97e GRDI légion étrangère en side-car (photo de mai 1940)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

97e GRDI légion étrangère en side-car (photo de mai 1940)

Message par Veiovis le Jeu 27 Oct - 12:56

Le Quesnel fin mai 1940 - 97° GRDI Légion Etrangère en Side-car


je voulais en savoir un peu plus sur cette photo, et elle a été prise fin mai 1940 (le 30 mai ?)

Du 25 au 30 Mai 1940 :
Stationnement à Bouchoir.

30 Mai 1940 :
Le GR se porte à Le Quesnel.
L’escadron motocycliste forme immédiatement deux points d’appui :
- 2ème peloton face au Nord avec 1 groupe de combat et 1 canon de 25.
- 3ème peloton face à l’Est avec 1 canon de 47 et 1 groupe de combat du 1er peloton.
Un autre groupe de combat du 1er peloton est en réserve.
Les points d’appui sont en liaison à droite avec l’escadron Vatchnadzé et à gauche avec
l’escadron Stévenin.

Du 31 Mai au 06 Juin 1940 :
A Le Quesnel, une bombe d’avion tombe sur le hangar du 3ème peloton, mettant le feu à
tous les sides. Le Maréchal des Logis Tranchant est blessé par une balle d’avion le 05 juin. Le
Maréchal des Logis Ducq est renversé par le souffle d’une bombe.

07 Juin 1940 :
Les éléments d’artillerie reçoivent dans la nuit l’ordre de se replier
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 979
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: 97e GRDI légion étrangère en side-car (photo de mai 1940)

Message par Veiovis le Jeu 27 Oct - 13:02

voici le pdf qui explique la progression du GRDI

http://grca.free.fr/historique_grdi/97/97_grdi_historique.pdf


Journal de marche
de l’Escadron Fusiliers Motorisé du 97ème GRDI

- 7ème D.I.N.A -

« Le journal de marche de l’unité ayant été perdu avec le convoi par suite du
bombardement de Pont-Saint-Maxence, les faits intéressants la formation de
l’escadron ne sont pas rapportés sur ce présent Journal. »

16 Mai 1940 :
L’unité reçoit l’ordre de se tenir prête à faire mouvement. A 17 heures, l’escadron
reçoit l’ordre de se porter sur Besançon et d’être prêt à embarquer par V.F à 0 heure.
Le Maréchal des Logis Chef Gotché part avec les agents de transmissions pour jalonner
l’itinéraire à travers la ville et reconnaître le quai d’embarquement.
L’escadron fait mouvement à 20 heures. Il s’arrête à l’entrée de la ville jusqu’à 04
heures, arrive à la gare vers 05 heures.

Composition de l’escadron :
Peloton de commandement :
Capitaine Colonna Renucci.
Adjudant Locatelli.
Maréchal des Logis Chef Gotché (agent de transmission).
Maréchal des Logis Chef Le Yavane (comptable).
Maréchal des Logis Mosin (fourrier).
Maréchal des Logis Tranchant (dépanneur).
Maréchal des Logis Malivoir (ravitaillement).

1er peloton :
Lieutenant Prouhet.
Maréchal des Logis Chef Sourgnes.
Maréchal des Logis Rymkowski.
Maréchal des Logis Vandenberg.

2ème peloton :
Lieutenant Denardou.
Maréchal des Logis Poliakov.
Maréchal des Logis Lefèvre.
Maréchal des Logis Thyll.

3ème peloton :
Adjudant-Chef Tétu.
Maréchal des Logis Chef Lambert.
Maréchal des logis Ducq.
Maréchal des Logis Kreczeski.

4ème peloton :
Sous-Lieutenant Sokolov.
Maréchal des Logis Scapucci.
Maréchal des Logis Gréier.

Effectif total : 4 officiers.
18 sous-officiers (dont 4 en permissions).
132 légionnaires (dont 16 en permissions).
17 Mai 1940 :

L’embarquement de l’escadron fusiliers moto et de l’E.M.C.A.C commence vers 07
heures et se termine vers 11 heures. Le train quitte Besançon à 11 h 30.

18 Mai 1940 :
23 H 30, le train arrive à son point de destination définitif : Montdidier.
Le débarquement des sides se fait à bras. La situation générale est présentée au bureau
de la gare par le Colonel Lavesne de l’E.M de la 7ème D.I.N.A. Les renseignements sur l’ennemi
sont imprécis. Annonce de la présence d’éléments motorisés allemands. Aucune troupe Française
ne se trouve devant le GR.
Le Capitaine Stevenin prend le commandement de l’ensemble et décide de former un
point d’appui à Guerbigny-sur-Avre.

A 07 heures, l’escadron se porte sur Guerbigny et s’y établit défensivement avec
l’E.M.C.A.C. Le 1er peloton envoie le Maréchal des Logis Rymkowski avec 1 groupe reconnaître
Rosière encore occupé par de l’aviation Anglaise qui s’embarque. Le 3ème peloton va reconnaître
Ardechy et Villers-le-Roye pour prendre liaison avec une compagnie anti-chars d’infanterie à
Roye. Puis il s’installe en point d’appui à Villers-le-Roye.

A 11 heures, l’escadron reçoit l’ordre d’aller reconnaître les passages de la Somme
entre Epénancourt et Voyennes.

L’escadron se rassemble à Nesle, PC du GR et les pelotons
reçoivent les missions suivantes :
1er peloton : Reconnaître Pargny.
2ème peloton : Reconnaître Epinancourt.
3ème peloton : Reconnaître Béthencourt.
4ème peloton : Reconnaître Voyennes.
PC du Capitaine à Béthencourt.

Tous ces passages sont tenus par des éléments légers du 140ème RI qui sont au contact.
Les pelotons prolongent les secteurs de surveillance et de défense.
Le 2ème peloton est pris sous un violent tir d’artillerie. Le légionnaire Couvaras est tué.
En portant un renseignement le Légionnaire Velfer est blessé.
En allant porter des renseignements au Colonel de La Tour, à Nesle, le Capitaine reçoit
pour l’escadron la mission suivante : Le 2ème peloton ira reconnaître en direction de Saint-Christ
et se repliera sur Licourt.
Les 1er, 3ème et 4ème pelotons avec l’E.M.C.A.C iront reconnaître les passages de
Péronne.
Les 2 escadrons se rassemblent à Licourt et arrivent à Villers-Carbonne. Installation
d’un point d’appui tandis que le 3ème peloton va reconnaître Péronne par Eterpigny et le 4ème
peloton par Barleux.
Le peloton Tétu tombe sur des éléments ennemis qui engagent immédiatement le
combat. Un GM est envoyé à son secours pour lui permettre le décrochage.
Le peloton Sokolov tombe sur des éléments motorisés ennemis qui les mitraillent et les
poursuivent. Le Sous-Lieutenant Sokolov est blessé, de même que le Maréchal des Logis Scapucci.
Seul le Brigadier-Chef Gruyen rentre avec deux hommes, quatre autres rejoindront
Licourt dans la nuit.

Les pertes sont les suivantes :
3ème peloton : Légionnaire Altieza, blessé (évacué).
Brigadier Faran, disparu.
Légionnaire Gimenez, disparu.
Légionnaire Kerhott, disparu.
4ème peloton : Sous-Lieutenant Sokolov, blessé (évacué).
Maréchal des Logis Scapucci, blessé (évacué).
Maréchal des Logis Gueier, disparu.
Légionnaire Cheridi, blessé et disparu.
Légionnaire Vansecastel, blessé et disparu.
Légionnaire Delfosse, disparu.
Légionnaire Grasset, disparu.
Légionnaire Simon, disparu.
Légionnaire Trissan, disparu.
Légionnaire Gomez, disparu.
Légionnaire Gil, disparu.
Légionnaire Garcia, disparu.
Légionnaire Cépédès, disparu.
Légionnaire Graber (agent de transmission), disparu.
1er peloton : Légionnaire Bengels, tué.
Légionnaire Casalès, disparu.
Peloton de commandement : Légionnaire Terleski, blessé (évacué).
Les 1er, 3ème et 4ème pelotons avec l’E.M.C.A.C regagnent Licourt.
20 Mai 1940 :
Le 2ème peloton rejoint l’escadron venant de Marchélepot où il a pris liaison avec le
34ème GRDI.
L’escadron motocyclistes et l’E.M.C.A.C reçoivent l’ordre de se porter sur Barleux. Le
2ème GRCA doit se porter sur Assevillers et le 34ème GRDI sur Villers-Carbonnel. Chacun formera
un point d’appui.
En cas d’occupation par l’ennemi, les positions suivantes seront occupées :
- Belloy-en-Nanterre par le 97ème GRDI.
- Marchélepot par le 34ème GRDI.
- Estrées par le 2ème GRCA.
Le mouvement se fait dans l’après-midi, le 1er peloton est à l’avant-garde. AVillers-
Carbonnel il prend liaison avec le 34ème GRDI qui arrive à la sortie Sud du village.
Le peloton Denardou prend l’avant-garde à son compte et se dirige vers Barleux. A la
sortie Nord du village, il est arrêté par des éléments ennemis et prend le contact, bientôt appuyé
par l’E.M.C.A.C et quelques éléments du 34ème GRDI.
Le Lieutenant Prouhet est envoyé reconnaître Belloy-en-Santerre. Il accomplie sa
mission sans incident. Le village n’est pas occupé par l’ennemi.
Le combat continu jusqu’à 20 h 30 aux lisières de Villers-Carbonnel. Des éléments
allemands viennent renforcer ceux au contact et mettent le feu par des obus incendiaires aux
lisères.
Les escadrons du 97ème GRDI décrochent et passent la nuit à Licourt.
Pertes : Légionnaire Hollants, blessé (évacué).
Légionnaire Hurbain, disparu.

21 Mai 1940 :
L’escadron et l’E.M.C.A.C se portent à Belloy-en-Santerre. Le convoi qui sera
accompagné par le 2ème peloton fera mouvement sur Estrées où il recevra des ordres.
Le 3ème peloton est à l’avant-garde suivi du 1er peloton, l’E.M.C.A.C marche derrière.
Belloy-en-Santerre est reconnu par le 3ème peloton et le 1er peloton. Le peloton Tétu
tombe
sur une embuscade ennemie, blesse deux vedettes ennemis et fait prisonnier l’une d’elle. Le village
est occupé. La patrouille ennemie était composée, d’après les renseignements du prisonnier d’un
officier, de deux sous-officiers et dix hommes, arrivés à Belloy le 20 à 23 heures.
Les escadrons forment un point d’appui. Le convoi inquiété par des A.M allemandes
reste à Marchélepot où se trouve le 34ème GRDI.
Une patrouille va sur Assevilliers pour prendre liaison avec le 2ème GRCA. Le village est
occupé par des allemands. R.A.S.
Au début de l’après-midi des éléments motorisés allemands se présentent devant Belloy,
des chars, des motocyclistes et de l’infanterie portée essaient de manoeuvrer le village. Ils sont
bientôt appuyés par des tirs de 77, réglés par un avion. Le contact dure jusqu’à 19 h 30, heure à
laquelle les éléments ennemis se replient.
Liaison a été prise avec le Capitaine Vatchnadzé envoyé par le colonel. Ordre est donné
de se replier sur Chaulnes. Décrochage à 20 heures.
Le peloton Denardou a envoyé plusieurs patrouilles pour protéger le convoi dans sa
marche. Plusieurs d’entres elles ne reviennent pas. Le groupe de combat du maréchal des Logis
Rymkowski signale à son retour que Villers-Carbonnel est occupé par des allemands.
Pertes : Légionnaire Barrens, blessé (évacué).
Brigadier Crosse, disparu.
Légionnaire Torrès, disparu.
Légionnaire Caron, disparu.
Légionnaire Scholtz, disparu.
Légionnaire Radaiczack, disparu.
Le 97ème GRDI est rassemblé à Chaulnes vers 23 heures.

22 Mai 1940 :
Le 2ème peloton fait la sécurité du convoi de ravitaillement à Guerbigny. Il rentre le 23
dans la matinée. Le 1er peloton va escorter un convoi de munitions.

23 Mai 1940 :
Le 3ème peloton en soutient avec un canon de 25 à Hyencourt, détache un groupe de
combat pour assurer la sécurité d’un convoi de munitions à Guerbigny.
Vers 16 heures, l’escadron reçoit la mission d’aller reconnaître Licourt où des éléments
ennemis ont été signalés. Le 1er peloton est désigné, appuyé par un canon de 25 de l’escadron antichar.
Le Lieutenant Prouhet tombe sur des fantassins ennemis à la sortie de Pertain. Le Maréchal
des Logis Rymkoski est tué, le Légionnaire Vormyak est blessé et deux légionnaires disparaissent.
Ils rejoignent l’escadron dans la nuit.
Le 2ème peloton détache une patrouille commandée par le Lieutenant Denardou qui va
jusqu’à Pertain. R.A.S.
Le GR établit un point d’appui aux lisières Est de Chaulnes en liaison avec des éléments
du 41 arrivés dans la journée.

24 Mai 1940 :
Le GR se porte à Bouchoir.
L’escadron motocycliste appuyé par l’escadron anti-char doit s’établir en flanc garde
de la colonne. Il forme 3 points d’appui :
- Maucourt : 2ème peloton avec 2 canons de 25.
- Fouquescourt : 1er peloton avec 2 canons de 25.
- Parvillers : 3ème peloton avec 2 canons de 25.
Vers midi, ordre de décrocher. Le GR se rassemble à Bouchoir.

Du 25 au 30 Mai 1940 :
Stationnement à Bouchoir.

30 Mai 1940 :
Le GR se porte à Le Quesnel
.
L’escadron motocycliste forme immédiatement deux points d’appui :
- 2ème peloton face au Nord avec 1 groupe de combat et 1 canon de 25.
- 3ème peloton face à l’Est avec 1 canon de 47 et 1 groupe de combat du 1er peloton.
Un autre groupe de combat du 1er peloton est en réserve.
Les points d’appui sont en liaison à droite avec l’escadron Vatchnadzé et à gauche avec
l’escadron Stévenin.

Du 31 Mai au 06 Juin 1940 :
A Le Quesnel, une bombe d’avion tombe sur le hangar du 3ème peloton, mettant le feu à
tous les sides. Le Maréchal des Logis Tranchant est blessé par une balle d’avion le 05 juin. Le
Maréchal des Logis Ducq est renversé par le souffle d’une bombe.

07 Juin 1940 :
Les éléments d’artillerie reçoivent dans la nuit l’ordre de se replier.
Le 1er peloton reçoit l’ordre de former avec l’appui de 2 canons de 25 un point d’appui
auxiliaire à Petit-Hangest.
Cet ensemble a pour mission de former l’arrière-garde de la 7ème D.I.N.A qui doit se
replier sur Fresnoy et Braches.
Des éléments motorisés ennemis (A.M, chars, motocyclistes, appuyé par de l’infanterie
sur camions) se présentent au Nord-Est vers 7 heures. Le contact est pris. Vers 7 h 30 le point
d’appui d’Hangest prend part au combat et détruit 2 A.M ennemies. Le Lieutenant Spitzer qui
commande 1 canon de 25 et 1 groupe de combat entre le 2ème et le 3ème peloton détruit une A.M et
des camions d’infanterie.

L’ennemi manoeuvre le village par l’Ouest et le Sud. Il en atteint les lisières.

Ordre est donné de décrocher et de se replier sur Frenoy-en-Chaussée. Le 1er peloton
rejoint l’escadron sur la 1ère position de repli.
Pertes du 3ème peloton : Légionnaire Célaa, blessé (évacué).
Brigadier Bauquet, disparu.
Légionnaire Goedert, disparu.
Légionnaire Barcelobre, disparu.
Légionnaire Catassous, disparu.

Pertes du 1er peloton : Lieutenant Prouhet, disparu.
Le convoi a quitté Le Quesnel vers 7 heures se dirigeant sur Braches. Il est soumis à un
bombardement d’aviation qui cause d’importants dégâts matériels et fait de nombreux morts
dans diverses unités. Le Maréchal des Logis Chef Le Yavanc et le Maréchal des Logis Mosin par
leur sang-froid sortent les voitures de l’incendie.

Pertes : Maréchal des Logis Ducq, blessé (évacué).
Légionnaire Rhein, blessé (évacué).
Légionnaire Skorvider, blessé (évacué).
Légionnaire San Suan, blessé (évacué).

Vers 16 heures, l’escadron reçoit l’ordre de faire mouvement sur Etelfay. Il y a arrive
vers 20 heures et prend la liaison avec le 31ème GRDI et le remplace. Formation d’un point
d’appui. L’escadron avec 2 canons de 25 tient les lisières Nord et Ouest du village.

08 Juin 1940 :
Le point d’appui est soumis à quelques tirs d’artillerie.
A 19 heures, le GR reçoit l’ordre de faire mouvement sur Lamécourt. Départ 23 heures.
Quatre hommes sont détachés à Faverolles pour assurer la garde d’un ravitaillement, ils doivent
être repris par le convoi.
Pertes : Légionnaire Gisewitch, disparu.
Légionnaire Thépaut, disparu.
Légionnaire Zimmermann, disparu.

09 Juin 1940 :
L’escadron fait la route au milieu d’une colonne de réfugié et de militaires. Dans la nuit,
il est soumis à un tir d’artillerie près de Maignelay-Montigny.
Vers 17 heures, il arrive près de Lamécourt. Le village est occupé par des A.M
allemandes, plusieurs maisons du village sont en feu.
Le colonel décide de former un point d’appui dans un bois situé sur une hauteur Nord-
Est de Noroy. L’escadron se compose alors du 3ème peloton et d’un groupe de combat du 2ème
peloton. Le 1er peloton ferme l’arrière-garde du convoi et plusieurs sides du 2ème peloton ont du
être abandonnés par suite de pannes mécaniques.
Le groupe de combat du 2ème peloton sert de soutien au groupe de mitrailleuses
d’Annam.
Le 3ème peloton tient la lisière Sud du bois. Le Maréchal des Logis Le Yavane quitte ce
point d’appui pour aller chercher le convoi qu’il a du abandonner à Montigny. Il le conduira à
Pont-Sainte-Maxence.
Vers 12 h 30, après une préparation d’artillerie le point d’appui est attaqué par de
nombreux chars ennemis et encerclé. Ne pouvant résister, les éléments se replient sous le feu dans
les couverts avoisinants.
Dans la journée et dans la nuit par petits groupes ou individuellement, les gradés et
légionnaires se dirigent vers l’Oise, le point de destination indiqué étant Pont-Sainte-Maxence.
Le convoi et le 1er peloton ont suivi l’itinéraire Maignelay – Pont-Sainte-Maxence.
Avant d’avoir pu passer la rivière, le pont saute par suite d’un bombardement par l’aviation
allemande. Les hommes sont obligés de le franchir en bateau. Les véhicules et leur chargement
devant être abandonné sur la rive Nord.
Pertes : Maréchal des Logis Chef Gustschi (peloton de commandement), disparu.
Maréchal des Logis Lefèvre (2ème peloton), disparu.
Maréchal des Logis Tyll (2ème peloton), disparu.
Brigadier Chef Dupuis (peloton de commandement), disparu.
Brigadier Chef Cruyen (3ème peloton), disparu.
Brigadier Klir (2ème peloton), disparu.
Brigadier Kovalski.
Brigadier Thuillier.
Brigadier Kurkoviak (3ème peloton), disparu.
Brigadier Derives (1er peloton), disparu.
Brigadier Drolez (3ème peloton), disparu.
Brigadier Jambrich (3ème peloton), disparu.
Légionnaire Drapcal.
Légionnaire Bublan.
Légionnaire Rubio (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Salto.
Légionnaire Schols (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Serrano.
Légionnaire Baguéno (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Terrade (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Toro (peloton de commandement), disparu.
Légionnaire Thomas Ferry.
Légionnaire Varsocha.
Légionnaire Giry.
Légionnaire Borowski.
Légionnaire Bayons.
Légionnaire Bailly.
Légionnaire Deryk.
Légionnaire Kroes (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Weszack (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Wasser (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Doménech (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Schoen.
Légionnaire Spitals.
Légionnaire Lazarowski.
Légionnaire Gradzinski (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Niepon (2ème peloton), disparu.
Légionnaire Niepon (2ème peloton), disparu.

10 Juin 1940 :
Le GR se reforme à Aumont. A 17 heures, il reçoit l’ordre de se porter à Luzarches.
Arrivée à Luzarches à 20 heures. Il cantonne dans le bois près de Chaumontel.

11 Juin 1940 :
Par suite des pertes, l’escadron est réduit à 2 pelotons portés sur camions et un peloton
de commandement.
2ème peloton : Lieutenant Denardou.
3ème peloton : Adjudant-Chef Têtu.

12 Juin 1940 :
Dans la nuit du 11 au 12, il est signalé que des éléments motorisés allemands ont franchi
la Seine. Liaison est prise avec le 31ème RTA qui cantonne à Chemontel.
Un point d’appui est formé à Luzarche. Le peloton Têtu est envoyé en soutien pour un
canon de 75 qui fait de l’anti-char sur la route N° ? Le 2ème peloton est en réserve.

13 Juin 1940 :
Le GR fait mouvement à Gournay-sur-Marne. Il y arrive à 1 heure et en repart vers 18
heures pour aller à Brolle interdire le pont de Chartrette. En cours de route le side du Maréchal
des Logis Poliakof prend feu. Ce sous officier est évacué pour brûlures.

14 Juin 1940 :
Le GR arrive au pont de Chartrette près du bois du Roi vers 8 heures. Des
reconnaissances sont faites.
L’escadron motocyclistes tient la rive Sud à la gauche du pont sur un front de 2000 m.
Vers 15 heures, il prend liaison avec la compagnie du 31ème RTA qui se trouve à gauche.
La liaison est prise à droite avec les éléments de l’E.M.C.A.C.
Les convois de réfugiés et de militaires traversent la rivière toute la journée et toute la
nuit.

15 Juin 1940 :
La circulation est ralentie. A 9 heures le Génie fait sauter le pont de Chartrette.
L’escadron diminue son front et se resserre vers le pont.
La D.I.N.A ayant reçu l’ordre de repli, le GR forme l’arrière garde.
Vers 11 heures, l’escadron décroche pour se reporter au Sud de la Loire.

16 Juin 1940 :
L’escadron s’arrête à 21 heures dans une ferme et y cantonne jusqu’au lendemain
matin 10 heures. Le repli continu. Vers 17 heures l’escadron traverse la Loire sur le pont de
Châteauneuf. Il cantonne au Coudray.

17 Juin 1940 :
27 hommes de l’E.H.R passent dans l’escadron moto.

18 Juin 1940 :
Le 17 à 23 heures est arrivé l’ordre pour l’escadron de former avec l’E.M.C.A.C un
point d’appui au carrefour 500 m Ouest du village de Mouët-Neuf (Sologne). Départ à 3 heures,
arrivée vers
5 h 30. R.A.S.
A 18 heures, l’escadron fait mouvement pour se porter sur Tailli-des-Ruines. Il y arrive
à 20 heures et cantonne au château des Souches.

19 Juin 1940 :
A trois heures, un ordre arrive pour que l’escadron moto et l’E.M.C.A.C aillent
immédiatement renforcer la défense du pont de Saint Julien sur le Cher. Le convoi rejoindra dans
la matinée.
L’escadron tient la rive Sud du Cher à droite du pont sur une longueur de 500 mètres
environ.
Des patrouilles sont envoyées sur l’autre rive, un bateau du génie est coulé. R.A.S.

20 Juin 1940 :
Vers 11 heures, l’ennemi se présente sur le pont. Le combat s’engage, des engins blindés
ennemis sont signalés par le 2ème peloton.
Va et vient d’éléments motorisé devant le front de l’escadron, sur le chemin qui longe la
rive Nord du Cher, mais les couverts interdisent toute observation visuelle. Le Génie fait sauter le
pont à 18 heures.
A 20 heures, l’escadron reçoit l’ordre de décrocher. Il se porte à Augouant et passe avec
le GR sous les ordres du Général Martin.

21 Juin 1940 :
Le GR reçoit la mission d’arrière-garde, il doit se porter à Buxeuil. Départ 0 heure.
L’escadron moto reçoit pour mission de former un point d’appui au carrefour dit du Petit-
Fromage avec en plus de ses moyens, 2 canons de 25 venant du bataillon anti-char.
Décrochage à 6 h 30. R.A.S.
L’escadron rejoint le GR et se porte au carrefour où il arrive vers 9 heures.
A midi, il est remis à la disposition du Lt-Colonel Busset du 11ème C ? et se porte sur
l’Indre. Vers 16 heures, il arrive à la Ville-Dieu où il doit relever les éléments d’infanterie qui
défendent le pont.
Reconnaissances des rives Sud de la rivière.
A 19 heures, contre-ordre est donné à l’infanterie qui tiendra le point d’appui et
l’escadron reçoit avec le GR, l’ordre de se porter à Villiers où il sera à la disposition de la 7ème
D.I.N.A.

22 Juin 1940 :
A 0 heure, il reçoit l’ordre de se porter de Villiers à Rosnay. Vers 5 heures, il forme un
système de défense anti-char au PC du général commandant la 7ème D.I.N.A qui est établi dans une
ferme à 3 kilomètres de Rosnay.
Le 2ème et 3ème peloton soutiennent chacun un canon de 25.
A midi, arrive l’ordre de repli sur Asnières-sur-Blourg. L’escadron y arrive vers 17
heures. Il ferme un point d’appui avec un canon de 47 et un canon de 25 pour interdire la route
Bussière – Poitevine – L’Isle-Jourdain et les chemins venant du Nord.

23 Juin 1940 :
Stationnement à Asnières-sur-Blourg.

24 Juin 1940 :
Départ pour Saint- Jaury-de-Chalal à 5 heures. Arrivée à 11 heures.

25 Juin 1940 :
A 6 heures, arrive l’ordre informant que les hostilités ont cessées depuis 00 h 35.

27 Juin 1940 :
Départ pour Dussac à 8 heures. Arrivée à 9 heures.

29 Juin 1940 :
Un groupe de 10 hommes prend part à une prise d’armes pour une remise de
décorations par le Général Weygand.

12 Juillet 1940 :
Départ pour Darnac. L’escadron cantonne à A… .

19 Juillet 1940 :
Le Maréchal des Logis Poliakov, le Brigadier Gobert, les légionnaires Borowski,
Varzocha, Wasser, San Juan, Ratajzack, Lehmann sont à Marseille à Fort-Saint-Jean.
avatar
Veiovis
Admin

Messages : 979
Date d'inscription : 21/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur http://lequesnel.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum