligni`eres-Chatelain,Briquemesnil,Floxicourt, Thieulloy-la-Ville, Offignies, Vaux sous Corbie - Aoˆut 1872 : Bonnay inondation - Septembre 1872 : Inondation `a Bettencourt - Septembre 1872 : Grˆeles `a Bougainville - Novembre 1872 : Inondation `a Warloy Baillon, Vecquemont, Fouescamps, Flixecourt -D´ecembre1872:Inondation `aWarloyBaillon,Rivery,Fouescamps,Flixecourt
1894
- 26/08/1894 : Grˆele `a Beaucourt en Santerre, Mezi`eres, Villers sur Erable
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 86
- 22/12/1894 : Ouragan sur Beaucourt en Santerre, Mezi`eres, Villers sur Erable
1895
- 26/07/1895 : Grˆele sur Courtemanche - 10/08/1895 : Orage sur les communes de Buigny-Saint-Marloux, Forest l’Abbaye, Hautvillers, Lamotte Buleux, Ochancourt, Andechy, Armancourt, Bayonvillers, Assainvillers, Bus, Curchy, Damery, Dancourt, Dreslincourt, Etalon, Faverolles, Fescamps, Fonches, Fouchettes, Fransart, Fresnoy les Roye, Goyencourt, Grivillers, Guerbigny, Hattencourt, Laboissiere, La Chavatte, Echelle Saint-Aurin, Liancourt Fosse, Lignieres les Roye, Maricourt, Marquivillers, Onvillers, Piennes, Popincourt, Remaugies, Rollot, Saint-Mard, Villers les Roye, Athies, Bouvincourt, Croix Moligneaux, Devise, Ennemain, Epenaucourt, Estr´ees en Chauss´ee, Falvy, Hancourt, Hesbecourt, Hyencourt le petit, Licourt, Monchy Lagache, Mons en Chauss´ee, Morchain, Omiecourt, Pertain, Loeuilly, Potte, Puzeaux, Vraignes, Terty, Pargny
1898
- 05/12/1898 : Tempˆete `a Boufflers
1899 -20/06/1899:GrˆelesurlesarrondissementsdeArrondissementdeMontdidier: Ayencourt le Monchel, Becquigny, Bouillancourt s/Montdidier, Boussicourt, Cantigny, Courtemanche, Davenescourt, Erches, Etelfoy, Figneres, Fontaine s/s Mtdidier, Gratibus, Guerbigny, Maresmontiers, Mesnil-Saint-Georges, Montdidier, Arvillers, Pierrepont, Warsy, Bouchoir, Rosi`eres, Folies, Fouquescourt, Fransart, Hallu, La chavatte, Maucourt, Parvillers, Punchy, Quesnoy en santerre, Rouvroy, Warvillers, Curchy, Fonches, Fonchette, Fresnoy les Roye, Gruny, Hattencourt, Saulchoy. Sur l’arrondissement de Peronne : Haucourt, Bernes, Ennemain, Athies, Gnicourt Bouchy, Cincourt, Marquaix, Roisel, Templeux le Guerard, Villers Faucon,Pertain,March´elepot,Misery,Brie,Cartigny,Roisel,Hervilly,Hesbecourt, Saint-Roussoy, Omiecourt, Licourt, Saint-Christ-Briant, Cizancourt, Epenancourt, Bouvincourt, Estr´ees en Chauss´ee, Mesnil Bruntel, Cantigny, Brie, Villers Carbonnel, Chaulnes, Hayencourt-le-Grand, Frenes Mazancourt, Hamelet, Guerard, Hervilly, Hesbecourt, Hancourt
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 87 XXe si`ecle
1902
- 06/08/1902 : Orage sur les communes de Ercourt, Chepy, Acheux en Vimeu, Mareuil Caubert, Coeufles, Moyenneville, Miannay, Doullens, Frohan le Grand, Frohan le Petit, Cambron, Nimbus, Fressenville, Meillard, Beaumetz, Heuzecourt, Authuile, Rollot, Louvrechy
1910
- Hiver glacial 1910-1911
1915
- Janvier 1915-1916 : Hiver glacial, jusqu’a 20 centim`etres de glace recouvrent les rues d’Amiens. 1927
- 06/06/1927 : Orage et inondation `a Amiens
1928
- Janvier 1928-1929 : Hiver glacial 1929
- 29/12/1929 : Orage
1931
- Mai 1931 : Inondations `a Amiens
1936
- 23/07/1936 : Orage - 26/07/1936 : Orage - 23/08/1936 : Grele
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 88
1938
- 19/01/1938 : -19˚ `a Abbeville
1939
- Janvier 1939 : -20˚ `a Amiens
1953
- Inondation de la rue du faubourg de Hem `a Amiens
1956
- Hiver glacial
1953
- Hiver glacial dans la Somme
1958
- 25/02/1958 : Tempete de neige sur le d´epartement
1966
- Hiver glacial 1966-1967
1967
- Janvier : Inondations `a Amiens et dans la haute Somme
1973
- Aout 1973 : S´echeresse estivale 1976
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 89
- 21 au 25/01/1976 : Inondations dues au canal de Saint-Quentin - Juin/Juillet 1976 : S´echeresse - 15/06/1976 : La Somme est d´eclar´ee en ´etat de catastrophe naturelle
1977
- 02/12/1977 : Brutelles, Cayeux et Woignarues sont d´eclar´ees sinistr´ees apr`es une tempete - 14/11/1977 : Tempete sur les cotes du d´epartement
1978
- 13/01/1978 : Tempete sur la cote picarde. Inondations `a Ault et au Tr´eport - 31/12/1978 : D´ebut d’une vague de froid
1982
- 15/01/1982 : La Somme est paralys´ee par le gel.
1983
- Mai 1983 : Mois de Mai le plus pluvieux depuis 1921 - 25/07/1983 : Mini tornade `a Amiens - Juillet 1983 : Mois le plus chaud depuis 1921 - 12/10/1983 : Plusieurs communes de la Somme sont d´eclar´ees en ´etat de catastrophe naturelle par suite des orages de l’´ et´ e
1987
- 37 communes sinistr´ees dans le Vimeu et l’Amienois par suite de tempetes
1988
- 12/02/1988 : Crue de la Somme
1990
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 90
- 11/02/1990 : Grande tempete. Les digues c`edent `a Cayeux - 01/03/1990 : Tempete force 10 - 03/08/1990 : Record de chaleur : 35.6˚
1992
- 12/02/1992 : Le d´epartement est paralys´e par la neige - Pluviom´etrie record depuis 1979
1993
- 23/12/1993 : Inondations dans la vall´ee de la Bresle dues aux pr´ecipitations
- 22 au 24/06/1993 : 22 communes sinistr´ees par l’orage - 23/07/1993 : 9 communes sinistr´ees par l’orage
1995
- 02/01/1995 : La neige paralyse le d´epartement - 03/01/1995 : Submersion maritime au Tr´eport du fait d’une tempete - 30/01/1995 : La Vimeuse et la Bresle d´ebordent - 31/01/1995 : Inondations des villes de la cote picarde
1997
- 02/01/1997 : La somme est gel´ee pour la premi`ere fois depuis 1956
- 06/03/1997 : Tempete sur les cotes
1998
- 03 et 04/01/1998 : Tempete sur les cotes
1999
- 30/12/1999 : Vingt communes sont touch´ees par la tempete
ANNEXE A. CHRONOLOGIE DES PR´ECIPITATIONS AYANT N´ECESSIT´ E UN SECOURS 91
2000
- 12/12/2000 : Les nappes phr´eatiques affleurent dans le d´epartement
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:52

Annexe B
Carte des zones à grêle du département de la Somme (1861-1890)



avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:53

Abréviations

ADS: Archives départementales de la Somme
AMBA: Archives municipales de la bibliothèque d’Amiens
AMA: Archives municipales de la ville d’Amiens (rue Riolan)
AMF: Archives de Météo-France
AN: Archives Nationales
BSLN: Bulletin de la société linéenne du nord
BUA: Bibliothèque universitaire d’Amiens
CP: Courrier Picard
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Veiovis le Dim 2 Sep - 15:54

Travail r´ealis´e uniquement `a l’aide de logiciels plac´es sous licence libre.
Mis en page avec l’outil de composition L ATEX : http://http://www.latex-project.org/
Retouche d’image avec le logiciel ”The Gimp” : http://www.gimp.org.
Logiciels fonctionnant sur un syst`eme d’exploitation libre GNU-MandrivaLinux : http://www.mandriva.com Plus d’information sur les logiciels libres et leurs objectifs sur http://www.gnu.org


http://l.cartier.free.fr/files/DeaCataNatSomme1920.pdf

avatar
Veiovis
Admin

Messages : 1224
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mémoire de master sur la météo en Somme au XIX et XXe siècle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum